Ma chatte Pompadour

il y a
3 min
3 497
lectures
121
Qualifié

écrivain du dimanche. Auteur d'un roman historique "les fables de Cambyse", racontant l'histoire d'un médecin au temps de la conquête de l’Égypte par les Perses. En 2018, parution de "Le  [+]

Image de Hiver 2021
Ma chatte est la réincarnation de madame de Pompadour. C’est mon médium pour animaux de compagnie qui me l’a confirmé. Je lui fais entièrement confiance. Professeur d’histoire-géographie à l’origine, il s’est reconverti dans le spiritisme. Son cabinet, dans le XVIe arrondissement de Paris, est un endroit hors du temps qui respire le calme et la sérénité.
Mais j’ai sans doute parlé trop vite : les animaux ont beau avoir pour la plupart des passés prestigieux, ils ne peuvent s’empêcher d’aboyer – ou de miauler, s’il s’agit de chats – à des moments où ils feraient mieux de s’abstenir.

Tout un mur de la salle d’attente est occupé par deux grandes bibliothèques sur les rayonnages desquelles s’amoncèlent des livres d’histoire. Sur le mur opposé, les portraits d’Allan Kardec et de Sir Arthur Conan Doyle nous fixent avec gravité. L’atmosphère n’est cependant pas pesante, car de nombreuses photos d’animaux de compagnie dédicacées par leurs propriétaires reconnaissant(e)s couvrent les espaces laissés vacants.

Le Maître – c’est ainsi qu’il souhaite être appelé – n’utilise que des instruments d’époque ayant fait leurs preuves : le guéridon, la table tournante et la planchette Ouija. Il dit que les esprits des siècles passés ne doivent pas se sentir intimidés par une débauche d’innovations techniques qui s’avérerait contre-productive.
Le Maître privilégie les entretiens individuels. C’est plus cher, mais cela évite la cacophonie, écueil principal des séances regroupant plusieurs chiens, voire des espèces que tout oppose : chiens et chats, chats et rats, etc.

Il est instructif de discuter en salle d’attente avec les propriétaires d’animaux remarquables. Un homme au crâne rasé, tatoué de la tête aux pieds, me racontait que son chien, un molosse qu’il avait appelé Benito, était la réincarnation du dictateur italien. Il en avait eu l’intuition, et le médium avait confirmé, se lançant dans une énumération des moments clés de la vie du Duce. Benito avait commenté chaque étape de sa prise du pouvoir en aboyant joyeusement. Comme quoi la connivence qui se crée entre un animal et son maitre peut éveiller en ce dernier des dons insoupçonnés.
Un autre exemple, plus spectaculaire encore : une vieille tortue terrestre au regard inexpressif – mais plein de sagesse selon son propriétaire – avait été le Mahatma Gandhi dans une vie antérieure.
« Elle ne mange que de la salade ! », m’avait-il chuchoté d’un air entendu.

Mais revenons à madame de Pompadour. Avoir une chatte qui a été la maitresse de Louis XV n’est pas de tout repos. Ça l’a rendue exigeante. Elle ne mange pas n’importe quelle pâtée et dédaigne les croquettes qu’elle imagine réservées aux prolétaires. Elle n’entendait pas porter un collier jusqu’à ce que je lui en fasse faire un sur mesure serti de pierres précieuses. Autre détail révélateur, elle refuse de manger du poisson.
J’ai fait installer une chatière dans la porte donnant sur le jardin, mais elle répugne à l’emprunter, me fixant d’un air courroucé jusqu’à ce que je lui ouvre. Autre exemple de son caractère dominant : elle miaule pour rentrer, et puis reste sur le seuil, juste pour tester mon obéissance.
Je l’aime bien, mais, parfois, je trouve qu’elle exagère.

Quand j’ai adopté une seconde chatte, plus jeune, ma vie est devenue un enfer. De violents affrontements ont opposé les deux furies, jusqu’à ce que la Pompadour capitule. À partir de ce moment, elle a fait mine d’ignorer sa jeune rivale, la toisant d’un air dédaigneux. Il a bien sûr fallu faire des aménagements, éloigner leurs bacs et assiettes respectifs, puis réserver l’étage pour la dernière arrivée et le rez-de-chaussée avec accès direct sur le jardin pour la Pompadour vieillissante.

Mon médium a trouvé de qui ma jeune chatte était la réincarnation. Quand il m’a dit « C’est Jeanne Bécu », j’ai été déçu. Mais, à son large sourire, j’ai compris qu’il me réservait une surprise :
— Jeanne Bécu, vous saisissez ? C’est la comtesse du Barry ! Celle qui a succédé à la Pompadour dans le cœur du souverain !
Ça a été une révélation pour moi. Un vrai coup de tonnerre : héberger sous mon toit ses deux maitresses les plus célèbres…
Et si j’étais la réincarnation de Louis XV ? Je ne crois pas au hasard, et ces coïncidences troublantes ressemblaient étrangement à un clin d’œil du destin…

J’ai demandé à mon spirite une faveur spéciale. J’avais bien compris qu’il s’occupait exclusivement d’animaux, mais, étant donné les circonstances, pouvait-il faire une exception ?
Il y a consenti. Parce que j’étais un bon client, et que je ne sollicitais pas de paiement différé.

***

Pas de chance… il vient de m’apprendre à l’instant que je n’étais pas la réincarnation de Louis XV, mais de Louis XVI.
121

Un petit mot pour l'auteur ? 2 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Ginette Flora Amouma
Ginette Flora Amouma · il y a
J'essaie de retrouver tous mes abonnés , Paul.
Bonne reprise et le plaisir de vous relire .

Image de jusyfa *** Julien
jusyfa *** Julien · il y a
Une telle révélation ça te la coupe ! Y-a de quoi perdre la tête... Heureux de t'avoir retrouver mon cher Paul, à plus.
Julien.

Vous aimerez aussi !

Très très courts

Contrefaçon

Arielle Maidon

Antonio contemplait la bouche pulpeuse de son amante. Dès la première fois, il avait été subjugué par ses lèvres grenat, bombées et fruitées. Certains fantasment sur les pieds ou les yeux... [+]