Temps de lecture
1
min
poésie 47LECTURES

Pour un seul bien plus de cinq cens doulours

Amours, amours, certes tu fis pechié
De moy lier en tes perilleux las,
Ou mon cuer est si durement fichié,
Que moult souvent me convient dire helas !
Et voirement dit l'en voir
Que tu ne scés nullui si chier avoir,
Qu'il n'ait, souvent avient, de ses amours
Pour un seul bien plus de cinq cens doulours.

Au commencier m'as le cuer aluchié,
Par moy donner assés de les soulas ;
Mais quant tu l'as fermement atachié,
Adonc de ses plaisirs despouillié l'as ;
Car, sans lui faire assavoir,
Trestout le bien qu'il souloit recevoir
Lui as osté, et lui rens tous les jours
Pour un seul bien plus de cinq cens doulours.

Et se cellui, par qui en dur point chié,
Ne vient briefment, mal oncques m'affulas
De tes dangiers par qui du tout dechié
De joye avoir, et s'il est d'amer las
Trop me convendra douloir;
Car plus que riens le desir a veoir,
Et, s'il ne vient, j'aray pour mes labours
Pour un seul bien plus de cinq cens doulours.