Pucinella

il y a
4 min
68
lectures
5
Qualifié

2 recueils poésies "un chat c'est tout un poème" (2012 edit Dossiers d'Aquitaine)+"sur les rives et les marges de la vie" (2012 edit Amis lac d'Hossegor) 2 B.D Rouquin la rayure, délinquant ... [+]

Image de Très très courts

© Short Édition - Toute reproduction interdite sans autorisation

- Hé ! Réveille-toi !
Jean ouvre les yeux. Un ciel lumineux éclaire cette glaciale journée de février. L’estomac du gosse crie famine.
- Ah, tu te réveilles enfin !
Jean se redresse et regarde autour de lui.
- Tu ne me vois pas ? Attends... je vais descendre... et hop ! Me voici ! Sur ta main, regarde...
Le jeune garçon examine sa main. Dans un premier temps il n’y voit rien.
- Approche... tu me vois ?
Finalement l’enfant distingue un point noir qui sautille ça et là.
- C’est toi qui sautes comme ça ? T’es quoi ? Une puce ?
- Tout juste, mon petit bonhomme !
- Petit... petit... et toi, alors ! Tu t’es vu ? T’es microscopique !
- Trêve de plaisanterie ! Tout petit, tel que tu me vois, je suis ici pour t’aider. Je suis ton nouvel ange gardien.
- Mon nouvel ange gardien ! Pourquoi ? J’en avais un ancien ? Tu rigoles ! Si j’avais eu un ange gardien, ça se serait su. Mais, tu m’as vu ? Plus miséreux, plus seul que moi, y a pas !
- Tseu, tseu ! Tais-toi. Je suis là maintenant, ton nouvel ange gardien, pour t’aider... c’est sûr que celui que tu avais avant, il valait que dalle, un vrai fainéant. Je sais pas où ils vont les chercher de nos jours.
- Une puce ange gardien ! Après tout, au point où j’en suis...
Effectivement, Jean a triste mine. Loqueteux, crasseux, tignasse en serpillière, mains et pieds craquelés par les engelures, il n’est pas beau à voir.
- Écoute-moi, petit bonhomme... comme je viens de te le dire, c’est moi qui ai pris le poste laissé vacant par ce prédécesseur, ce nullard qui a fini par mettre les bouts et bon débarras ! Maintenant les choses vont changer.
- Mais je comprends rien : une puce qui parle ! Est-ce que je rêve ?
- Tu as posé la bonne question, fiston. Tu veux que je te raconte ma vie ?
- Bein, oui ! Y a rien d’autre à faire en tout cas.
- Merci pour ton enthousiasme débordant. Bon, par où est-ce que je vais commencer... oui, bien sûr... Il était une fois... bon début, hein ! Un peu éculé, mais qui a fait ses preuves. Il était une fois, donc, moi, jeune puce insouciante, je ne songeais qu’à vivre l’instant présent... ignorant encore que j’allais devenir immortelle. Ça, je ne l’ai appris que récemment. Au début je ne savais pas qu’une puce, ça a une espérance de vie limitée. Ensuite, je voyais bien que ça disparaissait autour de moi, mais je croyais que chacun allait chercher fortune ailleurs. Bon, revenons à nos moutons. Un jour où je déjeunais sur un SDF, bien velu comme je les aime, ce sagouin a eu l’idée saugrenue d’aller se réfugier dans une cabine pleine de manettes et de fils... il y a eu une énorme étincelle et mon SDF s’est transformé en friture. Pour moi je n’ai jamais compris comment je m’en étais tirée. Je pense que mon destin n’était pas de finir ce jour-là en puce rôtie, mais de devenir une puce d’exception, douée de raison et de parole et surtout d’un cœur gros comme ça... ce qui s’est passé ce jour-là, dans ce générateur béni, m’a aussi éclairée sur la profession que je suis prédestinée à exercer, et cela à partir de ce jour : ange gardien et tu es mon premier client !
- Tu me fais marcher, non ? T’es vraiment un ange gardien ? Mais je croyais que c’étaient de vrais anges qui faisaient ce boulot !
- T’as pas tort, fiston... mais il y a pénurie d’anges... t’as vu l’explosion démographique...comment tu veux assurer avec tout ce monde... d’ailleurs il y en a qui n’ont pas d’ange gardien : t’as vu cette criminalité galopante ? Maintenant on fait avec ce qu’on a. D’ailleurs je peux pas être plus mauvais que certains loustics qui squattaient la fonction depuis trop longtemps, comme celui que tu avais : tu parles d’un cadeau !
- C’est parce que mon ange à moi était nul que je suis dans la rue ?
- Nul ! Mais il était nullissime, petit bonhomme, nullissime ! Un nullard intégral ! Est-ce qu’il t’a empêché d’arracher les sacs à main des petites vieilles sans défense...
- Mais...
- Il y a pas de « mais »... c’était mal, un point, c’est tout. Donc, où en étais-je, ah oui, mais d’abord il faut que je te précise quelque chose, ce n’est quand même pas la faute de ton ex-gardien que tu es dans la rue, non. Tu as perdu tes parents tout petit et des gens t’ont recueilli... tu t’en souviens ?
- Ouais, si je me souviens ! Je couchais dans la paille de la grange, je mangeais les restes des cochons, quand il y avait des restes ! je trimais dix-huit heures par jour, j’étais injurié et battu pour un oui, pour un non... tu parles si je me suis carapaté de là à la première occase !
- Maintenant que je suis avec toi, tu vas voir, je vais t’aider à t’en sortir, comme je le ferai avec plein d’autres enfants quand tu seras casé. Il y en a tant qui vivent l’enfer, mais je vais reprendre les choses en main... enfin en griffe... et, quand je les quitterai, eux-aussi, après avoir accompli ma mission, tous seront heureux, avec chacun un nouvel ange gardien, un vrai celui-là, que je me décarcasserai pour leur obtenir.
- Ha, ha, ha !
Un rire sardonique retentit soudain, venant de l’épaule gauche du gosse.
Pucinella lève la tête. Au-dessus d’elle, plane un être hideux, rouge et noir, avec des cornes torses et une queue fourchue, un sourire jusqu’aux oreilles révélant de grands crocs à pointes acérées.
- Ha, ha, ha ! Enfin je te tiens, puce de malheur ! J’ai entendu parler de ton projet insensé : ce chenapan-là est à moi et tu ne me le prendras pas, ni lui ni les autres ! Ta dernière heure est venue, maudite vermine...
Alors le petit garçon, sous l’emprise du démon gardien, abat la main sur la petite créature qui ne voulait que l’aider. Il rate son coup et Pucinella s’envole, triste mais pleine de l’espoir de revenir, un jour ou l’autre, sauver ce gosse des griffes de la Bête immonde. En attendant, elle repart porter secours à d’autres pauvres gamins dans la dèche. Telle est la destinée de cette puce d’élite : sauveur d’enfants.

5

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,