Dans la rue

1 min
162
lectures
0

Chansonnier emblématique, Aristide Bruant devient rapidement une vedette des cafés-concerts et des cabarets parisiens. Il chante les quartiers populaires dans une veine argotique et réaliste. Il  [+]

Moi, je n’sais pas si j’suis d’Grenelle,
De Montmartre ou de la Chapelle,
D’ici, d’ailleurs ou de là-bas
Mais j’sais ben qu’la foule accourue,
Un matin, m’a trouvé su’ l’tas
Dans la rue.

Y a ben des chanc’s pour que mon père
Il ay’ jamais connu ma mère
Qu’a jamais connu mon daron,
Mon daron qui doit l’avoir eue,
Un soir de noc’, qu’il était rond,
Dans la rue.

J’m’ai jamais connu d’aut’ famille
Que la p’tit’ marmaill’ qui fourmille,
Aussi quand ej’ m’ai marida,
J’m’ai mis avec un’ petit’ grue
Qui truquait, le soir, à dada,
Dans la rue.

C’était un’ petit’ gonzess’ blonde
Qu’avait la gueul’ de la Joconde,
La fess’ ronde et l’téton pointu
Et qu’était aussi bien foutue
Qu’les statu’s qui montrent leur cul
Dans la rue.

C’est ça qu’c’était ben mon affaire !
Mais un beau soir a s’a fait faire :
Les mœurs l’ont fourrée au ballon
Et, depuis qu’alle est disparue,
J’sorgue à la paire et j’fais ballon
Dans la rue.

À présent, où qu’vous voulez qu’ j’aille ?
Vous vouderiez-t-y que j’travaille ?
J’pourrais pas... j’ai jamais appris...
Va falloir que j’vole ou que j’tue...
Hardi ! Joyeux, pas vu... pas pris...
Dans la rue.

Et pis zut ! et viv’nt les aminches !
Viv’nt les escarp’ et viv’nt les grinches !...
Un jour faudra que j’ passe aussi
D’vant la foule encore accourue
Pour voir ma gueule en raccourci,
Dans la rue.
0
0