3
min

Un amour platonique

Image de Atoutva

Atoutva

232 lectures

192

Je ne peux, là, raconter ma vie. Ce serait trop long et terriblement inintéressant. Est-ce pour cela, ce profond vide en moi, cet inintérêt de cette vie fade et routinière, qui me fit un jour prendre la plume ?
Quoi qu’il en soit, un jour, le hasard voulut qu’une feuille et un stylo tombent entre mes mains et maladroitement, je tentai d’inscrire quelques mots, une historiette, la vie de quelqu’un. De moi ? Non, certes, je n’avais rien à dire sur moi. Mais sur un autre moi. Quelqu’un qui n’était pas moi, mais à qui j’avais furieusement envie de ressembler.
C’est ainsi que naquit l’histoire de mon double. Moi et l’Autre moi. L’Autre moi, celui qui était Moi sans être Moi. Mon double et contraire. Mon double parce qu’il était moi. Mais mon contraire parce que vraiment, non, je n’avais rien de lui !
Semaine après semaine, mois après mois, l’historiette grossissait, était devenue histoire, devenait roman.
Mon double que j’avais créé était un enfant d’une dizaine d’années. Je l’avais devant moi, je pouvais lui parler. Et lui-même me disait ce que je devais raconter de sa vie. Nous nous entendions bien, tous les deux. Il grandissait jour après jour et nous grandissions ensemble. Je vivais sa vie par procuration et c’était très bien ainsi. Cela dura près de deux ans !
C’est plus tard, quand il eut atteint l’âge d’un homme que les choses se compliquèrent et qu’il disparut à mes yeux. Autant imaginer un enfant m’avait paru aisé, autant l’adulte devenait inaccessible, par trop immatériel. Qui était-il, cet homme qui avait pris corps et vivait par mes soins. Justement, je n’en savais rien et il ne vivait plus. Il s’était retiré, et j’en étais profondément meurtrie. Je n’arrivais plus à l’imaginer. Que devenait-il ? Où s’en était-il allé ? Nos deux mondes jusque là si proches, qui s’étaient emmêlés si facilement, s’étaient éloignés, s’étaient séparés.
Ce n’était que mon double et contraire, ce n’était qu’un personnage de roman, ce n’était qu’une création. Ce n’était donc rien ! Mais combien avais-je besoin de sa présence rassurante ! Et cette absence me laissait abattue.
C’est arrivé un jour, soudainement. Comme je me lamentais de plus avoir le compagnon que j’avais imaginé et qui rosissait mes jours, il y eut en face de moi comme une vapeur. Quelques gouttelettes d’eau, de la buée. Et bientôt de cette vapeur émergea une forme, floue d’abord, puis de plus en plus précise. Un corps, un visage. C’était lui !
Oui, mon double et contraire, cette créature de mon esprit se matérialisait soudain devant moi !
Que dire ! Que je lui ouvris les bras ? Certes non, j’étais trop épouvantée pour cela. Je fermais les yeux en y posant bien fort mes poings, un cri de terreur se trouva coincé au fond de la gorge. Et j’attendis, pétrifiée. Quand enfin j’osai rouvrir les yeux... il était toujours là !
Une créature, ça ne peut pas se matérialiser ! C’est impossible ! Et pourtant, il était bien là, devant moi, souriant et légèrement moqueur de mon désarroi !
Quand l’impossible devient possible, mieux vaut accepter sans rien dire. C’est ce que je fis. Je l’acceptais tel qu’il était et comme il était.
Il venait chaque jour. Il n’avait plus besoin de vapeur, je sentais une odeur d’Ailleurs, une caresse dans mes cheveux, un effleurement de mon épaule et il était là, devant moi, déjà matérialisé.
Non, je ne dirai pas comment il est, j’aurais trop peur que vous me preniez pour une insensée. Je dirais seulement qu’il est... d’un autre temps, d’une autre époque. Mais c’est ainsi que je l’aime. Et qu’il ait accepté de traverser son monde pour moi me prouve que je ne lui étais pas indifférente. D’ailleurs...
D’ailleurs, il est revenu chaque jour !
Un effleurement sur une joue, un jeu de doigt dans les cheveux, et je savais sa présence à mes côtés. Il s’asseyait en face de moi, me racontait sa vie que je transcrivais sur les pages blanches de mon cahier. Et de sa vie, nous passions aux nouvelles du monde que nous commentions sans fin. Et du monde, nous parlions ou reparlions de nous deux, ensemble, sans nous lasser. Parfois – souvent - il me prenait les deux mains qu’il serrait dans les siennes, me regardait de ses yeux couleur bleu intense et si profonds que je m’y noyais, et dans lesquels je lisais la sincérité. Et je me sentais toute retournée. Il m’emmenait alors dans son monde où enfin je pouvais vivre une vie éclatante. Chevalier des temps anciens, il m’emportait dans son monde merveilleux où je pouvais rayonner. Tout était tellement plus facile avec lui à mes côtés ! Et puis cette envoûtante odeur de l’extraordinaire, de l’impossible, de l’irréel ! Longs et pourtant trop courts, les jours passés ensemble à sillonner son pays.
Nous nous aimions ? Oui, sans doute. Un amour tout platonique, bien certainement, mais bien certainement aussi le plus pur, le plus confiant et le plus réconfortant. Celui qui fait que toute chose devient possible.

Avec le temps, il s’est fait de plus en plus discret. Était-ce ma faute ? Mais peu à peu il s’est retiré, n’a plus voulu ou plus pu rejoindre mon monde. Peut-être la Porte spatio-temporelle s’était-elle refermée sans aucune possibilité pour la rouvrir. Il est resté dans son monde. Sans moi. Nous sous sommes perdus de vue. Il est vrai aussi que j’avais terminé d’écrire sa vie.
Il est vrai aussi que nous avions si peu de choses en commun ! Oui, il était plus mon contraire que mon double. Mais justement, là était ma protection. Oui, cette créature me protégeait, m’encourageait, me donnait confiance en moi.
Mais parfois, quand le temps est un peu gris, il me semble que là, autour de moi ou en moi, il y aurait comme une odeur ou quelque chose ou quelqu’un qui flotterait, qui me dirait vas-y ! courage !

PRIX

Image de 6ème édition

Thème

Image de Très très court
192

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Christelle NathSoL
Christelle NathSoL · il y a
J'ai beaucoup aimé ce texte, vos mots. L'émotion est au rendez-vous ; merci pour cela.
Image de Atoutva
Atoutva · il y a
Une histoire un peu arrangée pour coller au thème mais histoire vraie malgré tout ! Merci d'avoir apprécié !
Image de Valérie Rossignol
Valérie Rossignol · il y a
J'ai bien aimé votre récit, très bien conté, plein de délicatesse et de sensibilité, sur un thème original. Bravo
Image de Atoutva
Atoutva · il y a
Votre appréciation me touche beaucoup. Merci.
Image de gillibert
gillibert · il y a
Je suis très touchèe car je sens parfois la présence quasi matérielle d'un être disparu que j'aime et qui, au cours du temps, lentement, progressivement, évolue, un tout petit peu, Et discute avec moi, beaucoup.
Image de Atoutva
Atoutva · il y a
Je suis émue moi-même de vous avoir ainsi touchée. Il est vrai que parfois, l'étrange et le surnaturel nous côtoient même si nous ne voulons pas trop y croire. Et que la créature que nous sommes soit accompagnée par quelque être surnaturel ou par un disparu est une énorme chance. Si cela vous fait du bien, laissez-le venir.
Image de Danielle
Danielle · il y a
Magnifique texte, j'aime beaucoup cet amour pur, platonique, réconfortant. C'est une belle histoire, belle idée.
Image de Atoutva
Atoutva · il y a
Désolée pour la réponse tardive. Et pourtant, j'apprécie sincèrement ce passage ! Merci.
Image de Danielle
Danielle · il y a
Pas grave du tout, cela m'arrive å moi aussi. C'est moi qui suit arrivėe tard pour voter, dėsolė.
Image de Morgan Fleury
Morgan Fleury · il y a
Toutes mes voix !
Image de Atoutva
Atoutva · il y a
Et tous mes remerciements !
Image de Jacques Lefebvre
Jacques Lefebvre · il y a
Mais qui sommes nous réellement..?? Intéressant , je vote
Image de Atoutva
Atoutva · il y a
Entre matière et esprit, sans doute. Merci d'avoir pris le temps de venir lire.
Image de Hélène Zbinden
Hélène Zbinden · il y a
Un récit et un thème original, j'aime
Image de Atoutva
Atoutva · il y a
Merci d'avoir aimé.
Image de Marie Hélène Peneau
Marie Hélène Peneau · il y a
Fantastique ! J’aime beaucoup ce mythe, jumeau de « l’ami(e) imaginaire ».*****
Image de Atoutva
Atoutva · il y a
Si vous aimez, c'est l'essentiel ! Merci !
Image de Caroline Rota
Caroline Rota · il y a
Un univers qui me parle... mes voix et bonne chance !
Je vous invite à passer sur ma page si le cœur vous en dit ! A bientôt 😊

Image de Atoutva
Atoutva · il y a
Merci d'avoir apprécié. Comme écriture et lecture vont de pair, je vais voir votre page.
Image de michel jarrié
michel jarrié · il y a
Voilà que vous nous donnez du grain à moudre, chère Atouva. Je n'avais jamais essayé d'entrer dans cette dimension, vous m'en donnez envie ! Excellente nouvelle.
Image de Atoutva
Atoutva · il y a
J'apprécie le commentaire ! Oui, entrez dans la cinquième dimension, vous ne serez pas déçu !
Image de Atoutva
Atoutva · il y a
j'ai cliqué trop vite...
Pour ajouter ceci : si j'ai brodé pour la St Valentin, l'histoire est malgré tout vraie ! L'aventure m'est réellement arrivée.

i