Temps de lecture
1
min
poésie 53LECTURES

Puis que partir vous convient

En plourant a grosses goutes,
Trés triste et pleine de dueil,
Ma vraye amour dessus toutes,
Cil que j'aim, n'autre ne vueil,
Vous di a Dieu a grant peine.
Car trop grant doulour soustient
Mon cuer, qui grief dueil demaine,
Puis que partir vous convient.

Or sont mes joyes desrouptes;
Plus ne chant, si com je sueil;
Des tristes suivray les routes,
J'en ay ja passé le sueil,
Puis que je seray longtaine
De vous, et il apertient.
Je demeure de dueil pleine,
Puis que partir vous convient.

Je mourray, n'en faites doubtes,
Sans veoir vo doulz accueil.
Ha ! Fortune, tu me boutes
En dur point, puis que my oeil,
Fors par pensée prochaine,
Ne verront cil qui retient
Mon cuer : c'est chose certaine,
Puis que partir vous convient.