Mamie Josepha

il y a
2 min
1 061
lectures
240
Finaliste
Jury

J'écris pour oublier la tristesse, car les larmes sont plus jolies quand elles ont la couleur de l'encre...

Image de Grand Prix - Été 2021
Image de Très très courts

© Short Édition - Toute reproduction interdite sans autorisation

De ma famille, je n'ai pas grand-chose à dire. Ce n'est pas le genre de famille qui se dit, c'est de celui qui se raconte. Mais aujourd'hui, je veux vous parler de son plus illustre membre : mamie Josepha.
Mamie Josepha est une jeunette de cent-douze ans. Oui, vous avez bien lu : une petite jeune, qui avance sereinement vers ses cent-treize printemps. S'il est vrai que son corps l'a fait quelquefois souffrir, son esprit est aussi leste que celui d'un enfant de douze ans. C'est du moins ce que nous a dit le directeur de sa maison de retraite, la dernière fois qu'il a appelé pour se plaindre d'elle.
Si je me souviens bien, ce jour-là, elle avait recruté deux petites camarades nonagénaires pour jeter des boules puantes dans le bureau des infirmières. La fois d'avant, elle s'était infiltrée dans le réfectoire et avait versé du colorant bleu dans la purée, qui devait être servie aux résidents. Cette fois-là, cela avait été mon tour de venir la chercher dans le bureau du directeur. J'avoue avoir eu beaucoup de mal à réfréner un fou rire, quand elle avait répondu le plus sérieusement du monde au directeur, qu'elle souhaitait simplement voir à quoi ressemblait de la purée de Schtroumpfs, quand il lui avait demandé le pourquoi de ses agissements.
Il faut dire que le pauvre homme a besoin d'autant de temps pour gérer les bêtises de mamie, que pour s'occuper de tous ses autres résidents. Comme tous ceux qui l'ont précédé, il a bien cherché à la renvoyer telle une élève de douze ans, qui se retrouverait convoquée à un conseil de discipline pour être promptement évacuée de son collège. Mais au fur et à mesure du temps, il a fini par reconnaître que malgré tous les désagréments que ses bêtises pouvaient lui occasionner, il était heureux de connaître une personne aussi inspirante et aussi intrigante que mamie.
Devenue veuve à trente ans, juste au début de la Seconde Guerre mondiale, mamie n'a jamais accepté la mort de son époux, qui avait été retrouvé mort assassiné d'une balle dans le dos, alors qu'il se rendait au village voisin pour soigner les blessés. Aucune explication ne lui avait été donnée et quand elle avait commencé à poser des questions, tout le monde l'avait vivement encouragée à passer à autre chose.
Cela l'avait vraiment énervée : il en était hors de question ! Elle ne concevait sa vie qu'avec ses deux enfants et son mari et puisque la mort lui avait pris cela, sans même daigner s'expliquer, elle refuserait de mourir tant qu'elle n'aurait pas eu d'éclaircissements sur la logique d'une telle tragédie. Hors de question de pactiser avec la mort, tant que celle-ci ne se serait pas expliquée !
L'extravagance de son propos avait fait beaucoup rire : on l'avait prise pour une folle, qui refusait d'affronter la tragédie qu'elle vivait. Mais les décennies avaient filé et personne ne pouvait plus faire l'économie de la question : Josepha avait-elle juste une santé robuste ou alors, avait-elle réussi à faire peur à la mort elle-même, en la vilipendant de la sorte ?
Cette histoire, son histoire, mamie Josepha la raconte à chacun de ses anniversaires et chaque année, je perçois de la fierté dans sa voix pour avoir tenu bon, face à cette mort qui lui avait tout pris. J'y entends aussi de la tristesse, celle d'une jeune veuve au cœur brisé, qui attend toujours de savoir pourquoi son homme est mort.
Quoiqu'il en soit, maintenant, vous savez. On ne dit pas grand-chose de mamie Josepha : on la laisse nous dire !
240

Un petit mot pour l'auteur ? 80 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Choubi Doux
Choubi Doux · il y a
J'en reprendrais bien une louche sur le dessus du gâteau. ;) J'imagine le joli sourire de Mamie qui enjolive le temps.
Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
Sacrée Josepha. J'ai une tante qui s'appelle comme ça..
Image de Marie Claude Lisée
Marie Claude Lisée · il y a
Trop courte cette histoire! J’en aurais pris encore plus de ces frasques de mamie Josaphat ;-D
Image de Armelle Fakirian
Armelle Fakirian · il y a
Une histoire touchante qui fait aussi sourire. Cette mamie est très attachante.
Image de F. Gouelan
F. Gouelan · il y a
C'est une chance qu'elle puisse encore vous dire, ne pas la laisser passer.
Image de Lady Délivrance
Lady Délivrance · il y a
J'adorerais avoir une mamie du genre!
Image de Viviane Fournier
Viviane Fournier · il y a
Joli portrait ! Une Mamie qui ne laisse pas indifférent ... bravo vraiment !
Image de Joëlle Brethes
Joëlle Brethes · il y a
Apparemment, cette mamie terrible va encore donner longtemps du fil à retordre au personnel de sa maison de retraite car le mystère de la mort de son mari n'est pas près d'être résolu ;)
Image de Isabelle Payan
Image de CATHERINE NUGNES
CATHERINE NUGNES · il y a
Elle est géniale Mamie Josépha, vous avez mes voix . Bonne finale .

Vous aimerez aussi !