Les fleurs d'après

il y a
3 min
285
lectures
30
Qualifié
Image de 10 ans - 10 ans
Image de Très très courts
Je vais faire court. J'aimais cuisiner. Bien souvent, j'improvisais. J'adorais ça, sortir des lignes. Je connaissais les bases, puis après, j'y allais un peu à l'œil comme on dit. A l'instinct. Ma cuisine dépendait surtout de l'état d'esprit dans lequel je me trouvais. J'aimais donner vie à de bons petits plats. Manger avant tout avec les yeux. Là où je me faisais vraiment plaisir, c'était en pâtisserie. Je pouvais passer des heures à cuire des biscuits. Mais, il y a eu ce jour de février où tout a volé en éclat. La nouvelle abrupte est tombée. Mon sang s'est glacé. Le vertige. L'abîme. La vie a glissé hors de toi et tu n'as pas voulu revenir. Depuis, tout est devenu fade, jusqu'à l'envie de s'alimenter. J'ai cherché. Il n'existe pas de recette pour surmonter un deuil. J'ai beau feuilleter tous les livres de cuisine, il n'y a rien. Pour la première fois, je dois apprendre à composer seule, à avancer désormais sans toi. Le chemin sera long. Il parait que le temps adoucit le chagrin. Alors même si je pleure en marchant, même si je m'effondre, je pourrais me raccrocher à ces trois ingrédients : des œufs, de la farine et du lait. Si le cœur n'y est pas, il y aura toujours des crêpes pour égayer mes pas. Dans mes larmes, un rayon de soleil brillera.

Sait-on jamais quand vient le bon moment ? Dans mon esprit cette phrase revient souvent tournoyer comme un oiseau à mesure que le printemps passe.

Un matin, je sors. Pas très loin, juste devant la maison. Là, je m'assieds. Le vent s'engouffre dans mes cheveux. Il souffle fort la bise. C'est elle que je viens trouver. Ce n'est pas la caresse des longues soirées d'été. Non. Nous n'en sommes pas encore là. C'est une gifle qu'elle me donne. C'est ce que je viens chercher. Mais il semble que même la nature échoue à me réveiller. La vie a perdu toute sa saveur. Je suis lassée, fatiguée. Être, simplement être, me paraît une mission bien difficile à accomplir. Alors, je ne fais rien. Je connais le refrain qui dit qu'avec le temps, ça ira mieux. Pourtant plus il passe et plus j'ai mal dans le cœur. Le chagrin s'est intensifié. Je connais la réalité mais je ne la comprends toujours pas. Je reste figée, arrêtée. Désormais, je ne vis plus, je fonctionne. Que le monde continue de tourner sans moi, ça m'est égal. Je ne bouge pas. Le regard perdu dans le vague, soudain, voilà ce qui pourrait bien être un coup de pouce du vivant. Mes yeux ont perçu quelque chose au loin. Je me recentre. Tiens, tiens. J'aperçois une petite belette, sortie de nulle part. Cette surprise m'anime pour la première fois depuis une éternité. Je la regarde sautiller, se déplacer à vive allure. Je me lève même pour mieux l'observer. On dirait qu'elle danse ! L'espace d'un instant, je me relie à son amusement. J'accueille cette étincelle de joie. C'est la première fois que je souris vraiment depuis ton départ.

L'été n'est pas. Il pleut comme je pleure.

Je tourne en rond. Des mois, c'est si peu et si long à la fois. Je me sens à la dérive quand je regarde autour de moi. Je suis en décalage. Si je m'arrête, je peux voir mon navire partir au loin. Il s'en va et moi je reste là au bord de l'eau sans que je ne puisse rien y faire. Toutes les parties qui forment celle que je suis, s'effilochent dans le vent. Des morceaux de moi. Là. Flottant dans les airs. Alors je me demande. Que reste-t-il ici depuis que tu es parti ? Ton absence ne cesse de se creuser, comme des lits de rivière. Un silence douloureux a remplacé ta voix. J'attends encore cet appel qui plus jamais ne reviendra. Si tu savais comme tu me manques. Dans l'immensité du ciel et de l'eau, je te cherche partout.

La nature poursuit son cycle et je me tourne vers elle pour me ressourcer. Je récolte avec émotion les pommes des arbres plantés ensemble. Je me promène sur les chemins que nous avons empruntés si souvent.

Il paraît que les fleurs d'après poussent de l'intérieur.

Un jour, alors que les forêts arborent des couleurs flamboyantes, que les feuilles craquent sous mes pieds, dans un petit bois, je m'assieds sur un banc. Je ferme les yeux pour y voir plus clair. Il y a depuis peu une petite graine qui ne demande qu'à germer en moi. Et si j'écrivais ? Un conseil me revient en mémoire : « Quand une plante pousse, on ne lui coupe pas la tête, on l'arrose. » Il est temps d'accueillir la vie qui reprend en moi. J'inspire et souffle avant de reprendre ma marche, le cœur plus léger.
30

Un petit mot pour l'auteur ? 34 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de François B.
François B. · il y a
Une belle interprétation du thème proposé
Image de Sophie Henchoz
Sophie Henchoz · il y a
Je vous remercie.
Image de Armelle Fakirian
Armelle Fakirian · il y a
Très touchant récit de deuil qui s'accomplit progressivement et quelle belle image que celle de cette graine qui commence à germer !
Image de Sophie Henchoz
Sophie Henchoz · il y a
Votre commentaire me fait chaud au cœur et je vous en remercie.
Image de Fab Meiloan
Fab Meiloan · il y a
Une longue errance qui mène à la germination, la vie. Mon vote, bravo!
J ai également un texte en lice...

Image de Sophie Henchoz
Sophie Henchoz · il y a
Merci pour votre retour positif.
J'irai également vous lire avec joie!

Image de Felix Culpa
Felix Culpa · il y a
Vous êtes une belle découverte littéraire ! Votre histoire m'a captivé d'un bout à l'autre. Je m'abonne à votre page !
Image de Sophie Henchoz
Sophie Henchoz · il y a
Oh merci merci ! Comme cela me met en joie ! ;-)
Image de Margaux Maurer
Margaux Maurer · il y a
J'aime lire "Je vais faire court." et ne découvrir que des phrases particulièrement courte ! J'adore le style.
Image de Sophie Henchoz
Sophie Henchoz · il y a
Génial, merci bien ! Ravie que vous ayez apprécié ;-)
Image de Marie Van Marle
Marie Van Marle · il y a
Superbe. Le style est vif et juste, et chaque détail touche par sa vérité toute simple
Image de Sophie Henchoz
Sophie Henchoz · il y a
Oh, ça fait plaisir ! Je vous remercie pour vos gentils mots.
Image de P.E. Cayral
P.E. Cayral · il y a
Des crêpes, une belette... les petits riens du retour à la vie !
Image de Sophie Henchoz
Sophie Henchoz · il y a
Oui, c'est exactement cela, ces petits riens qui font du bien.
Image de Viviane Fournier
Viviane Fournier · il y a
c'est un voyage au bord du coeur... avec une poésie vraie et de belles emotions ...
Image de Sophie Henchoz
Sophie Henchoz · il y a
Merci beaucoup pour vos beaux mots.
Image de Ginette Flora Amouma
Ginette Flora Amouma · il y a
Une belle résilience. Une écriture sensible, un fort ressenti.
Image de Sophie Henchoz
Sophie Henchoz · il y a
Merci pour votre retour touchant.
Image de Patricia Besson
Patricia Besson · il y a
Texte plein de poésie et de mélancolie. J'ai beaucoup aimé.ma voix avec plaisir
Image de Sophie Henchoz
Sophie Henchoz · il y a
Je vous remercie beaucoup.