L'âne et la moto

il y a
3 min
765
lectures
772
Finaliste
Jury
Recommandé

Pourquoi on a aimé ?

Enfilez vos lunettes et préparez vous à sentir le vent sur votre visage : les sensations de vitesse sont au rendez-vous ! Le sentiment de liberté

Lire la suite

J'aime la solitude qui permet le rêve et l'évasion, les rencontres qui font grandir, la vie qui chaque jour me surprend. J'écris aussi parfois  [+]

Image de 2018
Image de Très très courts

Je me trouvais seul quand j’ai enfourché ma bécane.
J’ai toujours préféré les virées en solo aux rodéos entre copains avec escale dans les troquets, bière et p’tites pépées. Les mecs qui se la pètent, gros muscles et anneaux dans les trous de nez, c’est pas mon truc.
En guise de santiags j’enfilais mes pataugas, ça ferait l’affaire, et mon blouson de cuir noir sans aigle sur le dos. Juste un hibou tatoué sur l’avant-bras qui disait « c’est chouette la moto ». Il paraît que j’ai de l’esprit.
Mon front rayé d’un bandana orange sous le casque de mon dabe qu’on se refilait de père en fils, non par souci d’économie, même si le pognon on roulait pas dessus, plutôt une sorte de superstition. Dans la famille on tenait à la vie depuis que le grand-père avait laissé sa jambe droite sur une départementale un jour de verglas faux-cul. Une guibolle pour un glaçon planqué à l’ombre d’un pylône, c’est cher payé.
La moto, emmitouflée sous un vieux plaid à cause du froid, de la poussière et des regards indiscrets, était garée dans la grange. À côté, l’âne Gamin la veillait jour et nuit, l’œil rivé sur la carcasse de métal anthracite. Ce n’était pas un modèle de l’année mais je la bichonnais comme une mère son premier-né et l’animal savait que j’y tenais plus qu’à ma vie. C’est intelligent un âne, malgré tout ce qu’on peut dire.
J’ai flatté l’encolure de mon ami avant que ne résonne son cri de guerre dans toute la contrée. Sorti du hangar j’ai poussé l’engin jusqu’au pont de pierre. J’avais briqué les chromes avec la peau de chamois, pour que ça brille mieux la nuit, un fanion aux armes du village flottait au vent dès que je mettais la gomme. La veille j’avais vérifié les niveaux et fait le plein, c’est pas donné la gazoline, mais la moto c’est ma passion.
Après j’ai roulé comme un dingue à travers la forêt, elle s’ouvrait sur mon passage, béate et béante devant le spectacle – y a pas trop de distractions à la campagne –, avant de m’avaler les virages du Mont de l’Aiguille, mes préférés, en épingles à cheveux, ça me grisait. La moto caracolait dans un bruit d’enfer, je l’entendais rigoler dès que je me penchais à droite puis à gauche comme les bikers de la route 66 sur leurs Harley Davidson. Un jour moi aussi j’aurais les moyens de m’offrir les States, je l’avais promis à Gamin, il m’avait approuvé de son braiment de quand il est d’accord.
Le vent de la vitesse me cisaillait le visage comme des grêlons un soir d’orage, la sueur collait le bandana à mon front ruisselant. Parfois je hissais mes pieds sur les étriers pour dominer la route qui défilait à fond la caisse. J’évitais de justesse un lapin au cul blanc, une vie sauvée, un civet raté. La nuit descendait sur le bitume encore fumant d’un jour d’été, j’étais le roi du monde. Je crois que je chantais « Sur la route de Memphis ».
Le lendemain je foncerai jusqu’à la scierie, elle est fermée mais le gymkhana entre les nids-de-poule, ça fait des sensations dans tout le corps, comme à la fête foraine mais en mieux. Chaque jour plus corsé pour tester la machine et mon endurance pour quand j’irais aux Amériques. J’avais commencé l’entraînement au début des vacances et je pouvais être fier de mes progrès et aussi de la moto, elle ne m’avait jamais joué un tour à l’envers.
J’ai pris la ligne droite bordée de peupliers, celle qui mène au village. J’ai fait gaffe en passant devant la croix, y avait un bouquet de fleurs fanées au pied, là où un motard s’était craché l’année d’avant.
Il fallait plus traîner si je voulais pas me faire gauler.
Au petit pont j’ai arrêté les gaz pour pas réveiller la maisonnée. Obligé d’être prudent. J’étais crevé, les cuisses en coton et les reins en compote, mais j’ai poussé la bécane jusqu’à la grange. Là, j’ai enlevé le casque. Gamin me regardait de son œil humide plein de cils, content de me retrouver, il avait toujours peur pour moi. Et pour la moto, fidèle gardien de la plus belle écurie du hameau, la number one.
J’allais la border avec la couverture quand j’ai entendu grincer la porte de la grange, les gonds étaient rouillés. Une voix familière à mon oreille encore pleine de barouf, je me retournai :
— Allez, fiston, il est tard, laisse ce vieux Solex tranquille, tu vas finir par te casser le cou, ta grand-mère t’attend pour la soupe.
J’ai craché sur mon bras pour effacer le feutre du tatouage, j’ai grattouillé Gamin entre les deux yeux, sur la tache blanche et douce, il aime ça. L’âne lança un pet digne d’un démarrage en côte et j’aurais juré qu’il m’adressait un clin d’œil en me regardant suivre Grand-père.

Recommandé

Pourquoi on a aimé ?

Enfilez vos lunettes et préparez vous à sentir le vent sur votre visage : les sensations de vitesse sont au rendez-vous ! Le sentiment de liberté

Lire la suite
772

Un petit mot pour l'auteur ? 176 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Aristide
Aristide · il y a
C'est tendre... c'est poétique... c'est romantique ton tas de ferraille ! quel talent de narratrice !
Image de Chantal Sourire
Chantal Sourire · il y a
Merci, Aristide !
Image de Yoann Bruyères
Yoann Bruyères · il y a
J'adore, c'est fluide, avec du style, quelque chose en plus. Une scène au final toute simple qui est véritablement sublimée par l'écriture, c'est talentueux !
Image de Chantal Sourire
Chantal Sourire · il y a
Merci Yoannes, vous aimerez peut-être aussi mon soleil nocturne ou ma fourchette d'or...Je passe vous lire !
Image de Josephine Folliet
Josephine Folliet · il y a
L'ivresse de la vitesse ... en Solex.
Je me suis encore fait avoir !
Grand sourire après cette étonnante virée, et la chute de cette épopée.

Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
Chantal sourire vos texte m enchantent .Comme j aurai voulu l écrire cette nouvelle. La bise à Gamin
Image de Chantal Sourire
Chantal Sourire · il y a
Merci, Tagada !
Image de Lange Rostre
Lange Rostre · il y a
J'ai eu un Solex dans les Années 70, c'était chouette. Votre texte me rappelle de bons souvenirs...
Image de Granydu57
Granydu57 · il y a
Les virées en Solex sur la route forestière, que de souvenirs !!! Merci pour ce beau texte et bonjour à Gamin ;-))
Image de Liam Azerio
Liam Azerio · il y a
Un bon texte que je découvre sur cette finale. La fin souriante m'a beaucoup plu :)
Image de Xian To
Xian To · il y a
On the road again !!
Image de Chantal Sourire
Chantal Sourire · il y a
Yes !!!
Image de Sylvie Talant
Sylvie Talant · il y a
"Une vie sauvée, un civet raté". J'aime...ainsi que la griserie de cette aventure bien dans le sujet et le sympathique âne gardien.
Image de Catherine De La Salle
Catherine De La Salle · il y a
Texte très sympa, mes votes.

Vous aimerez aussi !