3
min

Histoire de Raoul Lechat

Image de Louis Rubellin

Louis Rubellin

168 lectures

142

FINALISTE
Sélection Jury

« Il va arriver quelque chose, disait Claudel dans L’œil écoute, à la fin de son travail sur la peinture hollandaise. Et, dans cette petite boutique excentrée du centre-ville (disons plutôt du village), quelque chose va arriver. Un homme y soupire. Assis derrière son comptoir, il s’approche de la cinquantaine.


Il regarde, de temps en temps, sa montre à quartz abîmée par le temps, au cadran rayé par endroits. Il attend.
Patiemment.

Elle lui avait pourtant dit qu’elle appellerait vers seize heures, que Diable ! Et voilà que les minutes défilent les unes après les autres. Bientôt dix-huit heures quinze et rien. Son éphéméride indique, narquois, la date du jour. Le 14 février.

Raoul Lechat ferma les yeux. Alors que cet appel ne venait pas, il se sentit soudainement vide. Il réalisa que toute sa vie, il avait manqué les rendez-vous et les opportunités qui s’étaient présentées à lui. Il avait raté sa vie scolaire, cause pour lui de tant d’angoisse que de l’eczéma, en grandes plaques rouges, avait recouvert son visage et son corps. Il avait raté sa vie amoureuse, et ce en raison de tous les retards dont il avait fait preuve aux rendez-vous fixés. Ainsi avait-il raté sa vie maritale en épousant une femme qu’il n’aimait pas particulièrement, qui ne l’aimait pas particulièrement, et dont il avait divorcé sans passion, ratant ainsi sa vie familiale puisqu’il ne put voir ses deux enfants, les seuls êtres qu’il adorait et qui pourtant le haïssaient, qu’un week-end par mois – quand ceux-ci venaient. Il avait raté sa vie professionnelle et s’était retrouvé là, dans un village perdu du Gâtinais dont personne ne connaissait l’existence et qui n’intéressait personne, si ce n’est pour son nom grotesque qui faisait rire. Quelques névrosés des églises romanes verraient, peut-être, en l’Église Saint-Loup, une certaine forme d’intérêt... et encore. Il avait raté sa vie, avait tout manqué. En l’occurrence Raoul Lechat était bien quelqu’un à côté de la plaque.

Pourtant, la plaque, ça le connaissait. Il avait fait construire, le long de la D219, quatre murs pour ouvrir Carte Grise France. C’était il y a vingt-sept ans, huit mois, une semaine, et trois jours. À ce moment-là, Raoul Lechat était encore un homme heureux, qui savait voir le verre à moitié plein. Et puis, petit à petit, les plaques d’immatriculation et les cartes grises ne se sont plus aussi bien vendues – si jamais elles avaient été bien vendues. Il commença à être criblé de dettes diverses et variées. Sa femme, on le sait, le quitta, ses enfants l’abandonnèrent et bientôt Carte Grise France fut son dernier refuge de tranquillité, où il aimait à écouter de la musique en relisant les mêmes ouvrages : Le Bonheur dans le Crime, Vanina Vanini, et Tous les matins du monde. C’est ce qu’il préférait. Non, Raoul Lechat n’est pas un banal quidam mais bien quelqu’un doté d’une culture, qui, au fond, ne voulait pas cette vie.

Voilà ce que, ce 14 février, se disait Raoul Lechat. Qu’il avait été à côté de la plaque. Le jeu de mot était facile, mais il était amateur de bons mots et avait par ailleurs établi une liste recensant toutes les contrepèteries qu’il connaissait, jusqu’à ce qu’il se rende compte que quelqu’un l’avait déjà fait en 1934. Ne pouvait-il donc servir à rien ? Il était dix-huit heures dix-huit. Et voilà le stress qui le reprend... L’eczéma, ces derniers jours, avait fait une mesquine réapparition. Comme si tout cela ne suffisait pas. Et le téléphone a sonné. C’était Patricia. Elle était désolée, mais elle ne pouvait malheureusement pas honorer le rendez-vous qu’ils avaient tous les deux conclu sur Internet en ce soir de la Saint-Valentin, mais elle allait passer avec des roses et des chocolats à Carte Grise France, car c’était sur son chemin. Et elle vint.

Certes, elle n’aurait très certainement pas dû s’arrêter devant ces quatre murs en mauvais état. L’affreux aspect physique que les plaques rouges donnaient à Raoul Lechat effraya Patricia lorsqu’elle descendit de sa voiture. On le sait, elle n’y remonta pas.

Nonobstant tout cela, je ne suis pas en mesure de vous fournir une explication pour le meurtre qu’a commis mon client. Sans doute l’ironie de se faire plaquer à la Saint-Valentin, sans doute l’ironie de ces plaques rouges, sans doute l’ironie de cette expression à côté de la plaque qui pourtant est, à l’origine, ferroviaire, n’ont pas fait un bon trouple dans la tête de Raoul Lechat.

Comprenez simplement que cet homme a tout raté.

Qu’il a toujours été... en retard.

Je vous remercie. »

PRIX

Image de 2019

Thème

Image de Très très courts
142

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Louis Rubellin
Louis Rubellin  Commentaire de l'auteur · il y a
Merci à tous ceux qui ont lu, soutenu et voté pour "Histoire de Raoul Lechat" !!! J'ai du mal à me rendre compte que je suis nommé pour la Masterclass, c'est vraiment incroyable !!! Merci de votre soutien !
·
Image de Fred Panassac
Fred Panassac · il y a
Je n'ai pas de mal à croire que vous soyez nominé pour la Masterclass, car votre texte le mérite vraiment, profitez bien de cette opportunité qui vous est offerte, et félicitations Louis Rubellin pour votre talent !
·
Image de Louis Rubellin
Louis Rubellin · il y a
Merci beaucoup Fred !! :D
·
Image de Fred Panassac
Fred Panassac · il y a
À mon tour, merci à vous d’avoir lu et apprécié ma « Chasse au pigeon » ce soir !
·
Image de Keith Simmonds
Keith Simmonds · il y a
Félicitations pour cette Nomination de la Master Class, Louis !
·
Image de Louis Rubellin
Louis Rubellin · il y a
Merci Keith ! Wow j'ai encore du mal à y croire... Dire que je n'étais pas très fier de ce texte ! C'est... Incroyable !
·
Image de Keith Simmonds
Keith Simmonds · il y a
Comme quoi, il ne faut jamais baisser les bras ! Bonne continuation !
·
Image de coline
coline · il y a
Félicitations pour ce texte,mes 3 voix pour toi , belle chute, je t´invite a lire mon poème en lice aussi: https://short-edition.com/fr/oeuvre/poetik/sos-dune-terre-en-detresse?fbclid=IwAR1Qj6RT02KedvV_jNXdXCKymt4P4vvguTylVPJ4vTnaXn-OpkFomDFh6yw
·
Image de Artvic
Artvic · il y a
Merci Louis pour votre texte, votre récit très bien écrit . +5 et bonne chance à vous ;)
·
Image de Louis Rubellin
Louis Rubellin · il y a
Merci beaucoup pour votre commentaire (et pour vos voix) Artvic ! :)
·
Image de Keith Simmonds
Keith Simmonds · il y a
Félicitations pour cette œuvre captivante ! Une invitation à découvrir et soutenir “Gouttes de pluie” qui est en FINALE pour le Grand Prix Hiver 2019! Merci d’avance et bonne soirée !
https://short-edition.com/fr/oeuvre/poetik/gouttes-de-pluie-2

·
Image de Louis Rubellin
Louis Rubellin · il y a
Merci Keith ! Au plaisir de vous lire !
·
Image de Le Vrai Monde NC
Le Vrai Monde NC · il y a
Moi qui adore les chutes... Wow ! Celle-là est marquante ! J'avais raté votre texte la 1ère fois... Mes 5 voix pour cette finale ! Si ça vous dit, ma chanson Armistice est également en compétition : https://short-edition.com/fr/oeuvre/poetik/armistice-2
·
Image de Louis Rubellin
Louis Rubellin · il y a
Merci beaucoup, j'ai voté pour votre chanson que j'ai beaucoup aimé ! Bonne chance, et à bientôt sur Short Edition !
·
Image de F. Gouelan
F. Gouelan · il y a
La chute est surprenante.
Elle plaque à mort...

·
Image de Louis Rubellin
Louis Rubellin · il y a
Héhé, merci beaucoup !
·
Image de Nihal
Nihal · il y a
Superbe texte, bravo !
·
Image de Louis Rubellin
Louis Rubellin · il y a
Merci Nihal !
·
Image de Lélie de Lancey
Lélie de Lancey · il y a
Merci pour ce bon moment de lecture. Mon soutien :)
·
Image de Louis Rubellin
Louis Rubellin · il y a
Merci beaucoup à vous Lélie !
·

Vous aimerez aussi !

Du même auteur