5
min

Conf’ de Rédac

Image de Sabine Lauret

Sabine Lauret

75 lectures

9

Mercredi, 10h02

En observant l’équipe derrière la vitre de la salle de réunion, je souris en pensant que cette ruche qui bruisse est un concentré de réussite pour notre magazine. Enfin, le doux bourdonnement que j’exprime est plus proche d’une cacophonie, mais soit ! On ne saurait faire taire tant de créativité.
Il est 10 heures, la conférence de rédaction doit commencer, nous avons du pain sur la planche. Mon entrée dans la salle passe inaperçue. J’entends Vanessa qui s’émerveille sur le châle « tête de mort » que Laurence porte.

- Il est super facile à faire, je t’assure ! Je te passerai le tuto si tu veux.

- Oh, tu sais, c’est pas trop mon truc le crochet, lui répond Vanessa.

Je me racle la gorge et annonce d’une voix claire :

- Bonjour à toutes ! C’est parti pour notre prochain numéro...

- Bonjour chef, répondent quelques rédactrices en me lançant un regard malicieux.

- Si je peux être libérée pour midi, ça serait parfait, Sabine, m’interpelle Caroline. Le chef Pérès m’attend pour un plateau télé au Plaza Athénée, suite aux menaces anonymes qu’ont reçues une dizaine de chefs étoilés.

Ce qui est bien avec Caroline, c’est que nous sommes souvent sur la même longueur d’onde, faire vite et bien, voilà qui me plait.

- Parfait, dans ce cas, on attaque !

Je fais un bref retour sur le numéro précédent : le nombre de connexions, la visibilité des articles, les réactions des lecteurs. Depuis sa création, Le Mag Blog est en constante progression. C’est un point très positif. Cette aventure n’était pas gagnée d’avance. Les magazines féminins sont nombreux : mobiliser un lectorat était un défi qui devait motiver chacune d’entre nous. Nous avons trouvé notre vitesse de croisière, il faut maintenant fidéliser, ne pas décevoir et continuer d’innover.
Pénélope, l’illustratrice du magazine, entre discrètement, elle est en retard, je ne vais pas le lui faire remarquer. Elle s’assied sans rien dire.
Anna et Karine sont déjà en train de discuter entre elles, il va falloir que je leur laisse la parole rapidement : elles débordent tellement d’idées que je ne suis jamais inquiète pour la rubrique littéraire.

- Marie-Bé, j’aimerais que tu complètes ton dossier « maman futée » avec quelques photos. Tu peux voir avec Elisabeth pour un shooting avant la fin de la semaine ?

- Pas de soucis. Tu as des orientations à me donner ?

- Non, j’ai toute confiance en toi et Elisabeth connaît mes goûts pour illustrer un article. Vous transmettrez ensuite à Sophie pour le maquettage.

- Ok, répondent-elles en chœur.

- Sophie, je suis désolée, mais le recrutement pour ton assistante est au point mort. Je suis consciente qu’on ne peut pas continuer comme ça longtemps, tu vas finir par craquer, mais j’ai relancé la RH. J’espère sincèrement trouver quelqu’un d’expert pour soulager ta charge.

Sophie souffle, elle baisse la tête, je sais que je compte trop sur elle, mais je n’ai pas le choix. Elle fournit un travail de titan et grâce à ses talents, Le Mag Blog est salué par la critique pour son esthétisme. Je vais l’inviter à déjeuner après notre réunion : c’est important que je la vois en tête à tête.

- Bon, la rubrique « culturelle », vous avez des sujets à nous soumettre ?

- Oui, s’exclame Anna. Un nouveau salon de la BD Fiction devrait voir le jour au printemps prochain, les visiteurs pourront rencontrer virtuellement leurs héros préférés.

Mon regard interrogatif doit bien exprimer mon degré d’incompréhension.
Anna continue.

- Il s’agit d’une sorte de plateforme vidéo et interactive.

- Ah oui, mon fils a vu ça à la télé, intervient Laurence. Ça semble sympa.

- Je ne suis pas certaine de bien saisir l’intérêt Anna, mais pourquoi pas ? Propose-moi ton article et s’il parvient à me convaincre, alors on le publiera. Qui d’autre ? Oui, Karine ?

- Il est annoncé pas mal de blockbusters sur cette année, mais il semblerait que les exploitants de nombreuses grandes villes veuillent les écarter de leurs écrans. J’aimerais faire une enquête et proposer un article à orientation économique et sociale.

Ingrid pousse un petit sifflement d’admiration et Delphine applaudit discrètement. Je souris et mime une inclinaison les deux mains jointes. Karine comprend ainsi qu’elle a la bénédiction de la rédaction pour ce sujet. Timidement, Delphine ose :

- Gilles Del Pappas lance un prix féminin du polar. Dans sa sélection, uniquement des femmes françaises, auteures de crimes les plus horribles les uns que les autres. L’événement fera l’objet d’une mise en scène et sera filmé. Del Pappas serait d’accord pour un partenariat avec Le Mag Blog. Qu’en pensez-vous ?

La rédaction s’embrase, Betty et Myriam pressent Delphine de questions. Il est vrai que le marseillais est un auteur emblématique dans le monde du polar. Sa réputation le précède et cette proposition de collaboration est une aubaine.

- Ok, je note pour que le service juridique puisse valider afin de lancer la comm’ dès que possible. C’est bon pour cette partie ?

J’interroge l’assistance du regard. Les collaboratrices hochent de la tête, sauf Pénélope qui semble absente. Elle gribouille sur son bloc. On passe donc au sujet « beauté ».

- J’ai testé un salon de coiffure bio, m’annonce Myriam. Les avantages sont indéniables. Avec Fabienne, on pourrait faire un dossier, car de son côté, elle a fait le tour des nouvelles marques de cosmétiques bio.

- Bio, naturels et français, précise Fabienne.

J’acquiesce et pose mes conditions : l’accent devra être mis sur le côté naturel des produits. Nos lectrices ne sont pas toutes bio ou vegan, nous devons ouvrir le sujet au plus grand nombre. Elles notent mes recommandations, nous pouvons donc enchainer avec l’actu déco et DIY de la semaine. Laurence prend la parole et nous éclabousse de son enthousiasme légendaire. Cette véritable touche à tout possède une grande connaissance de la blogosphère et nous épate constamment en dénichant des perles rares en matière de création. Nous validons la rubrique et laissons la parole à nos expertes culinaires.

- J’ai commencé un dossier de recettes avec des ingrédients de récup’, annonce Vanessa en se contorsionnant. Elle extrait de dessous la table un panier et en sort un énorme et magnifique gâteau. Tenez ! Goûtez-moi ça !

Nous prenons chacune une part alléchante, habituées aux succulentes recettes qu’elle dégotte régulièrement.

- Qu’est-ce que c’est ? hasarde Caroline.

- Je vous laisse deviner, répond-elle, énigmatique...

Certaines reprennent un morceau, les propositions fusent, mais aucune ne semble convenir. Vanessa jubile : il s’agit d’un gâteau aux épluchures de bananes ! La cuisine « zéro déchet » s’élabore avec des restes, des épluchures de fruits et légumes et même des trognons de pommes !

- C’est génial, ça me plait, déclare Caroline. D’ailleurs, je suis en train de recenser les restaurants qui proposent des menus sans allergènes ou sans gluten. J’ai même découvert une boulangerie dans le 5ème qui fait un pain au sarrasin dé-li-cieux ! On pourrait proposer un dossier complet avec Vanessa...

- Vendu ! On fait un point ensemble dans deux semaines, si vous voulez bien le noter.

Je me tourne vers Pénélope qui n’a pas décroché un mot depuis le début de notre réunion. Comme à son habitude, elle crayonne sur son bloc note. C’est bien normal pour une dessinatrice.

- Pénélope, as-tu des remarques, des suggestions ? Des propositions ?

- Euh, nan... Rien, franchement.

Devant nos regards incrédules, elle ajoute :

- J’suis désolée, mais j’y arrive pas... J’le sens pas votre mag. Je s’sais pas, j’arrive pas à...

Le rouge lui monte aux joues, je la sens au bord de l’explosion quand elle se lève et nous balance violemment :

- Je me casse ! J’en ai marre de tout ! Vous, mon mec, le système... C’est d’un ennui mortel tout ça. J’ai envie de vivre, bordel ! Adieu.

Elle claque rageusement la porte.
Nous nous regardons, confuses, abasourdies, perplexes. Que faut-il comprendre ? Cette réunion n’était pourtant pas différente des autres. Qu’est-ce qui a bien pu provoquer cet éclat ?
Nous pourrions toutes nous cacher derrière une magnifique arrogance et oublier cet épisode, mais l’intelligence doit nous servir et les rédactrices se lèvent les unes après les autres, dans le respect de ce débordement inattendu.
Je range maladroitement mes notes et regagne mon bureau, consciente que ce dérapage n’était pas bien grave. D’autres conférences de rédaction ont connu des fins plus tragiques. Souvenons-nous, nos collègues de Charlie ne s’en sont pas relevés, eux.
9

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,
Image de Lambda
Lambda · il y a
Je vais envoyer le lien de ce texte ultra-documenté à une journaliste de ma connaissance ;-)
Et l'allusion à Charlie est utile : il semble que certain(e)s aient déjà quasiment oublié!

·
Image de Sabine Lauret
Sabine Lauret · il y a
merci !
Oui, il ne faut pas oublier ...

·
Image de Keith Simmonds
Keith Simmonds · il y a
Beau récit bien compose et agréable à lire! Bravo! Mon vote!
Je vous invite à venir voir et apprécier mon “Été en flammes” si le cœur
vous en dit, merci d’avance!
http://short-edition.com/oeuvre/poetik/ete-en-flammes

·
Image de Laurence Liverato
Laurence Liverato · il y a
Ça me rappel quelque chose, bien que tu y ai apporté quelques changements, l'écriture te vas bien !
·
Image de Bisaigue12
Bisaigue12 · il y a
Depuis que je suis à la retraite, j'avais oublié les prises de choux du boulot. merci ! vive les R.D.D.L.C.
·