Sculpteur de sons

il y a
1 min
934
lectures
118
Lauréat
Jury
Recommandé

J'aime lire, depuis toujours, pour le plaisir. Et pour le plaisir, je me suis mise à écrire. Voici quelques textes, selon l'inspiration du moment et l'humeur du jour... Vous pouvez me retrouve  [+]

Image de Automne 2015
Il était né dans le vacarme, s’était heurté à un mur de sons agressifs et hostiles en sortant du ventre de sa mère. La peur le fit hurler, ajoutant ses cris au tumulte du monde. Il faillit bien abandonner la vie avant même de l’avoir testée.
C’était une éponge à bruits. Il percevait le plus infime murmure, le plus léger chuintement ou clapotis, le bruissement des feuilles d’arbres à l’autre bout du village. Son cerveau saturé devint amorphe, incapable de trier tant d’informations. Les sons s’entrechoquaient dans son crâne encombré, se concentraient, se changeaient en un liquide amer qu’il finissait par pleurer en silence. Il restait isolé, ne s’essayait pas à la parole.

On le crut sourd et muet.
Sa mère seule persistait à l’éveiller. À force d’amour, elle parvint à attirer son attention sur le gazouillis des oiseaux. Cette douce oscillation de l’air semblait la ravir. Elle lui souriait, riait au manège des volatiles autour de leur nid.
Il devint filtre. Il parvint à rejeter les ondes sonores indésirables pour n’isoler que les bruits amis. Émerveillé par ce calme soudain, il évoluait dans son environnement comme un plongeur dans les grands fonds. Il vivait en sourdine, son regard trop rarement éclairé par la compréhension d’un chant ou d’une conversation.

On le crut arriéré.
Sa mère seule persistait à le protéger contre la bêtise de la foule. Inlassablement, elle lui enseigna la nature et les sciences, veillant toujours à associer les sens. Le souffle du printemps était d’un vert tendre, jaunissant en été, s’assombrissant à la fin de l’automne. Le crissement des roues sur le gravier avait un goût de fer. La musique du piano se faisait douce comme un fin duvet de plume.
Il devint prisme. Il absorbait les sons à son rythme, réfractait les ondes dans la direction qu’il choisissait, les associait en somptueux bouquets de notes légères.

On le crut finalement dans la norme. On l’ignora.
Sa mère seule persistait à rêver à un avenir glorieux. Il lui donna confiance et ses paroles résonnèrent agréablement dans sa fabrique à mélodies. Il se dit qu’une autre vie était possible. Il voulut communiquer, restituer au monde les merveilles qu’il avait lui-même engendrées.
Il devint émetteur. Sa voix charmait les plus réticents. C’était une vibration harmonieuse et envoûtante à faire pâlir d’envie les plus illustres sirènes. Ses mains se saisissaient de n’importe quel bout de bois ou de métal, transformaient cliquetis et tapotements en formidables crescendos que Ravel lui-même n’eût pas reniés.
On l’admira, le promut génie de son temps.
Il était devenu sculpteur de sons. Sa mère était fière, enfin sereine.

Recommandé
118
118

Un petit mot pour l'auteur ? 174 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Pascal Dut
Pascal Dut · il y a
Sculpteur de sons, quel beau talent dans ce monde assourdissant 🥰
Image de Fred
Fred · il y a
c'est superbe bravo
Image de Laetitia Remericq
Laetitia Remericq · il y a
Merci beaucoup !
Image de Arlo G
Arlo G · il y a
J'étais passé à coté de votre excellent TTC et je vote avec un peu de retard. A L'AIR DU TEMPS d'Arlo est en finale du grand prix été poésie 2017. Je vous invite à voyager à travers sa lecture et à le soutenir si vous l'appréciez. Merci à vous et bonne soirée. Cordialement, Arlo
Image de Mylba
Mylba · il y a
Une belle histoire qui sonne bien!
Image de Laetitia Remericq
Laetitia Remericq · il y a
Merci !
Image de Littlemary
Littlemary · il y a
Bravo.
Image de Laetitia Remericq
Laetitia Remericq · il y a
Merci !
Image de Scribo
Scribo · il y a
Texte très joliment tourné ! Bravo ! :)
Voici ma nouvelle présentée pour la matinale des lycéens, si vous voulez venir faire un petit tour ;) : http://short-edition.com/oeuvre/tres-tres-court/tournez-a-droite

Image de Laetitia Remericq
Laetitia Remericq · il y a
Merci Scribo. Je trouve votre message trop tard pour la matinale mais j'irai lire...
Image de Mikael Eon
Mikael Eon · il y a
Savez vous que Yann Parenthoen, qui fut l'un des pionniers de la prise de son, un génie de la création de paysages sonores se disait sculpteur de son. Son père était tailleurs de pierres, l'Ile Grande, près de Trébeurden, une bonne partie des pavés de Paris y furent extraits. Vous pouvez retrouver certaines de ses créations et ses interview sur You tube. Belle expression, "sculpteur de sons". Merci pour l'histoire.
Image de Laetitia Remericq
Laetitia Remericq · il y a
Merci Mikael. Je suis allée voir, vous m'avez fait découvrir un personnage que je ne connaissais pas. Mais je savais que l'expression existait déjà, utilisée par divers artistes musicaux (en fait, moi je n'y connais rien ! :-)
Image de prijgany prijgany
prijgany prijgany · il y a
Au hasard de mes lectures je tombe là dessus ; il y a quelque chose du film "l'énigme de Kaspar Hauser" là dedans. Une métamorphose s'opère chez le personnage, au fil des phrases, jusqu'à devenir sculpteur de sons. Bel exercice Laetitia ; je suis venu un peu tard pour voter, mais mieux vaut tard... Bravo pour ce texte très touchant.
Image de Laetitia Remericq
Laetitia Remericq · il y a
Merci Prijgany, je ne connais pas ce film mais vais m'y intéresser !
Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
C'est très délicat. J'aime beaucoup :)
Image de Laetitia Remericq
Laetitia Remericq · il y a
Merci Julie !
Image de Desiderata
Desiderata · il y a
Vous sculptez les mots de manière à enchanter les cœurs. Comment faites vous ?
Image de Laetitia Remericq
Laetitia Remericq · il y a
Heu... Parfois les mots viennent, parfois non. Je suppose qu'il faut être patient ? :-)

Vous aimerez aussi !