1
min
Image de Olessya

Olessya

19 lectures

4

C'est la première fois que je ne suis pas allée à la mer pendant le Shabbat, et pourtant, il fait bon aujourd'hui. Il fait très bon dehors et les gens vont se baigner sûrement comme ils l'ont fait hier. Hier, il faisait très bien aussi et j'ai passé la plupart de la journée en face de notre Méditerranée, turquoise-bleuâtre, assise sur la plage, sur le sable tiède, avec le soleil au-dessus de ma tête à la place d'un chapeau.

Oui, normalement, je pars de le matin et je ne reviens que le soir. Je pars de ma douleur, pour la faire guérir auprès de la mer ou dans une classe de Kundalini-Yoga au studio "Naim" à Tel-Aviv. Mais aujourd'hui je reste dans ma maison car c'est le temps peut-être de l'affronter. C'est le temps de la rencontrer. C'est le temps de la voir en face, les yeux dans les yeux et de l'accepter. De l'accepter car ça fait partie de mon histoire.

Je reste donc, ici, près de mes grandes fenêtres, ouvertes à l'encontre de cette nouvelle journée de ma vie. Je reste en face des immeubles de mon quartier, des conversations de gens se réveillant lentement pendant ce jour de congé. Je reste en face de cet arbre du palmier, où une famille des oiseaux a construit un nid et les petits se sont envolés il n'y a pas longtemps. De temps à l'autre ils reviennent me faire une jolie roulade et je comprends alors que tout va bien, que c'est la vie et la vie est belle telle qu'elle est.

Je reste là, et je l'observe. Je n'ai pas peur de cette peine, elle est la mienne et elle fait partie de mon existence sur cette Terre pendant cette période-là.
4

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Lyne Fontana
Lyne Fontana · il y a
Très joli texte réconfortant.
·
Image de Mila
Mila · il y a
Observer puis laisser le passé filer car il n'a plus d'avenir. Je vous trouve magnifique à travers vos écrits. Merci pour ce partage.
·
Image de Olessya
Olessya · il y a
Merci, Mila, pour vos gentils mots. Et vous avez raison: le passé n'a plus d'avenir. Je le libère. Aujourd'hui, je suis prête à le faire.
·
Image de F. Gouelan
F. Gouelan · il y a
Faire face au chaos du silence, à l'instant immobile.
·