Celui qui vit là

il y a
1 min
243
lectures
62
Qualifié

J'ai grandi sous l'aile d'une grand-mère extraordinaire, une femme de la terre ; un jour j'ai fermé la fenêtre de ses yeux, un jour j'ai fermé la porte du palais où patoisent les mots, un jour je ... [+]

Image de Grand Prix - Été 2022
Image de Poèmes
Dans le petit village, tout au fond,
Seule reste ouverte une maison.
Avec son pied tout tordu,
Une vieille vigne pousse la porte d'entrée
Qui ne ferme plus.
Sur les grandes dalles de pierres blanches,
S'avance, s'installe l'ombre mouvante
De feuilles, de branches.

À travers les carreaux brouillés
D'une fenêtre bâillonnée,
Les roses trémières guignent.
Ici, aucune cloison ne sépare
Les quatre murs en plâtre jauni
Par la fumée de tabac gris.
Le balancier d'une pendule
Sonne l'ancien temps,
Avance, recule.

Celui qui vit là,
Laisse sa table embarrassée
De tout un fourbi,
D'un tas de peaux, d'écailles, d'os.
Accrochés aux poutres du plafond,
Des morceaux de carne pendent,
Des troches de viande faisandent.
Autour, des mouches assommantes
Tournent, se bousculent, s'acharnent,
Jusqu'à faire grogner le jeune ratier.

Celui qui vit là,
Garde aux pieds ses croquenots,
Fait mijoter le gibier
Sur le feu d'un fourneau.
Il s'éclaire à la bougie,
Se chauffe dans l'âtre noirci de suie,
Boit et se lave à l'eau de pluie.

Une chaise en paille de riz
Porte sur son dos,
Une chemise à carreaux,
Une ceinture de flanelle.
Sous le lit à rouleau, se cache un pot
Et sur la table de nuit,
Une bouteille d'eau de vie
Au parfum de prunelle,
Guérit les plaies, le rhume, les maux.

Celui qui vit là,
Est un ancien tâcheron, un journalier,
Mais aussi un braconnier.
Au fond du hameau, il est la dernière âme,
On le surnomme Dévoris.
Sa mère, sa sœur cadette,
Sont les seules femmes
À avoir franchi le seuil de sa bâtisse.

Celui qui vit là,
Se couche dans un lit de coin,
S'endort
Sous un édredon de plumes,
Avec le long de son corps,
Un traversin,
Qu'il serre fort, si fort,
Entre ses vieilles mains.
62

Un petit mot pour l'auteur ? 83 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Pénélope
Pénélope · il y a
Le portrait d'une maison qui nous mène à la vie d'un homme et à l'homme lui-même, un être sauvage et seul qui dort avec... son traversin pour combler un besoin de tendresse. Très beau.
Image de Léonore Feignon
Léonore Feignon · il y a
Un portrait d'homme solitaire, merci Pénélope d'être venue lui rendre visite.
Image de Virginie Denise
Virginie Denise · il y a
J'aime beaucoup votre personnage .
Image de Léonore Feignon
Léonore Feignon · il y a
Un personnage d'autrefois... merci beaucoup Virginie.
Image de LILI MILLET
Image de LILI MILLET
LILI MILLET · il y a
Je me suis trouvée propulsée soixante ans à l'arrière par la magie de votre très juste et très joli poésie.
Image de Léonore Feignon
Léonore Feignon · il y a
Oui c'est un grand plongeon dans le passé et j'aime faire revivre ces gens là ! merci à vous d'être venue à la rencontre de celui-là !
Image de JAC B
JAC B · il y a
J'aime beaucoup votre entrée poétique dans l'intimité brute mais si tendre de cet homme, merci Léonore.
Image de Léonore Feignon
Léonore Feignon · il y a
Merci JAC B, d'être venue rendre visite à cet homme du monde rural, cet homme de la nature.
Image de Lola LM
Lola LM · il y a
Très beau poème. On a envie de connaitre l'histoire de cet homme.
Image de Léonore Feignon
Léonore Feignon · il y a
Merci Lola. Une vie d'homme simple et bien remplie par une nature généreuse.
Image de Zou zou
Zou zou · il y a
Un marginal , touchant, comme il peut y en avoir dans les campagnes...
Image de Léonore Feignon
Léonore Feignon · il y a
Oui c'est vraiment ça Zou zou, merci beaucoup pour votre passage.
Image de Patrick Peronne
Patrick Peronne · il y a
Il y a du Giono, du Bouysse, du Lafon ( Marie-Hélène ). On ne peut se défaire du narratif qui nous enlierre et de l'atmosphère qui nous enserre... jusqu'à ce final qui nous émeut. Les vers ont une vérité, une beauté, une force subjugantes. Sous le charme et l'émotion.
Image de Léonore Feignon
Léonore Feignon · il y a
Merci beaucoup Patrick, j'adore Giono. Je n'ai fait que raconter en quelques traits la vie simple d'un homme lié à la nature, un homme qui a laissé sa trace dans les mémoires. Merci encore pour votre message qui me touche.
Image de Tess Benedict
Tess Benedict · il y a
Simple et poignant. J'ai beaucoup aimé la dernière strophe, un lit de coin, un édredon de plumes ( j'ai toujours celui de ma grand-mère...)
Image de Léonore Feignon
Léonore Feignon · il y a
C'était comme ça... moi aussi longtemps j'ai dormi sous un édredon de plumes. Merci beaucoup pour votre message, pour ce partage.

Vous aimerez aussi !