Le dernier voyage

il y a
3 min
127
lectures
29

Mes gouts ? Les contes légendes, la SF et le Fantastique, l’Histoire de France jusqu’en 1815 avec une préférence pour l’époque médiévale, la Terre libre, naturelle et farouche. Et puis  [+]

Image de Été 2020
La rivière se balade toute seule en serpentant au milieu des ormes, êtres gigantesques et fabuleux, aux troncs noueux comme l’esprit malin qui les habite, aux racines mystérieusement entrelacées. Elle n’a pas changé depuis des siècles qu’elle a creusé son lit et elle sera la même demain. Elle coule, faussement solitaire, entrainant avec elle les secrets que lui content les ormes sur son passage ou ceux des hommes qu’elle porte sur ces carcasses de bois qui glissent, lourdement chargées. Faussement solitaire. Elle n’est jamais tout à fait seule, la rivière qui se laisse couler vers son port lointain qu’elle ne connaitra qu’à la fin de son voyage.
Parmi ces êtres humains qui dérivent sur ses eaux, il en est un qu’elle connait très bien, depuis toujours, un qu’elle sait lui appartenir comme si tous deux s’étaient unis dans les liens indissolubles du mariage : Lucien Lerendoff.

Ce soir, comme chaque soir, la rivière roule ses eaux sombres comme la nuit qui s’est installée à présent. Une nuit d’étoiles élavées, où la lune elle-même se laisse absorbée par quelques stratus.
La péniche avance gaiement et le ronronnement égal du moteur trouble la chasse nocturne du gibier d’eau. Debout sur le pont, l’homme écoute les bruits habituels de la pénombre. Il a laissé les touristes à l’hôtel de l’écluse voisine et rentre chez lui. Comme chaque semaine.
Jusqu’alors, la rivière lui a servi de mentor, il le sait, ne peut l’oublier. La patience, la dextérité, le respect de la faune et de la flore, et partant, celui de toute chose vivante, c’est à elle qu’il le doit. Son enfance s’est déroulée sur ses rives. Dès qu’il a pu devenir marinier, il a su qu’il finirait avec elle. Marin d’eau douce, voilà ce qu’il est devenu, grâce à elle. La rivière est toute sa famille et sa vie lui est vouée. Il l’a toujours su, tous deux sont unis à toujours à jamais. Pourtant...

C’était une nuit pareille à celle-ci, il y avait quelques mois de cela. Alors qu’après avoir débarqué les touristes il rentrait à son port d’attache, le baladeur sur les oreilles lui avait envoyé une musique d’une île lointaine. Ça parlait de soleil et de sable chaud. Sa rivière lui avait paru soudain grise, et rabat-joie, le cri de la poule d’eau. L’envie pernicieuse de partir là-bas s’était emparée de lui. Pourquoi la rivière ne l’emmènerait-elle pas un jour à la mer !

Ce jour-là est arrivé. C’est son dernier voyage. Il ramène la péniche à son embarcadère. Demain, le train le conduira au Havre, vers le Pointe-à-Pitre sur lequel il vient d’obtenir une place dans les cuisines. Pour s’infiltrer dans le milieu, cela avait été une vraie galère, mais la mer, enfin, lui appartiendrait !
Comme par magie, les nuages s’estompent peu à peu et la nuit s’éclaire, crescendo. Les étoiles clignent de l’œil et devant lui, dansent de jeunes indigènes affriolantes. La musique roule dans sa tête, escamotant le roulis, le moteur, le coassement, le flot fendu, la rivière qu’il ne connait que trop. Le cri de la loutre l’éveille, comme un appel à la vigilance.
- « Et si j’ai envie de zapper mon ancienne vie ? Qui m’en empêchera ?» hurle-t-il à la nuit.
- « Moi ! »
La réplique a claqué sous la voûte étoilée. Il en est tout ahuri et interdit, regarde autour de lui pour apercevoir l’intrus. Il est seul sur cette péniche, libre de touristes, qui file joyeusement vers son port. Il est seul dans la nuit sur cette rivière qu’il connait par cœur. Il est seul avec le gibier d’eau qui s’est endormi sous le ronronnement égal du moteur.
- « Qui, moi ? » lance-t-il d’une voix mal assurée.
Le vent s’est levé, sans mobile apparent ; c’est lui qui a chassé les nuages. La rivière s’est alourdie, a grossi. Il la voit soudain, encore plus sombre, avec sa colère des mauvais jours. Elle ? C’est elle qui a répondu ? Il se souvient de leurs conversations, ou monologues, au gré des longues randonnées passées. Mais comment la rivière aurait-elle pu se croire un interlocuteur ? C’est vrai, en liant leurs solitudes, il avait surpris ses mystères. De là, à dire qu’une rivière pouvait... ? Et l’homme éclate de rire. Un rire gras et long. Une rivière qui pourrait parler... ! Oh, c’était trop drôle, cette idée farfelue !
- « Ne t’en va pas m’assommer avec tes histoires ! Je ne les ai que trop entendues et depuis bien trop longtemps !
- Fais le vide en toi et en un remue-méninge, vois nos escapades.
- C’est de la folie ! Une rivière ne peut dicter sa loi à un homme !
- Ne t’ai-je rien appris ?
- Je ne dis pas ça, mais... mais j’ai bien le droit de voir autre chose !
- En partant, tu me trahis. Tant pis pour toi ! »
Lucien Lerendoff est tout ahuri. Lui ? Elle ? Qui vient de parler ? Allons, la plaisanterie est de mauvais goût, ça suffit, il faut...
Plus une étoile. Disparue, la lune. Les nuages se sont amassés dans les cieux. Une houle pernicieuse s’abat sur la péniche qui tangue comme une toupie, sur la rivière noire qui enfle. Les branches des ormes balaient rageusement terre et flots. L’homme en est tout stupéfait et l’incroyable survient : il perd pied et déséquilibré, léché par une vague trop haute, tombe, roule sur le pont. La rivière siffle, mugit, aboie et ses eaux s’élèvent, le couvrent, le recouvrent, l’enveloppent, le roulent, l’enroulent, l’entrainent en leur sein.

Il y a un cri, il y a un plouf. Puis plus rien.
Sans pilote, la péniche poursuit sa route avec la nuit pour compagne. Le vent est tombé et les nuages, satisfaits, crèvent leurs poches d’outre. La rivière roule ses eaux grondantes. Jusqu’à la mer sans doute. Et les ormes aux troncs noueux qui la bordent content déjà la nouvelle histoire, les poules d’eau à l’abri de leurs racines noueuses.
29

Un petit mot pour l'auteur ? 49 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Jeanne en B
Jeanne en B · il y a
Vouloir changer de vie et quitter la rivière qui l'a élevé ? Non non non ! Mère possessive, femme jalouse, amie délaissée, ne pas contrarier la nature :-)
Image de Atoutva
Atoutva · il y a
Exactement !
Merci d'être venue sur la page !

Image de Daniel Nallade
Daniel Nallade · il y a
Une belle histoire !
Image de Atoutva
Atoutva · il y a
Merci d'avoir apprécié.
Image de Gina Bernier
Gina Bernier · il y a
Et bien! l'amie de toujours une rivière, parce que ce brave marin d'eau douce rêvait à d'autres aventures. Se méfier d'une rivière? une tempête se lève avec furie lors de son dernier voyage....
Image de Atoutva
Atoutva · il y a
La Nature n'en finit pas de nous étonner. Merci d'être venue lire.
Image de Elena Hristova
Elena Hristova · il y a
un texte très touchant avec plein de nuances de couleurs, où le gris et le lumineux si joliment se mélangent!
Image de Atoutva
Atoutva · il y a
La Nature a toutes les nuances des couleurs ; c'est pour cela que l'on peut en tomber amoureux.
Image de Fredo la douleur
Fredo la douleur · il y a
J'ai aimé suivre cette rivière jusque dans le moindre de ses méandres ^^
Image de Atoutva
Atoutva · il y a
Un grand merci pour avoir apprécié !
Image de M. Iraje
M. Iraje · il y a
Histoire d'Ô, histoire d'eau ... Fruit de passion, d'amour, et d'eau fraîche ...
Image de Atoutva
Atoutva · il y a
Je n'avais pas vu comme ça. Merci bien pour ces nouvelles idées !
Image de Anna Mindszenti
Anna Mindszenti · il y a
Une histoire d'amour où la rivière se conduit comme une maîtresse jalouse. J'ai passé un bon moment à vous lire.
Image de Atoutva
Atoutva · il y a
Alors, l'effet est réussi ! Merci d'avoir apprécié !
Image de Duje
Duje · il y a
Belle histoire si bien écrite . Une rivière abandonnée , c’est comme une épouse ainsi traitée, elle sait se venger d'une manière radicale .
Image de Atoutva
Atoutva · il y a
Eh oui, il faut faire attention avec les choses et avec tout ce qui nous entoure. l'Homme n'est pas le seul maitre.
Image de Duje
Duje · il y a
.Eve , lève-toi !
Image de jusyfa *** Julien
jusyfa *** Julien · il y a
Difficile de comprendre le refus de ce texte pourtant porté par une magnifique écriture. C'est une réussite Mireille, bravo !
julien.

Image de Atoutva
Atoutva · il y a
Merci pour la réaction, Julien !
Oui, on finit par se poser des questions quand c'est répétitif de la sorte. Et on doute, et ça fait mal.
Bonne soirée et bon week-end !
Mireille

Image de Vrac
Vrac · il y a
Voilà une rivière d'un XIXème siècle romantique, une gravure à faire peur !
Image de Atoutva
Atoutva · il y a
Une rivière romantique... une bonne idée ! Merci !

Vous aimerez aussi !

Très très courts

La Source

Laë Raoult

La source était tarie. La fine couche de glace recouvrant le fond brillait comme un diamant. Elle laissa sa peine s’écouler du fond de son âme. Le froid se fit plus intense. Elle frissonna, mais... [+]