Requiem

il y a
1 min
535
lectures
188
Qualifié

Je suis un homo economicus englouti dans mon époque, comme tous mes personnages. Retrouvez mes critiques et chroniques sur Azimut et abonnez vous: https://blogdesign.blog/ Suivez moi sur ma page ... [+]

Image de Grand Prix - Automne 19
Image de Très très courts

© Short Édition - Toute reproduction interdite sans autorisation

Lentement, elle se dégagea de son étreinte et réajusta son bikini.
— Tu ne penses pas que tu abuses, là ? Bon, c’est bien parce que c’est ton anniversaire.
Ses longues jambes maintenant repliées en tailleur, elle s’installa face à l’océan, tandis que son compagnon regagnait la cabine de pilotage.
Cela faisait maintenant deux mois qu’ils vivaient sur cet îlot à quelques milles de Madagascar et cette vie à la Adam et Ève commençait sérieusement à l’ennuyer. Elle regrettait profondément la cavale qui avait suivi le meurtre et les avait amenés jusqu’à Antananarivo. Paris, Marseille, Ljubljana, Bucarest, Istanbul, Le Caire… Jamais elle ne s’était sentie aussi vivante qu’au cours de ces dix mois.
— Tu m’emmènes où aujourd’hui ? On n’est jamais allé aussi loin.
— Va prendre les jumelles, tu vas comprendre.
Pendant une vingtaine de minutes, elle ne vit rien. Puis la chevelure rousse se stabilisa.
— Là-bas, je crois que j’ai vu un aileron… On va voir les requins ?!
Il acquiesça en hochant la tête. Folle de joie, elle se leva et se jeta sur lui pour l’embrasser.
— Tu semblais toujours ailleurs quand j’en parlais. Je pensais que tu ne m’écoutais pas.
— Comment oublier notre première rencontre ? Avec tes pompes, ta redingote et ta casquette en galuchat, tu avais toute la panoplie de la fan de squales.
Ils avaient pris la direction de l’aileron vu par Alexandra. Le second qui fit surface n’était maintenant qu’à une dizaine de mètres de l’embarcation.
— On va les appâter, ma chérie. Tu peux aller chercher le seau bleu à l’arrière du bateau ?
S’étant exécutée, mais grimaçant devant les entrailles de poisson, elle hésita à plonger sa main dans la masse visqueuse.
— Allez, ma grande, il faut y aller sinon ils ne viendront pas.
Inspirant profondément et se penchant au-dessus de l’eau, elle jeta une première poignée à la mer. Aussitôt, un aileron fit surface. À la deuxième, ils étaient trois, puis quatre à la troisième.
— Aïe ! Il y a truc bizarre dans le seau…
Un objet pointu et translucide surgit en effet des entrailles.
— C’est un bout de verre… Merde, je me suis coupée.
Absorbée par sa plaie, elle ne sut réagir à la brusque embardée du navire et perdit l’équilibre.

188

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !

Nouvelles

Gueule blanche

Chantal Sourire

Il est deux heures, Jimmy s'éveille.
Le réveil vient de sonner, sortant le jeune homme de son rêve récurrent. Son arrière-grand-père mineur, une gueule noire. Le portrait de l'ancêtre sur la ... [+]