2
min

Un Noël d'exception

Image de Chantal Sourire

Chantal Sourire

443 lectures

266

Qualifié

Pierrick vient d’effeuiller la dernière fenêtre du calendrier de l’Avent. La vingt-quatrième. Il avale la friandise nichée dans l’encoche, un ourson en chocolat blanc, légèrement écœuré mais fin prêt pour passer un Noël d’exception.
Chaque année, le Bonhomme descend par la cheminée le soir du vingt-quatre décembre, se faufile jusqu’à la chambre de l’enfant et dépose les cadeaux devant la crèche qui jouxte son petit lit éclairé d’un halo bleuté.
A la fin du dîner, il entendra les trois coups frappés à la porte du salon, dos au mur il longera le couloir et, arrivé dans son antre, découvrira ses présents. Un instant magique. Un voile de sueur illumine son front dès qu’il y pense.
Ce soir, il espère un vélo rouge, inquiet de savoir comment la hotte pourra le contenir sans déborder, en pièces détachées peut-être.
La fête bat son plein. Sa famille est réunie autour d’un sapin enluminé de guirlandes dorées. Maman a décliné la gamme des jaune et or pour décorer la salle à manger où déjà s’installent ses grands-parents, ses cousines et tante Agathe, seule puisque Tonton est en déplacement à l’autre bout du monde.
Le repas n’en finit pas. Pierrick n’a pas faim et du haut de ses huit ans ne comprend pas le plaisir des grands à s’empiffrer des heures durant, plantés sur une chaise raide, quand tant d’autres loisirs se dessinent à portée de main. Tel le chaton Réglisse, lové sur son coussin, qui lui fait les yeux doux dans l’espoir d’un câlin.
Le saumon fumé est englouti que déjà l’enfant se trémousse sur son siège sous l’œil noir de son père. Il s’amuse avec les étoiles d’or qui ornent le chemin de table, devenant tour à tour cheval fringant ou bolide de course.
Le temps passant permet au chapon de faire une entrée glorieuse. Mais la volaille empêtrée dans ses pattes bottées de dentelle le laisse exsangue. Il ne peut rien avaler, en mâchouille une bouchée et chipote quelques marrons qu’il réduit en charpie. Il pousse le monticule au bord de l’assiette blanche. Quelques grains sont tombés sur la nappe damassée, il les cache sous la porcelaine.
A l’arrivée de la bûche pralinée, sa préférée, il reprend des couleurs, abandonne les étoiles et entame sa part de gâteau, une bouchée qu’il enfourne avec entrain. Il croque le traîneau en meringue lorsqu’un vacarme le fait sursauter qui ne ressemble en rien aux traditionnels coups annonçant le père Noël. Plutôt un fracas, comme une chute. Les invités s’observent, bouche bée et cuillères en suspension, les cousines barbouillées de crème, tante Agathe en apnée.
Alors Papa repose la bouteille de champagne dont il vient de faire sauter le bouchon. Il ôte la serviette en plastron et se précipite vers la chambre d’où vient le raffut.
Maman, tremblante, retient l’enfant – non, Pierrick, n’y va pas, ce ne peut être le père Noël, il n’est pas si bruyant d’habitude !
L’enfant sent monter les larmes tandis que sa gorge se noue, dépité de voir sa fête gâchée après tant d’efforts pour supporter l’interminable repas. L’attente d’une année à décompter les jours se solde par une catastrophe. Un tremblement de terre, un ouragan peut-être, il en a vu les ravages à la télévision. Ce n’est pas juste.
Papa passe la tête par l’encadrement et les informe de la situation.
Le père Noël s’est fait une entorse en installant le vélo, son pied a heurté le guéridon qui accueille la crèche. Il s’est étalé de tout son long, se coinçant la cheville entre les lattes du sommier. Il faut mettre de la glace et rester étendu quinze jours sans bouger. Papa est ambulancier, il sait ce qu’il dit.
Maman vide le seau à champagne de ses glaçons et donne les premiers soins au blessé. La petite pièce se transforme en hôpital de campagne.
Pierrick est soulagé, le vélo a été sauvé. Et il est rouge.
Selon les prescriptions de la faculté, le père Noël, drapé dans sa houppelande vermillon bordée d’hermine, se repose dans la chambre de Pierrick durant deux semaines. Veillé par l’enfant qui dort sur un lit de camp à côté de lui.
Ses copains ne voudront jamais le croire.
C’est pourtant le plus beau Noël de toute sa vie, un Noël d’exception.

PRIX

Image de Printemps 2018
266

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,
Image de Klelia
Klelia · il y a
On aurait tous rêvé d'un Noël pas ordinaire comme celui-ci !
·
Image de Anne Maurice
Anne Maurice · il y a
un joli conte de Noël, mes voix!
·
Image de Yves Le Gouelan
Yves Le Gouelan · il y a
Un peu tirée par les poils de la barbe du Père Noël mais une histoire touchante.
·
Image de Chantane
Chantane · il y a
Agréable moment de lecture , belle plume, la magie de Noël est présente à souhait
·
Image de Pierre Courtois
Pierre Courtois · il y a
Pas mal ! C'est bien raconté et original ! Bravo !
·
Image de Noels
Noels · il y a
J'aime bien les contes. Tous mes votes. Mais avec mon nom, je suis sûrement de parti pris...
Je vous invite aussi pour une autre forme de conte : http://short-edition.com/fr/oeuvre/nouvelles/une-tres-breve-histoire-de-la-creation-1

·
Image de Noellia Lawren
Noellia Lawren · il y a
un conte revisité, j'aime mon vote +5
http://short-edition.com/fr/oeuvre/poetik/un-dernier-baiser-1

·
Image de Johanna Dupré
Johanna Dupré · il y a
c'est trop beau, cette chute enfin la chute, le pauvre Père Noël n'aura pas fini sa tournée, et mon premier vélo a été rouge arrivé un matin de noël sans entorse de ce pauvre père noël et celui de mon fils c'était aussi un vélo rouge amené par le père noël donc je me sens concernée par ce texte qui me plait en plus moi je ne sais faire que des poèmes j'en ai écrit un pour la saint Valentin si tu veux passer le lire sur ma page
Je me suis abonnée à ta page je ne t'avais pas lu auparavant...

·
Image de Geny Montel
Geny Montel · il y a
Ah oui, comme le temps est long pour les enfants qui attendent le Père Noël...
Deux semaines immobilisé et drapé dans sa houppelande, ce doit être long aussi pour le père Noël...
Un conte original !

·
Image de Fred Panassac
Fred Panassac · il y a
Ho ho ho ! Doucement, le père Noël ! Pierrick, séquestrer le vieux bonhomme pendant quinze jours, entorse ou pas, est-ce bien sérieux ? Et les autres enfants alors, qui leur distribuera les jouets ? J'ai le sourire, c'est un conte très bien trouvé. Mes voix Sourire !
·
Image de Chantal Sourire
Chantal Sourire · il y a
Merci, Fred, pour tes sympathiques commentaires !
·