Image de Catulle

Catulle

87 av. J.-C. - 54 av. J.-C

Catulle est un poète romain volontiers railleur, aux textes parfois érotiques ou vulgaires. À Rome, il entretient de bons rapports avec les hommes influents, Jules César et Cicéron notamment. De cette voix unique de la poésie latine ne nous sont parvenus que 116 poèmes. Il fut l'amant de Claudia, terrible croqueuse d'hommes et empoisonneuse notoire. Les poèmes dédiés à son amante, qu'il nomme Lesbie, sont ses textes les plus connus.


Classique

À Lesbie

Vivons pour nous aimer, ô ma Lesbie ! et moquons-nous des vains murmures de la vieillesse morose. Le jour peut finir et renaître ; mais lorsqu’une fois s’est éteinte la flamme... [+]


Classique

Au passereau de Lesbie

Passereau, délices de ma jeune maîtresse, compagnon de ses jeux, toi qu’elle cache dans son sein, toi qu’elle agace du doigt et dont elle provoque les ardentes morsures, lorsqu’elle... [+]


Recommandé Par Short Édition
Classique

Contre César

Quel est l’homme, si ce n’est un impudique, un dissipateur et un escroc, qui peut voir, qui peut souffrir qu’un Mamurra engloutisse tous les trésors de la Gaule Transalpine et de la... [+]


Classique

À Juventius

Ah ! s’il m’était donné, Juventius, de baiser sans cesse tes yeux si doux, trois cent mille baisers ne pourraient assouvir mon amour ; que dis-je ? fussent-ils plus nombreux que... [+]


Classique

Contre Mamurra et César

Que vous êtes bien faits l’un pour l’autre, infâmes débauchés, César, et toi Mamurra, son vil complaisant ! Qui pourrait s’étonner de votre intimité ? tous deux flétris, l’un... [+]


Classique

Acmé et Septimius

Pressant contre son sein Acmé, ses amours, Septimius lui disait : « Ô mon Acmé ! si je ne t’aime éperdument, si je cesse de t’aimer jusqu’à mon dernier soupir autant qu’un... [+]


Classique

À César

Libertin grossier, si tout dans tes mignons ne te déplaît pas, je voudrais du moins, que toi et Fuffitius, ce vieux débauché, vous eussiez assez de goût pour être dégoûtés de la tête de... [+]


Classique

Le dieu des jardins

Jeunes gens, c’est moi, dont vous voyez l’image de chêne grossièrement façonnée par la serpe d’un villageois, c’est moi qui ai fertilisé cet enclos, qui ai fait prospérer de plus en plus... [+]