4
min

L'éthylisme

220 lectures

57 voix

En compétition

« Suis-je dans le noir ou ai-je les yeux fermés ? peut-être les deux » monologuait continuellement Sonagnon en ces termes, dans l’attente de savoir si sa vie était foutue d’avance ou s’il l’a lui-même déchirée par l’éthylisme.
Sonagnon et le vin de palme furent comme l’ombre et le corps. Demain, Sonagnon récupéra ses épargnes. Pour l’état de cet homme, lecteurs, imaginez la joie qui anime un homme d’aujourd’hui qui attend impatiemment un lourd denier demain à dix heures. Un broussard, sans doute. Pour éviter tout accident inopiné, le pauvre se claquemura. Et, comme qui les infortunes déserteront pour l’éternité, il s’écria « enfin !... au revoir infortune ! Je te sais éternellement un très mauvais gré, monstre sans cœur. On verra bien ! Et pour la nymphe d'à côté contre qui j'ai une dent, n'aurai-je point maintenant de quoi l'illusionner pour la juponner... » ? prenant le Pirée comme un homme ainsi, il se représentait peut-être qu’avec les cinq cent cinquante mille francs de demain, tout le voisinage fera fort cas de lui, et adieu toute humiliation
A midi, un soleil jaloux fit hurler son toit fait de taule, et une chaleur tuant abonda le sein de sa case. Sonagnon, presque asphyxié, suant comme une fontaine, ouvrit prestement la baie, se jeta à toute pompe dehors, et le maudit. Il résolut de fausser compagnie à son logis, et s’envola se faire plaisir en compagnie de la vendeuse de vin de palme, une dame plantureuse, extraordinairement fessue et joufflue, qui l’offrait la prérogative des paiements à crédit. Sonagnon n’a certes pas l’argent pour manger, mais il en disposait toujours le minimum pour corroder en suisse son estomac avec l’éthanol.
La nuit arriva. L’imminent opulence attendue marchait se réaliser. Sonagnon, plumé sur une misérable couchette, au cœur de sa ténébreuse case, tout heureux se trouva sevrer même d’un demi-sommeil. Une soif le secoua. Il allait prendre à boire qu’il remarqua qu’une grosse souris fort audacieuse lui rongeait les orteils. Des « aïeaïeaïe » sonores s’activèrent de la case. Le pauvre l’invectiva et lui jeta mille mauvais sorts diablement amorcés et se tus. Peu de temps après, un cafard ailé, perdu dans son vol, lui donna un beau soufflet à la tempe. Notre homme se déconcerta, et poussa quelques jurons vernaculaires bien ridicule. Il serra solidement le point et se bossa la joue. Il réussit à le tuer, mais réussit à décrocher aussi un beau trophée : la joue enflée et endolorie. Le spectacle allait se terminer là si, un margouillat, au moment de quitter le plafond pour lui tomber la tête, n’eut pas comme un mauvais dessein d’y décrocher une araignée surannée. L’araignée l’emballa bien son visage de toile, entra dans son vêtement, passa par sa poitrine, marchant partout son dos, et finit sa course dans son caleçon. Danger ! Sonagnon cria fort à dissiper le sommeil de tout le voisinage. Une femme, alertée, courut lui prêter une bougie, avec qui il tenta en vain de dormir à poings fermés.
Il n’eut pas sitôt fait jour, que Sonagnon tomba du lit. A neuf heures, l’antichambre de celle du bonheur, sous une paillote, sur des tabourets nains, toute l’assemblée des épargnants fut presque sur pied. Et à dix heures, le sort de Sonagnon fut décidé. Au lieu de cinq cent cinquante milles, le chef de file lui remit cinq cent quarante milles, arguant qu’un d’entre la compagnie n’étant plus, n’eût pas pu être en état d’épargner. Un silence d’imploration de grâce fut exhorté au Jupiter en faveur du disgracieux, Minkou (tel fut le nom du fourbe qui osa se déclarer feu pour ne plus payer la tontine après avoir recueilli la sienne). Sonagnon, quoique fort ulcéré, parut fort touché qu’endeuillé. Denier reçu en espèce, il allait rendre possible son rêve. Il courut en trombe chez le marchand des véhicules, où il troqua comme un richard quatre cent cinquante milles des sous contre une belle moto. Sonagnon l’enfourcha, s’ombra la vue au moyen d’une grosse lunette noire, pencha le tronc pour laisser le rétroviseur gauche juger un instant combien le verre lui allait, appuya le démarreur, fit vrombir et klaxonner sévèrement la moto presqu’à l’explosion, et disparu à la vitesse lumière. Direction cabaret. Il y déboula, poitrine écartée et gonflant, démarche et mine changés et s’y introduisit. Voyant des sachets plastiques autour des clignotants, des amortisseurs et cetera de la moto garée, un caudataire, gros fabulateur artificieux, s’élevant d’un bond d’entre la compagnie et s’empressa l’accabler de forces compliments touchables. Le godelureau, en peu de temps, lui dit des riens en des forts beaux termes. se voyant tout d’un coup converti à une unité avantageuse, Sonagnon dit galamment au flatteur en homme de conséquence : Soyez bénit par nos mânes, inconnu, vous qui aviez finalement tôt trouvé en cet homme une grande merveille du monde... bonne amie, lança-t-il avec fatuité en même temps à l’échanson du lieu, quand vous feriez abondamment trinqué cet homme à mes crochets et lui aurait conçu un bon lit pour qu’il s’endorme paisiblement comme un bébé ( la dame prenait aussi du plaisir à vendre du piment), faites-m’en scrupuleusement le compte. Il a su reconnaitre ce qu’aucun n’a pu voir en moi dans ce village. .... Tenez, prenez ces dix milles d’avance, pour lui. Tenez encore cinq mille et donnez-moi un kil de vin... tout de suite !
Il prit les un litre de vin de palme, les but comme une bonne eau toute fraîche, et commença de se poiler tout seul. Le vin l'aigrit le sang ! Sonagnon, s’élevant d’un bond, se mit à se défouler dans le cabaret. Au début, la marche canard. Ensuite, saut à longueur, trépied, jambes écartées, Position " Y ". Toute l'assistance le regardait, hébétée. Il finit bientôt son sport, tout mouillé. Vous auriez dit là dit qu’il professait le kung-fu, puisqu’il n’eut pas laissé de montrer à la compagnie nombre de ces positions extraordinairement comique qu’enseigne cet art ! Sonagnon sortit arroser la moto d’alcool, et lui déchira tous les sachets. Là, ça commençait à sentir l’éthylisme. Il voulut l’incendier. Un type, volant à son secours, tenta de l'en dissuader, mais fit chou blanc. Il ne voulurent s'entendre. Il fallait mesurer la puissance des abdos, et nos antagonistes en vinrent là. Il se mirent à s’en découdre.
Sur ces entrefaites, s’étant inspirés de cette désordre inopinée qui s’offrait comme une belle occasion, deux quidams venant de nulle part eurent dessein de rouler Sonagnon dans la farine. Ils étaient là, dans une atmosphère diablement tonitruant, que les intrus débarquèrent. Les deux, se présentant respectivement en qualité de cousins et de frère de même lit à Sonagnon, firent les plus touchantes excuses du monde à son adversaire et la maitresse du lieu. Excusez mon frère, dit le prétendu grand frère, de ces vains dérèglements. Veuillez voir en lui cette infirmité : il a le chic à chicaner et injurier. Oui, ne l’en tenez grief, pitié. C’est son médicament que je l’amène. Faut-il qu’on le transporte à la maison, pour l’administrer. Les deux fausses parentés feignirent de s’embuer, à ces mots. Le regard de Sonagnon, n’imprimant aucun trait de protestation, fit juger aux badauds et à toute la compagnie que les deux quidams partageaient assurément le même sang que lui. Ils leur ont laissé l'embarquer au milieu d'eux sur la moto, et les regardèrent s'en aller. Les deux fripons eurent bien soin de l'éloigner du village, assez dans un endroit reculé où, se jetant sur lui à bras raccourcis pour l'assommer, ils l'entubèrent et l'engin et le dernier sou qui l'appelait richard. Le lendemain, quand l'éthanol lui l'abandonna, et qu'il se vit bras et jambes brisés sur des rabougris, au bord d'une ruelle, il prit le mors aux dent, monologuant ces terme au-dessus de notre récit, et prescrivit un beau serment tout en maudissant son orgueil : éviter l’alcool, être humble, et s’estimer heureux dans sa condition.

PRIX

Image de 2020

Thème

Image de Très très court

En compétition

57 VOIX

CLASSEMENT Très très court

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Avy N'guessan Parfait Kodia
Avy N'guessan Parfait Kodia · il y a
Vous avez une belle plume je vous donne mes voix. bonne continuation ! En passant j'aimerais vous inviter à découvrir mon œuvre par ce lien et à donner vos impressionshttps://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/confusion-15
Image de Brandon Ngniaouo
Brandon Ngniaouo · il y a
Un texte captivant. Bravo à vous . Vous-avez toutes mes 3 voix.
Je vous prie de me soutenir en allant voter pour mon texte en compétition pour le prix des jeunes auteurs, si bien sûr il vous plaît.
https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/la-chose-11
Et à me laisser quelques commentaires si l'envie vous vient.

Image de Fodé Camara
Fodé Camara · il y a
Un texte bien savourant. Je l'ai adoré. Bravo ! Mes 5 voix.
Je vous invite à découvrir le mien et le soutenir si vous avez le temps 👇👇
https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/lerrance-spirituelle-1

Image de hintchéwèa sostène GANSE
hintchéwèa sostène GANSE · il y a
Merci bien, cher écrivain !
Image de Virginie Ronteix
Virginie Ronteix · il y a
Une jolie plume presque poétique. Une veine à creuser d'ailleurs... bonne chance !
Image de hintchéwèa sostène GANSE
hintchéwèa sostène GANSE · il y a
Merci beaucoup à Vous !
Image de El Hadji Yero Gano
El Hadji Yero Gano · il y a
Intéressant j'ai aimé belle plume n'hesitez pas de visiter le mien et voté si vous avez du temps en cliquant sur le lien vous avez mes voix https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/linquiet-isole-1
Image de hintchéwèa sostène GANSE
hintchéwèa sostène GANSE · il y a
Merci ! Vous avez déjà tous mes voix.
Image de Godo Emmanuel
Godo Emmanuel · il y a
Courage mon frère... Bientôt tu seras un poète emblématique pour nous...
Image de Habib Ahandessi
Habib Ahandessi · il y a
Super
Image de hintchéwèa sostène GANSE
hintchéwèa sostène GANSE · il y a
Mille mercis à vous !
Image de Norma Limontas
Norma Limontas · il y a
La charpente est là. Il faut juste choisir des mots juste pour l'enrober. Tu y arriveras
Image de hintchéwèa sostène GANSE
hintchéwèa sostène GANSE · il y a
Merci beaucoup, très chère poète !
Image de Dah Kotoko
Dah Kotoko · il y a
Felicitation cher frère
Image de Reveillere Laure
Reveillere Laure · il y a
C'est inventif. Le français est à améliorer mais l'auteur est là.
Image de hintchéwèa sostène GANSE
hintchéwèa sostène GANSE · il y a
Merci d'être passée me lire.