Image de Catulle

Catulle

87 av. J.-C. - 54 av. J.-C

Catulle est un poète romain volontiers railleur, aux textes parfois érotiques ou vulgaires. À Rome, il entretient de bons rapports avec les hommes influents, Jules César et Cicéron notamment. De cette voix unique de la poésie latine ne nous sont parvenus que 116 poèmes. Il fut l'amant de Claudia, terrible croqueuse d'hommes et empoisonneuse notoire. Les poèmes dédiés à son amante, qu'il nomme Lesbie, sont ses textes les plus connus.


Classique

À Lesbie

Vivons pour nous aimer, ô ma Lesbie ! et moquons-nous des vains murmures de la vieillesse morose. Le jour peut finir et renaître ; mais lorsqu’une fois s’est éteinte la flamme... [+]

Classique

Contre Mamurra et César

Que vous êtes bien faits l’un pour l’autre, infâmes débauchés, César, et toi Mamurra, son vil complaisant ! Qui pourrait s’étonner de votre intimité ? tous deux flétris, l’un... [+]

Classique

À Ipsithilla

Au nom de l’amour, douce Ipsithilla, mes délices, charme de ma vie, accorde-moi le rendez-vous que j’implore pour le milieu du jour. Y consens-tu ? une grâce encore ! que ta porte ne... [+]

Classique

À Caton

Ô la plaisante, la drôle d’aventure, mon cher Caton ! elle vaut la peine que tu l’entendes, toi qui aimes tant à rire. Ris donc, mon cher Caton, pour l’amour de moi ; car c’est... [+]

Classique

À Cornélius Népos

À qui dédier ces vers badins et d’un genre nouveau, ce livre que la ponce aride vient de polir ? À toi, Cornélius, à toi qui daignais attacher déjà quelque prix à ces bagatelles, alors... [+]

Classique

À Lesbie II

Tu me demandes, Lesbie, combien de tes baisers il faudrait pour me satisfaire, pour me forcer à dire : Assez ? Autant de grains de sable sont amoncelés en Libye, dans les champs parfumés... [+]

Classique

À Verannius

Verannius, ô le premier, le plus cher de mes nombreux amis, te voilà donc enfin rendu à tes dieux domestiques, à tes frères qui te confondent dans un même amour, à ta vieille mère ! te voilà... [+]

Classique

À Juventius

Ah ! s’il m’était donné, Juventius, de baiser sans cesse tes yeux si doux, trois cent mille baisers ne pourraient assouvir mon amour ; que dis-je ? fussent-ils plus nombreux que... [+]

Classique

Au passereau de Lesbie

Passereau, délices de ma jeune maîtresse, compagnon de ses jeux, toi qu’elle cache dans son sein, toi qu’elle agace du doigt et dont elle provoque les ardentes morsures, lorsqu’elle... [+]

Recommandé Par Short Édition