Un voyage pour l'enfer

il y a
5 min
395
lectures
77
Qualifié

Pour être court, ma profession consiste à conduire des trains qui roulent vite. Mes passions sont la lecture et l'écriture. Beaucoup de mes histoires sont encore en attente dans mon ordinateur et  [+]

Image de 2021
Image de Très très courts
La neige tombait en s’intensifiant depuis le départ du train de Paris Nord. En tant que conducteur, l’effet que cela produit sur le pare-brise, de nuit, avec les phares, m’a toujours impressionné. Je suis entré sur la ligne rapide voilà cinquante minutes et le train roule à près de 300 Km/h en direction de la capitale des Flandres. A chaque train que je croise, nous nous prenons en pleine face un nuage de neige et de glace. Je sais par expérience que le régulateur va bientôt limiter la vitesse. L’attente ne dure pas longtemps, la radio crache son message « Régulateur à tous les trains. Je vous ordonne de descendre votre vitesse à 2,3,0, des projections de glace nous ont été signalées ». Je donne un coup de frein et j’envoie le signal sonore pour avertir le chef de bord que je veux lui parler. Il m’appelle :
- Oui Alain, qu’est-ce que tu me veux ?
-  Juste pour te dire que suite aux conditions météo la vitesse des trains est limitée à 230, on aura 15 minutes de retard à l’arrivée sur Bruxelles. Si tu veux faire une annonce aux voyageurs, fais-toi plaisir !
- Ok, je leur dis que le conducteur est un branleur et qu’ils arriveront en retard à cause de lui ! On est où là ?
- Je ne sais pas trop, on vient de passer Lille, mais avec la neige, je n’arrive plus à lire les points kilométriques. Regarde sur ton application, tu auras même le retard en temps réel.
- C’est bien ce que je dis, tu es un branleur de conducteur, tu ne sais même pas où on est !
- Mais si, je sais, mais regarde toi-même, il fait nuit, tout est blanc et depuis quelques kilomètres j’aperçois pleins de bonhommes de neige le long de la voie.  Bon je te laisse si tu veux que l’on arrive un jour à destination.
- Ciao branleur et arrête de boire, on se voit à l’hôtel pour manger ?  
- Ok, à toute à l’heure.

La tempête redouble d’intensité ! Je viens de voir filer les panneaux signalant le passage de la frontière Belge et le changement de règlementation. Enfin, voir est un bien grand mot, j’ai vu passer deux panneaux blancs de neige. Mais je suis tracassé, il n’est pas normal de voir des bonhommes de neige posés si près des voies, des gamins ont dû franchirent le grillage de protection alors j’ouvre l’œil ! La neige ne tombe plus. Sans traction, le train semble glisser silencieusement sur un tapis de coton blanc. Quand soudain apparaît dans la lumière de mes phares une grosse boule blanche posée au milieu de ma voie. Elle me semble énorme. Par réflexe, j’enfonce le bouton de freinage d’urgence en sachant qu’à la vitesse où nous roulons, nous allons quand même la percuter. Je pense immédiatement aux enfants qui l’ont fabriquée. Ne sachant pas s’ils jouent encore dans les voies, je lance l’alerte pour stopper tous les trains du secteur. La radio siffle et les phares du train se mettent à clignoter. Il faut agir vite. Le bonhomme de neige est maintenant tout proche mais quelque chose ne colle pas ! Il me semble voir deux bras humains sortant de la gosse boule blanche. Mais trop tard, le train roule encore à la vitesse de 100 Km/h quand nous percutons l’énorme masse blanche. Un grand bruit sourd me confirme que la chose est tapée et qu’elle est partie rouler sous le train. L’image de mon unique accident de personne me revient en mémoire. Le visage livide d’une femme en sueur regardant le train arriver sans bouger attendant la délivrance de la mort. Dans un bruit strident, le convoi finit par s’arrêter cinq cents mètres plus loin. Mes mains tremblent ! Pas le temps de réfléchir. J’efface l’image d’horreur de mon esprit et je tente plusieurs fois de joindre le régulateur. Aucune réponse ! Mon téléphone m’indique qu’il ne trouve pas de réseaux. J’appelle une nouvelle fois mon chef de bord « Juste pour te prévenir que je viens d’heurter quelque chose, je n’ai pas pu joindre le régulateur et mon GSM ne capte rien. Il faut que je sorte pour arrêter les trains, je te rappelle dès mon retour. Essaie de prévenir quelqu’un avec un téléphone ». J’enfile ma parka, un gilet fluo et je prends l’équipement de protection. La marche est haute et en me lâchant du garde-fou, mes pieds s’enfoncent de quinze centimètres dans la neige. Le vent souffle fort à l’extérieur et me lacère les joues. J’ai l’impression qu’il fait moins quinze degrés Celsius. Je pars vers l’avant du train pour trouver le prochain signal de voie équipé d’un téléphone. Au bout de cent mètres, mes pieds sont glacés et le bas de mon pantalon trempé. Mes chaussures ne sont pas adaptées pour la neige. Ne voyant rien sous la couche blanche, je finis par taper mon pied gauche dans quelque chose de dur. La douleur m’envahit malgré ce froid qui aurait dû m’anesthésier. Je lâche un cri libérateur « Aille, putain de journée de merde ! »  A cette distance du train et avec cette nuit noire, le paysage m’apparait par intermittence au rythme du clignotement des phares. Devant moi, j’aperçois encore un bonhomme de neige au milieu de la voie. « Bande de petits cons. Vous avez que ça à faire de vos soirées ?», je ne reçois aucune réponse. En le dépassant, je me tourne vers lui. Ses yeux brillent dans le clignotement des phares et semblent me lancer un regard accusateur. Les sales gamins ont dû placer des billes pour lui faire briller ses yeux. Je m’approche pour vérifier et je retire l’un des deux calots. Soudain mon cœur s’accélère, ma vision se brouille quand je réalise que je tiens un véritable œil prolongé de son nerf optique. Je vois le signal de voie, je cours décrocher son téléphone « Allo, conducteur du train 9-3-8-7 vous m’entendez ? Il y a quelqu’un ? »  Aucune réponse, ni tonalité ! J’éclaire le derrière du téléphone avec la lumière de mon GSM et je vois que les fils sont arrachés. « Merde, c’est quoi ce bordel ! ». Encore un peu plus loin, je vois une autre boule de neige surmontée d’une tête humaine. Je panique et repars en courant vers les phares du train qui clignotent toujours. A bout de souffle, je remonte comme un fou dans la cabine de conduite en verrouillant toutes les portes. J’appelle le chef de bord et il ne me répond pas ! J’allume la lumière de la cabine et je découvre une vision d’horreur. Le fil du combiné radio est arraché. Il y a du sang plein le sol et il est écrit sur les parois en lettres de sang ‘VIDAR’ plusieurs fois. J’allume le compartiment moteur pour vérifier que personne ne s’y cache. Je vois un corps sans tête et sans bras allongé, gisant à même le sol. Il a le costume de l’entreprise ! C’est un nouveau coup de massue, mon rythme cardiaque doit dépasser les 150 ppm. Une lame brille sur le sol, je me penche et la récupère. Il faut que je retrouve le chef de bord. Je passe par le compartiment moteur pour entrer dans les voitures en enjambant le cadavre. Une ombre se précipite vers moi. Je donne de grands coups de couteau à l’aveuglette, quelqu’un crie et tombe à terre. La porte donnant vers le reste de la voiture s’ouvre et je vois surgir le chef de bord livide qui me regarde avec de grands yeux affolés en me disant « Daniel, que fais-tu là ? Où est Alain ? Pourquoi tu as tout ce sang sur toi ?».
Il m’a appelé Daniel ! J’ai l’impression de sortir d’un mauvais rêve. Tout me revient en mémoire, ma femme m’avouant sa liaison avec mon collègue Alain, conducteur comme moi, la dépression qui s’en est suivi et la perte de mon travail que cela a engendré. Ma longue descente aux enfers et le plongeon dans l’alcool et les médicaments. Puis hier soir, la dernière dispute, la gifle et le mauvais coup. La nuit passée au côté de ma femme sans vie qui semblait continuer à me faire des reproches. Puis, il est venu, en même temps que cette tempête de neige. Sans dire un mot, il m’a tendu ce couteau et j’ai su que cet homme du froid me donnait l’épée de la vengeance. Dès que j’ai tenu ce glaive, j’ai réalisé qu’Alain était le loup alors j’ai regardé l’homme de glace et je lui ai demandé son nom. Il a soufflé sur la vitre qui a immédiatement gelé puis il a écrit avec la pointe de son doigt « VIDAR Fils d’ODIN ».
77

Un petit mot pour l'auteur ? 37 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de A. Nardop
A. Nardop · il y a
Grand plaisir à vous découvrir (un peu tard).
Image de Frédéric Gérard
Frédéric Gérard · il y a
Merci de m'avoir lu.
Image de Cristo R
Cristo R · il y a
Bravo pour ce terrible suspense associant le métier de conducteur et ces terribles accidents
de cheminots travaillant sur les voies ou de personnes suicidaires et pour l'histoire personnelle d'une vengeance amoureuse dans une atmosphère dantesque fantasmée . Une version moderne de la bête humaine aussi.

Mes 5 voix

une autre fin du monde https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/sang-noel

Image de Frédéric Gérard
Frédéric Gérard · il y a
Merci de votre commentaire et de votre soutien. Je vais passer lire votre histoire avec plaisir.
Image de Fid-Ho LAKHA
Fid-Ho LAKHA · il y a
Un thriller bien documenté sur le métier de conducteur de train ( j’ai vu que c’est votre profession), puis le suspense devient horreur! Une pensée pour le film «  Ça » : au lieu de ballons et de clowns, ce sont des bonhommes de neige ! La chute est sublime avec une immersion dans la folie ! Mes voix et une invitation à lire Ice Dream, où coule une rivière... Quant aux coquilles, j’en ai vite relevé 2 : je finiS / qui s’en EST suivi. Etant, aussi, nouvelle sur le Short, on m’a expliqué pour corriger. En bas de l’accueil, vous cliquez sur «  contact » et vous faites votre demande . Au plaisir de vous relire !
Image de Frédéric Gérard
Frédéric Gérard · il y a
Merci de m'avoir lu et de votre commentaire. Je vais suivre les conseils et envoyer une version sans coquilles via 'contact'. Je vais également passer vous lire. Bien à vous.
Image de Fid-Ho LAKHA
Fid-Ho LAKHA · il y a
Merci pour être passé chez moi ! S’il y a peu de fautes, vous n’êtes pas obligé d’envoyer tout le texte, signalez seulement les coquilles et votre correction !
Image de Frédéric Gérard
Frédéric Gérard · il y a
C'est fait, j'ai envoyé tout le texte au cas où ma petite histoire continue son aventure sur le site après le 25 ! Mon histoire suivante est terminée, je vais bien la relire avant de la proposer 👍. Merci a vous.
Image de Arthur Rogala
Arthur Rogala · il y a
J'ai adoré ce texte, déjà c'est très intéressant à lire parce que vous connaissez le métier de conducteur de train. C'est très immersif, il y a du suspens, une ambiance très bien posée, c'est efficace bravo ! À la fin j'ai trouvé quelques petites fautes/coquilles, et une répétition pas très jolie, mais c'est des détails, ça n'entache pas ce très bon texte ! :)
Image de Frédéric Gérard
Frédéric Gérard · il y a
Merci de m'avoir lu et pour votre commentaire. 👍 Oui, j'ai vu que trop tard les deux petites fautes d'empressement 😫. Je pourrais peut-être les rectifier par la suite, après le concours.
Image de Arthur Rogala
Arthur Rogala · il y a
Je crois qu'il y a moyen d'envoyer un mail pour que ça soit corrigé, même en concours. Je suis assez nouveau sur le site, je ne sais pas comment ça fonctionne, mais apparemment c'est possible.
Image de Marieve Carlota
Marieve Carlota · il y a
Quel rythme.... j'aime votre style rapide efficace . Merci . Je vote
Image de Frédéric Gérard
Frédéric Gérard · il y a
Merci de m'avoir lu et de votre commentaire encourageant 👍. Bonne journée. Bien à vous.
Image de Ginette Flora Amouma
Ginette Flora Amouma · il y a
Un voyage dans la terreur et l'horreur , de la vengeance dans l'air glacial .
Image de Frédéric Gérard
Frédéric Gérard · il y a
Merci de votre commentaire.
Image de Mikky MUANDALI
Mikky MUANDALI · il y a
Ha ouais ! J'ai adoré ! C'est cool ! Super histoire. J'ai été tenu en haleine jusqu'au bout. Il y a du rythme et la lecture est fluide. J'ai fait moi aussi un thriller. Si ça vous dit de passer lui rendre visite (avec une parka bien sûr car il fait plutôt glacial par chez moi :). Merci pour ce texte
Image de Frédéric Gérard
Frédéric Gérard · il y a
Merci de votre commentaire, je ne vais pas manquer de passer lire votre thriller glacial. 👍
Image de Mino HEAN
Mino HEAN · il y a
Ça fait flipper ton histoire je kiffe !
Ça mériterai d'un faire un court métrage !

Image de Frédéric Gérard
Frédéric Gérard · il y a
Merci Mino. 👍🥶🥶🥶
Image de Patrice Caussinus
Patrice Caussinus · il y a
bravo Frédéric
Image de Frédéric Gérard
Frédéric Gérard · il y a
Merci Patrice. 🤗
Image de Françoise Desvigne
Françoise Desvigne · il y a
⛄Mes votes !
Image de Frédéric Gérard
Frédéric Gérard · il y a
Merci Françoise. 🤗