Révélation nocturne

il y a
4 min
232
lectures
198
Qualifié

Mon hypersensibilité , mes émotions me font vibrer, alors j'aime les mots pour essayer de traduire ce que je ressens...L'essentiel est de partager ce que l'on écrit... Désolée pour mes silences ... [+]

Image de Court et noir - 2018

© Short Édition - Toute reproduction interdite sans autorisation

Tous feux éteints, Kate Wislow roula lentement dans l'allée principale qui menait au manoir néo-gothique que l'on disait hanté.Une brume légère ouatait le décor mais chose curieuse, la pleine lune trouble arrivait à dispenser une lumière blafarde. Pas certaine d'arriver incognito se dit-elle. Au loin, un chien aboyait.

Selon son dossier, depuis Pâques l'enquête piétinait : sans aucune trace d'effraction dans le bâtiment, le Duc et la Duchesse de Worthsceacer, avaient été retrouvés morts dans leur lit. Le seul témoin, un jardinier sourd et myope n'avait rien vu, ni entendu dans son bungalow au fond du parc. Deux suspects, le fils héritier du domaine, Jack et sa compagne Morgane avaient un alibi en béton ce jour-là. Aucune trace d'ADN pour la police scientifique.

-C'est vrai que le décor est gratiné! Trouver cette énigme stimulait la jeune femme. Ce film sera noir et moi, je dois trouver la clé se dit-elle. Elle avait revêtu une cape sombre pour s'identifier à la nuit. Se déguiser en ombre pour trouver la lumière , ouais..pas mal. J'ai bien bossé le plan ..Je sais où je vais. .

Légèrement entrouverte en dépit des cordons de sécurité, la porte principale en boiserie sculptée l'invita à entrer. Armée de son Magnum, à l'intérieur, sur le qui-vive, elle ne décela aucune présence. L'adrénaline la boostait. Soudain, dans la chambre nuptiale, le lustre s'illumina ainsi que les appliques murales entourant les portraits d'une femme en robe de bal et d'un homme brun derrière elle, en tenue militaire d'apparat...Tous deux d'âge mûr. Et des larmes rouges paraissaient couler sur leurs joues pâles.

-Non, mais ! Qui a monté un truc pareil ? On ne va pas me faire le coup des larmes sanglantes, comme en Italie avec des statues ou ailleurs. On ne m'a pas parlé de ça...Elle s'approcha du tableau en y projetant le halo de sa lampe torche. Une paroi de verre isolait la toile. Apparemment, ce liquide paraissait bien être de l'hémoglobine. Elle décida de décrocher l'oeuvre. Au moment où elle monta sur une chaise pour mettre à exécution son projet, la lumière s'éteignit.

-Il m'en faut davantage pour me décourager tonna-t-elle.. De nouveau, comme par magie, la lumière réapparut. Le cadre qu'elle voulait décrocher paraissait lourd . Mais, championne nationale de lancer de marteau, elle pouvait assurer. Elle arriva à ses fins et repéra un bouton en creux caché derrière. A près avoir posé son encombrant butin, sans hésiter, elle appuya sur ce repère insolite. Dégageant l'entrée d'un souterrain, la partie du mur recouvert de lambris en chêne, en face du lit à baldaquin, pivota sur elle-même. Une forte odeur, comme une odeur de sang, envahit la vaste chambre. Le cadre sous le bras, la torche à la main, Kate Wislow s'engagea dans le boyau à demi courbée dans un premier temps .

L'autopsie des deux aristocrates n'avait rien révélé de particulier : tous les organes vitaux étaient intacts. Mais leur sang révélait une très forte anémie. Il en fallait davantage pour décourager la jeune visiteuse du soir. Elle se demanda si elle pourrait monter en grade , à l'issue de cette enquête.

Un courant d'air glacial circulait dans le conduit obscur maintenant plus large.. Mais aucune trace de toiles d'araignées. Ce passage paraissait être fréquemment utilisé. Cent mètres plus loin, elle arriva dans une grande salle sombre qui s'illumina dès son entrée. Une immense salle peinte en blanc  qui la fit cligner des eux : en fait un laboratoire. L'odeur de sang persistait. De multiples ballons et cornues antiques contenant un liquide sombre reposaient sur des becs bunsen en marche.

Après avoir déposé son fardeau, Kate fit le tour des installations : des réfrigérateurs, des congélateurs, des microscopes électroniques, des ordinateurs de dernière génération révélaient qu'une recherche occulte ultra moderne se déroulait dans ces locaux. Plusieurs grandes glaces accrochées au mur paraissaient les rendre plus grands encore. Curieux pensa-t-elle. Quel était ce mystérieux liquide rouge sombre, du sang ? D'où provenait-il  et dans quel but l'utiliser ?

La jeune femme repéra une porte au fond de la salle, simplement fermée à clé.celle-ci se trouvait dans la serrure.. Un local plus petit mais tout aussi moderne l'accueillit. Encore des ronronnements de congélateurs.
-Quel matériel ! Ils n'ont pas lésiné sur les moyens. Voyons voir cet énorme parallélépipède...au couvercle transparent. Dit-elle à voix haute.

En se penchant, elle poussa un cri : à l'intérieur l'homme et la femme du portrait ! semblables en tous points aux personnages peints de la chambre mortuaire des deux aristocrates. Congelés! Ils étaient entiers et congelés, figés dans ce cercueil scellé à – 35° d'après le thermomètre extérieur. Kate se demanda qui avait pu être enterré à leur place, après l'autopsie. Elle sentit une présence derrière elle.
-Jetez votre arme. Là, vous êtes en mauvaise posture, mademoiselle!Elle s'exécuta.

-C'est moi Jack, le fils. Mes parents voulaient mourir dans leur lit. Ils ont été exaucés. J'avais besoin de leur prélever quelques échantillons de sang de temps en temps car tous deux -des cousins germains- avaient le même gêne rarissime qui pouvait me permettre d'avancer à pas de géant. : je suis maintenant capable de fournir le sang universel à partir de sang de porc génétiquement modifié. Disons que j'ai un peu exagéré ! Mais ils étaient d'accord. Le décès de ma soeur bien-aimée, la préférée, les avait démolis. Ils n'avaient plus goût à la vie. Ils m'ont laissé faire.
Et maintenant, que dites...

Elle se retourna et il reçut un uppercut au menton..Son 7,35 vola !Une voix sortit de nulle part se fit entendre :
-Bravo ! Mademoiselle Wislow ! Vous avez gagné!Vous avez cumulé 500 points au jeu « Murder party »..Hé bien ! Vous y avez cru et c'est tant mieux ! Vous embrasserez Jack-Harry pour le consoler.

198

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,