4
min

Qui est là ?

Image de Joan

Joan

215 lectures

202

C’est en automne qu’il acheta la maison.
Elle correspondait exactement à l’idée qu’il se faisait d’un refuge confortable pour ses vieux jours.
A la veille de ses soixante-sept ans, John Williams il avait décidé qu’il était temps de quitter l’appartement qu’il avait occupé tout près de l’Université où il avait été professeur pendant trente-quatre ans. Le temps était venu de prendre le large pour entamer une vraie retraite (la pente douce vers la mort, disait-il). Après avoir visité plusieurs maisons, celle-ci l’avait attiré d’emblée et il avait décidé que ce serait la sienne, celle qu’il ne quitterait plus jusqu’à la fin de ses jours. Là qu’il lirait tous les ouvrages qu’il avait mis de côté et qu’il n’avait pas eu le temps de lire encore, là qu’il prendrait le temps de déguster une tasse de thé en regardant le feu de cheminée, là qu’il pourrait laisser aller ses pensées sans crainte d’oublier l’heure, là qu’il savourerait sa solitude en écoutant Brahms ou Bach. Il avait toujours aspiré à ce paisible anonymat, cette solitude sans astreintes professionnelles ou mondaines qui permet à un homme – pardon, un vieil homme, de se retrouver.


Si la maison lui plaisait, il y avait néanmoins une petite chose qui le dérangeait : le silence inquiétant qui régnait à l’intérieur dès la nuit tombée. Chose toute naturelle lorsque les bruits de circulation et d’activité de la ville s’estompent ; sauf que là il lui semblait que la maison toute entière se refermait sur elle-même. Même le bruit de fond du téléviseur laissé constamment allumé et toutes les pièces éclairées par les lampes disséminées dans tous les coins n’ôtaient pas cette pénible sensation qu’une chappe était venue se poser sur le toit et que les murs de la maison étaient soudain devenus plus épais. Plus aucun bruit à l’extérieur ne parvenait et derrière les rideaux les quelques lampadaires de la rue lui donnaient un air encore plus sinistre.


Ce fut le troisième soir après son emménagement que les choses commencèrent.


Un soir où il somnolait devant le téléviseur, il fut réveillé par des coups frappés légèrement à la porte. Il était tard et il n’attendait personne. Il prêta l’oreille un long moment en réduisant le son du poste. Les coups recommencèrent presque imperceptiblement. Il se leva pour aller dans l’entrée.
- Oui, un instant...
Il se rapprocha de la porte pour aller ouvrir mais au dernier instant il se ravisa. Etais-ce prudent d’ouvrir alors qu’il était plus de vingt-trois heures ?
- Qui est là, je vous prie ? demanda-t-il.
Personne ne répondit.
- Qui est là ? Répondez, s’il vous Plait !
Rien ne répondit. Décidément, c’était assez louche.
- Autant vous avertir, je n’ouvrirai pas si vous ne me dîtes pas qui vous êtes.
Toujours rien.
- Mais répondez, bon sang. Pourquoi ne dîtes-vous rien ? Ça vous amuse ?
Il ne connaissait encore personne dans cette ville et il n’avait adressé la parole qu’à trois ou quatre interlocuteurs, le pharmacien, la libraire, le guichetier de la banque et la caissière. Hormis ces contacts personne n’aurait pu soupçonner qu’il était nouveau. Ses voisins étaient des gens tranquilles d’après ce qu’il avait pu voir, pas le genre à sortir après la nuit. Le quartier étant excentré, peu de chance de voir traîner des jeunes par ici.
- Qui êtes-vous à la fin ?
Il finissait par en avoir assez de ce silence. Qui que ce soit derrière cette porte le faisait exprès, c’était évident, pour lui faire peur. Mais il n’allait pas se laisser faire comme ça.
Il pensa à l’un de ses anciens étudiants qui cherchait peut-être à lui faire une farce. Mais il ne voyait pas qui aurait pu faire spécialement le trajet pour faire ce type de plaisanterie.
Brusquement il repensa à l’affreuse nouvelle qu’il avait entendu. Il avait appris la veille, par hasard, qu’un crime avait été commis non loin de chez lui.
L’angoisse à présent le saisissait. Il n’osait faire un seul mouvement.
Il éteignit la lumière, attendit.
Il resta debout dans l’obscurité, immobile et faisant attention de ne faire aucun bruit. Toujours rien ne se manifestait derrière la porte. Il trouva le temps long, portant son regard machinalement sur le cadran de l’horloge qu’éclairait un rayon de lune entrant dans le salon.
Trois petits coups à nouveau...
Il resta debout, le cœur battant, l’angoisse glaçant son corps.
Il s’approcha sans bruit de la porte, inspira profondément.
- Qui est là ? dit-il, guettant les bruits de l’invisible inconnu.
- C’est moi...
Il sentit sa peur redoubler. Cette voix, ce n’était pas une voix normale, ce n’était ni une voix jeune ni une voix âgée. Elle n’avait aucun âge. Et surtout, elle paraissait à peine humaine.
Il lui fallut faire un immense effort sur lui-même pour poursuivre :
- Qui ça, moi ?
- Nous... sommes... voisins...
- Voisins ?
Il ne bougea pas.
Et si c’était ce salaud qui en avait après une autre victime. Si c’était lui qui revenait dans le quartier parce qu’il avait repéré qu’il vivait seul.
- J’ai pas mal à faire, et je suis en famille ici... Repassez demain matin.
- Non... maintenant...
- Allez-vous en ! Vous avez compris ! Allez-vous en... Partez !


Il était presque la même heure le lendemain soir lorsqu’il entendit à nouveau des coups frappés à la porte. Les mêmes coups légers que la veille, frappés par une main timide aurait-on dit.
- Qui est là ? demanda-t-il tout contre la porte.
- C’est moi... ouvrir la porte...
- Mais qui êtes-vous ?
- Moi... Walter...
Il frissonna en entendant cette voix qui geignait.
- C’est une mauvaise blague ? articula-t-il.
Le silence à nouveau.
Il ne savait combien de minutes cela avait duré. La voix avait murmuré :
- Il fait... très froid... dehors.
- Vous allez me laissiez tranquille ! Déguerpissez, sinon j’appelle la police.
Au bout d’un long moment, il pressentit que la présence était partie.
Prenant son courage à deux mains il ouvrit sa porte. Personne. Il eut soudain envie de rire. C’était clair, quelqu’un lui avait joué un tour. Il s’attarda dehors quelques secondes malgré le froid pour admirer la lune. Un brouillard se levait. Toute la rue était silencieuse et déserte. Plus une seule fenêtre éclairée aux façades des maisons bordant un côté de la rue. De l’autre côté, des brumes blanches s’enroulaient autour des arbres et des tombes du cimetière en face. On aurait dit que des ombres remuaient entre les pierres tombales...
Il se détourna pour rentrer... Soudain il sentit un souffle glacial et eut la sensation que quelque chose le frôlait en passant près de lui. La porte restée entrouverte bougea légèrement comme sous l’effet d’un courant d’air. Une voix murmura : « Merci, John... »

PRIX

Image de 2019

Thème

Image de Très très court
202

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Blandine Rigollot
Blandine Rigollot · il y a
J'aime le chemin entre le bien-être dégagé dans le premier paragraphe, les prémices de l'angoisse sous le silence inquiétant qui règne dans la maison à la nuit tombée, puis l'angoisse grandissante, bientôt galopante... La présence du cimetière, révélée à la fin du texte, précipite la chute : ce souffle glacial, entré dans la vie du héros, ne sera peut-être pas mortel pour lui, du moins pas dans l'instant.. Une route sinistre s'ouvre néanmoins. Bravo !
·
Image de Joan
Joan · il y a
Vous avez tout dit, en effet, Blandine. Le pire est peut-être à venir.
·
Image de Cristo
Cristo · il y a
Un texte qui sonne vrai. D'autant plus que cela arrive dans la vraie vie . Quelqu'un qui frappe ou sonne à la porte, un appel sur un mobile ou un téléphone et pas de voix au bout. Auquel on ne répond pas et cette sensation que quelqu'un ou un esprit peut pénétrer dans votre univers malgré vous. Ce texte inquiètera tous ceux qui vivent près d'un cimetière .
Bravo 5 voix

ma cavale : https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/la-mort-un-point-cest-tout

·
Image de Joan
Joan · il y a
Merci Cristo pour cette lecture commentée.
·
Image de Hermann Sboniek
Hermann Sboniek · il y a
Bonsoir Joan.
un voisin passé en coup de vent :-)
Merci.

·
Image de Joan
Joan · il y a
Et en passant " en coup de vent ", réussi à attraper un ou deux mots de ma nouvelle ?
·
Image de Emsie
Emsie · il y a
Peut-être ce squatteur venu d'outre-tombe sortira-t-il notre "vieil" homme d'une retraite trop calme ? Pas sûr...
·
Image de Joan
Joan · il y a
J'apprécie d'autant plus cette visite car je viens de voir que tu n'as pas de texte en compétition.
·
Image de Emsie
Emsie · il y a
Non, j'étais en famille et sans ordi ! Mais j'adore l'exercice de la cavale et j'ai grand plaisir à lire tous ces textes – du coup, j'ai négligé le prix d'automne…
·
Image de Joan
Joan · il y a
Merci Emsie pour ta lecture et ton commentaire. (Pas sûr du tout effectivement...)
·
Image de Valérie Watson
Valérie Watson · il y a
Des voisins certes peu bruyants mais peuvent être envahissants. Bravo
·
Image de Joan
Joan · il y a
Merci pour votre passage, Valérie.
·
Image de Atoutva
Atoutva · il y a
Je crois que j'ai eu la trouille tout au long de l'histoire.
Mais la fin me laisserait bien sur ma faim. Y aura-t-il une suite ?
Si vous avez le temps, je concours aussi..

·
Image de Joan
Joan · il y a
Une suite n'est pas prévue (bien que ça me démange un peu, il est vrai.)
·
Image de Joan
Joan · il y a
Merci Atoutva pour votre lecture.
·
Image de Jeanne en B.
Jeanne en B. · il y a
Une angoisse palpable qui va crescendo au travers de ces lignes qui s'enchaînent et se lisent d'un seul trait pour reprendre son souffle au point final. La fin invite à l'imagination et ça, ça me plaît. Bonne journée
·
Image de Joan
Joan · il y a
Merci Jeanne.
·
Image de Patrick Peronne
Patrick Peronne · il y a
Des mots simples mais efficaces pour restituer une histoire "extra-ordinaire" et anxiogène. Une lecture plaisante… à l'exception d'un bref passage "pardon, un vieil homme". Ce vieil homme et moi avons le même âge (sourire)***** sans rancune :-)
·
Image de Joan
Joan · il y a
Merci Patrick pour ce commentaire sympathique. (Désolée pour l'âge du " vieil " homme, surtout que vous avez raison : on n'est pas vieux à 67 ans aujourd'hui 😉 )
·
Image de JARON
JARON · il y a
Bonjour Joan, voilà ce qui s'appelle une entrée en douceur, un simple frôlement de quoi donner des frissons. Bon en même temps ce voisin m'a l'air sympathique. Plus facile à lire qu'à le vivre en direct. Bien vu pour ce récit original, une autre manière de passer "la port", en s'annonçant bien évidemment. Mes voix avec plaisir.
·
Image de Joan
Joan · il y a
Merci Jaron pour votre lecture et votre commentaire. (Sympathique... je ne sais pas trop.)
·

Vous aimerez aussi !

Du même auteur

TRÈS TRÈS COURTS

Le manoir de Vauchêne est un splendide bâtiment granitique posé au milieu de la lande bretonne et distant d’environ six kilomètres du premier village. Depuis longtemps celui-­ci à la ...