Maestro déménage

il y a
3 min
132
lectures
29

Je voudrais que ma plume encercle des milliers de mots, les apprivoise, et les fasse danser sur le fil ténu de la vie  [+]

Il était une fois, un petit étang au milieu d’une campagne verdoyante. Il était sorti de nulle part, un jour, comme par magie, et depuis, différents habitants en avaient pris possession, qui sous l’eau, qui sur l’eau, qui sur ses rives, qui un peu plus loin parce qu’un peu plus timide.

Lunette, un petit poisson aux rayures jaunes et blanches séparées d’un liséré noir, avait élu domicile dans ses eaux. Son petit coin de prédilection, celui où il passait beaucoup de temps à observer le monde d’en haut, c’était une petite île de nénuphars de toutes les couleurs. Il aimait par-dessus tout remonter en surface, prendre appui sur un nymphéa tout en laissant la moitié de son corps immergé. Il faut vous dire que Lunette faisait partie de ces poissons aussi à l’aise pour respirer dans l’élément liquide que dans l’atmosphère. Mais c’est aussi la Contrée de Perpilet qui voulait ça. Elle décuplait les possibilités de vie chez ses petits protégés.

Le petit poisson profitait de la lumière pour faire des ronds dans l’eau qu’il propulsait tels des ricochets supersoniques. Ils venaient se répercuter sur les tiges des joncs et sur les cailloux de la berge. Il arrivait même à faire des bulles qu’il projetait dans le ciel d’un souffle gros comme un soleil. Et alors là c’était magique ! Chacune d’elles était irisée de mille nuances selon son exposition à l’astre du jour. Lorsqu’il était particulièrement en forme, il arrivait même à modeler ses bulles pour leur faire prendre des formes complètement loufoques ! Oh ! là ! Un dromaludaire (1)  ! Et ici ! Une lampirougne (2)  ! Ça alors ! Et encore plus haut ? Un oiseauctavie (3)  ! Avec de vraies plumes !

— Eh toi en bas ! Arrête de m’embuller (4)  ! Tu es en train de mouiller tout mon plumage ! Je viens de passer chez l’oiselisseur (5) pour une mise en beauté. Tu vas tout abimer !
— Qui me parle ? Il y a quelqu’un en haut ?
— Ben oui moi ! Maestro ! Juste au-dessus de toi !

Alors que le petit poisson, ébloui par le soleil, faisait des efforts pour discerner d’où provenait cette voix stridulante tout en se hissant un peu plus sur sa feuille de nénuphar, un oiseau vint se poser tout près de lui, sur l’île flottante voisine.

— Comment t’appelles-tu petit poisson bulleur ?
— Je m’appelle Lunette
— C’est drôle comme prénom
— C’est à cause des cercles noirs qui entourent mes yeux et qui se prolongent derrière ma tête. Et toi ? Tu t’appelles comment ?
— Moi, c’est Maestro ! Parce que je peux chanter tout ce que je veux, de l’aigu au grave
— Tu habites près de l’étang Maestro ?
— Non pas encore. Je suis venu visiter. Il y a du monde ici ?
— Oui un peu. En général, les animaux s’installent après une longue épopée à travers la contrée de Perpilet. Quelquefois, ils arrivent même de plus loin, du Loch du Greroux.
— Ah oui je vois. Moi je viens du Marais de la Nanlun. C’est loin aussi. Comme je ne connais pas ici, il me faudrait quelqu’un pour m’aider à trouver mon chez moi.
— Alors le mieux est de t’adresser à un Cherche-ta-place. Ils connaissent tout sur tout : les meilleurs endroits pour dénicher des champignons, les fleurs Roule-ta-Bille que tu appliques sur les zones douloureuses de ton corps, les coins uniques pour élire domicile.
— Et ça se trouve où un Cherche-ta-Place ?
— Tu vois le bosquet fleuri au bout du champ là-bas ? Au cinquième arbre, tourne à gauche et tu verras le burofficine de Gipsy. Il a longtemps bourlingué mais c’est en se fixant ici qu’il a décidé de monter son affaire et d’aider les nouveaux venus à trouver leur petit coin idéal. Tu sais, c’est dans ses cordes de débusquer ce qui pourrait te plaire.

Alors que Maestro et Lunette devisaient comme deux vieux amis, le petit poisson composa une bulle plus grosse que celles qu’il n’avait jamais produites. Elle avait pris la forme d’un char à vent. Il proposa à l’oiseauctavie de l’accompagner chez Gipsy à bord du véhicule volant en profitant de la petite brise légère du jour comme moyen de propulsion. Aussitôt dit, aussitôt fait ! Quelques minutes plus tard, le char à vent se posait devant le burofficine (6). Le Cherche-ta-Place avait installé tablounette et siègelet sous un arbrisol (7) et travaillait sur ses dossiers. Lorsqu’il vit arriver ses visiteurs, il leur fit signe de s’installer devant lui. Emprunt d’une générosité sans égale, il leur proposa quelques douceurs végétales issues de sa cueillette du matin et du jus de sève de noiblantier (8) , un arbre réputé pour ses qualités digestives.

Les échanges entre les trois personnages furent animés et bientôt, une liste de lieux susceptibles de plaire à Maestro fut établie. Rendez-vous fut pris pour le lendemain afin d’effectuer les visites de terrain. Le petit oiseau était tellement content qu’il se mit à chanter comme jamais sur ses trois octaves ! Il savait qu’il était désormais à sa place, dans la Contrée de Perpilet. Lunette quant à lui, avait trouvé un ami pour la vie.

© Claire BOUCHET – 26.07.19

_____________________________________________
(1) Dromaludaire : Mot inventé. Nom masculin. Animal de petite taille ressemblant à un dromadaire et dont la bosse clignote de toutes les couleurs lorsqu’il croise un congénère
(2) Lampirougne : Mot inventé. Nom féminin. Petite lutine qui passe ses journées à râler contre tout et n’importe quoi
(3) Oiseauctavie : Mot inventé. Nom masculin. Moineau des champs capable de chanter sur trois octaves
(4) Embuller : Mot inventer. Verbe du 1er groupe. Enfermer dans une bulle
(5) Oiselisseur : Mot inventé. Nom masculin. Coiffeur spécialisé pour les êtres à plumes
(6) Burofficine : Mot inventé. Nom masculin. Agence conseil en hébergement et naturologie
(7) Arbrisol : Mot inventé. Nom masculin. Arbre dont les branches feuillues retombent en parasol, offrant ainsi une protection agréable contre les rayons de soleil
(8) Noiblantier : Mot inventé. Nom masculin. Arbre originaire de la Contrée de Perpilet, connu pour sa sève régénératrice et digestive
29

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,