Une nouvelle application de théâtrophone

2 min
170
lectures
0

Journaliste de la Belle Époque, Alphonse Allais ne tarissait pas d'humour et de verve lorsqu'il s'agissait de tourner en dérision quelques célébrités de son temps. Il fut un chroniqueu  [+]

Au moment où il s’approchait du guichet pour prendre son billet, une idée folichonne lui passa par la tête.
Le marquis de Marchaleuil – car c’était lui – esquissa un geste de parfait détachement :
– Ah ! Et puis, zut ! Je serais bien bête d’aller me raser à Château-Thierry dans leur sale conseil d’administration. Ils peuvent bien délibérer sans moi, tous ces vieux serins !
Le marquis sortit de la gare, alluma un pur havane et prit la direction des boulevards, à pas lents, en homme qui a tout son temps à lui.
Maintenant, il était enchanté de sa résolution.
Il dînerait seul, en garçon, dans une bonne maison ; après quoi, il irait au Jardin de Paris, où il tâcherait de rencontrer Sarbah Kahn, une superbe courtisane juive qui le faisait loucher depuis pas mal de temps. Et puis, voilà, on tâcherait de ne pas trop s’embêter, quoi !
Sous le rapport de la philosophie pratique et du pas-de-bilisme à outrance, Marchaleuil était un gaillard de première force.
Il s’installa à la terrasse d’un cabaret du boulevard des Capucines devant une excellente absinthe-anis, bien décidé à se laisser vivre.
Soudain, il n’en crut pas ses yeux !
Celle-là était raide, par exemple !
Une voiture venait de s’arrêter, de laquelle descendaient un monsieur et une dame.
Le monsieur était le jeune baron Lecoup de Lestrier. Quant à la dame, ne cherchez pas, elle n’était autre que la marquise de Marchaleuil, la propre femme de notre ami.
Fortement interloqué, le marquis se contenta de murmurer :
– Elle est bonne !
Le baron et la marquise entraient dans le cabaret pour y faire, à n’en pas douter, un petit dîner en cabinet particulier.
– Elle est bonne ! répéta simplement le marquis.
Et comme il avait très faim, il s’installa lui-même à une table et commanda un menu substantiel.
Au moment de partir, une idée lui vint, pourtant, de voir comment se comportaient sa femme et son ami.
Une simple pièce de cent sous, habilement glissée dans la main du garçon, lui permit d’appliquer son œil à un petit trou percé ad hoc dans la cloison.
Les tourtereaux, très près l’un de l’autre, goûtaient à ce moment les joies du théâtrophone.
Chacun son récepteur à l’oreille, ils semblaient tout à l’extase de la musique de Lohengrin.
De temps en temps, le baron glissait une pièce de cinquante centimes dans la petite fente pour entretenir la communication.
La marquise n’en revenait pas :
– Cet appareil est extraordinaire ! On entend tout comme si on y était, même les applaudissements, même les bruits de la salle.
Ce dernier mot fut une lueur fulgurante pour notre voyeur légitime.
Il descendit sur le boulevard et n’eut pas grand’peine à trouver qui il cherchait.
Un grand diable de camelot, doué d’une voix auprès de laquelle la trompette de Jéricho n’eût semblé qu’un pâle mirliton, clamait :
– Le Journal des Muffs ! Demandez le Journal des Muffs !
– Dites-moi, mon ami, lui dit le marquis, vous plairait-il de gagner un louis ou deux sans vous donner beaucoup de mal ?
– Ça serait même tout à fait mon blot, patron !
– Eh bien ! venez avec moi.
Au bout d’un quart d’heure, le bon camelot était méconnaissable : un vrai gentleman, on eût dit, en frac et cravate blanche.
Un loueur d’habits avait opéré ce miracle.
– Voici un billet de cinquante francs, continua le marquis ; vous allez prendre un fauteuil d’orchestre à l’Opéra, le plus près possible de la scène, bien au milieu.
– Entendu, patron.
– Vous choisirez un moment où la musique et le chant ne font presque pas de bruit... Alors, avec votre belle voix, lentement et en articulant bien chaque mot, vous gueulerez, – comprenez-vous ? – vous gueulerez ces paroles : À l’heure qu’il est, madame la marquise de Marchaleuil est en train de faire son mari cocu avec le petit baron Lecoup de Lestrier. Répétez cette phrase... Bien, c’est parfait, allez !
Et Marchaleuil revint prendre son poste d’observation, malade, à l’avance, de rire.
Ce ne fut pas bien long.
Le marquis n’entendit pas, mais aperçut, tout à coup, un spectacle qui ne lui laissa aucun doute sur la réussite de son stratagème.
La marquise s’était levée toute pâle. Le baron tournait au vert pomme pas mûre.
– Vous avez entendu ?
– Oui... c’est épouvantable ! Est-ce que nous ne rêvons pas ?
– C’est à l’Opéra qu’on a dit ça, en plein Opéra ?
– Mais nous rêvons... ce n’est pas possible !
Ils furent arrachés à leur folle terreur par des éclats de rire convulsifs qui pénétraient dans leur cabinet.
Ce pauvre Marchaleuil rigolait tellement qu’il fut forcé de s’asseoir, et quand il se fut un peu apaisé, il leur dit en s’essuyant les yeux :
– Elle est bonne, hein ?
0