1
min

Plume

16 lectures

4

¶ elle se repose au soleil sur un transat de l’ancien sanatorium | un labrador noir allongé sur ses jambes pétrifiées | a été fauchée par une rafale de kalachnikov | relevée d’entre les morts de la terrasse où elle dînait avec son amie | aurait préféré mourir avec elle ce soir-là | elle contemple la montagne immuablement changeante dans la lumière du soir | ses yeux cillent | son corps devient léger | une plume en ascendance | suspendue dans les airs | les bruits se feutrent | dans sa prime enfance | sombrait ainsi dans les bras de son père | son corps s’élève | elle voit de l’autre côté de la montagne de l’âme | se tend comme une corde de violon | un aigle noir | ailes déployées | fond sur elle | se réveille en sursaut | nostalgie fichée en plein cœur | pose la main sur le pelage chaud | vivant | vivante | elle apprendra le fauteuil roulant | reprendra le chemin | elle a déjà tout vécu | quand les balles ont déchiré sa chair | elle est libre | nul ne peut lui voler l’instant présent ¶
4

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Léonore Feignon
Léonore Feignon · il y a
La mesure d'un ressenti. J'aime beaucoup cette découpe.
Image de Volsi Maredda
Volsi Maredda · il y a
j'aime cette forme étonnante et l'effet qu'elle produit.