Image de Alfred de Musset

Alfred de Musset

1810 - 1857

On ne fait pas auteur plus romantique que Musset. Poète, débauché, séducteur, alcoolique, dandy, sentimental, il fait une entrée très remarquée dans le milieu poétique avec son premier recueil Contes d'Espagne et d'Italie. Ses relations tourmentées avec Georges Sand et Louise Colet demeurent parmi les liaisons les plus fascinantes du XIXe siècle. Il fête son entrée à l'Académie le 27 mai 1850 en faisant le tour des bordels de Paris, qu'il fréquente depuis l'âge de quinze ans.


Classique

A.M.A.T

Ainsi, mon cher ami, vous allez donc partir !
Adieu ; laissez les sots blâmer votre folie.
Quel que soit le chemin, quel que soit l’avenir,
Le seul guide en ce monde est la... [+]

Classique

Tristesse

J'ai perdu ma force et ma vie,
Et mes amis et ma gaieté;
J'ai perdu jusqu'à la fierté
Qui faisait croire à mon génie.
Quand j'ai connu la Vérité,
J'ai cru que c'était une... [+]

Recommandé Par Short Édition
Classique

À George Sand

Te voilà revenu, dans mes nuits étoilées, 
Bel ange aux yeux d’azur, aux paupières voilées, 
Amour, mon bien suprême, et que j’avais... [+]

Recommandé Par Short Édition
Classique

Le rideau de ma voisine

Le rideau de ma voisine 
Se soulève lentement. 
Elle va, je l'imagine, 
Prendre l'air un moment.
On entr'ouvre la fenêtre : 
Je sens mon coeu... [+]

Classique

L'andalouse

Avez-vous vu, dans Barcelone,
Une Andalouse au sein bruni ?
Pâle comme un beau soir d'automne !
C'est ma maîtresse, ma lionne!
La marquesa d'Amaëgui !
J'ai fait bien des... [+]

Recommandé Par Short Édition
Classique

A Madame G. (Rondeau)

Dans dix ans d'ici seulement,
Vous serez un peu moins cruelle.
C'est long, à parler franchement.
L'amour viendra probablement
Donner à l'horloge un coup d'aile.
Votre beauté nous... [+]

Classique

Le petit endroit

Vous qui venez ici
dans une humble posture
De vos flancs alourdis
décharger le fardeau
Veuillez quand vous aurez
Soulagé la nature
Et déposé dans l'urne
un modeste cadeau... [+]

Classique

A George Sand (IV)

Il faudra bien t'y faire à cette solitude,
Pauvre coeur insensé, tout prêt à se rouvrir,
Qui sait si mal aimer et sait si bien souffrir.
Il faudra bien t'y faire ; et sois sûr que... [+]

Classique

Chanson de Fortunio

Si vous croyez que je vais dire
Qui j'ose aimer,
Je ne saurais, pour un empire,
Vous la nommer.
Nous allons chanter à la ronde,
Si vous voulez,
Que je l'adore et qu'elle est blonde
Comme les... [+]

Classique

A George Sand (VI)

Porte ta vie ailleurs, ô toi qui fus ma vie ;
Verse ailleurs ce trésor que j'avais pour tout bien.
Va chercher d'autres lieux, toi qui fus ma patrie,
Va fleurir, ô soleil, ô ma belle... [+]

Classique

La nuit

Quand la lune blanche
S'accroche à la branche
Pour voir
Si quelque feu rouge
Dans l'horizon bouge
Le soir,
Fol alors qui livre
A la nuit son livre
Savant,
Son pied aux collines,
Et... [+]