3
min

Changement d'itinéraire

Image de Valérie Labrune

Valérie Labrune

123 lectures

162

En cette aube glacée de fin d’automne, tu es debout sur le quai dans le frimas d’un jour où le soleil ne se lèvera pas. Ça ne fait pas avancer les minutes mais, machinalement, sur ce quai bondé d’indifférence, tu regardes l’horloge parce que tu ne vois pas quoi faire d’autre, parce que tu te dis aussi que pour reprendre la lecture du roman que tu as mis dans ton sac en un geste de survie, tu seras mieux sur un siège au chaud, et aussi parce qu’il vaut mieux faire quelque chose que de laisser ton cerveau succomber sur ce quai. Ce matin est le même qu’hier pourtant. C’est là le problème. Tu ne veux pas surtout compter depuis combien de temps tu te trouves à attendre sur ce quai de gare de Marolles en Hurepoix que la vie te surprenne. Vie de mariole, vidée de saveurs, peuplée de désirs mâtés et humiliés.

Après t’être trouvé une place dans le wagon, dans l’insignifiance de l’anonymat, tu cherches dans ton sac la promesse d’espace dont tu as besoin mais ton livre est resté sur la table de chevet. Tu en pleurerais s’il n’était toutes ces personnes autour de toi pour juger ton chagrin. Tu penses à ton portable. Tu sais déjà qu’il ne suffira pas. Il te faut du lourd, du qui t’emporte dans un autre monde, du qui t’y retient le temps d’une illusion possessive, de la putain d’évasion capable de te faire mourir et renaître cent fois au monde, pas ces idioties sans consistance que tu likes sur Facebook et zappes en suivant. Ça, ce n’est pas assez ou plus que tu ne peux en supporter.

Tu n’en es qu’à la gare de Brétigny sur Orge. Le temps s’est ralenti aujourd’hui, distordu, englué dans le brouillard dense de novembre. Le wagon s’est rempli d’une cargaison d’individus, entassés, t’encerclant, chacun emmitouflé dans son armure, tous encombrés de sacs plus ou moins gros, tous résignés à être comme toi lobotomisés le temps d’accomplir le rituel quotidien tandis que la ville qu’ils laissent derrière eux et dont tu n’aperçois par-delà la vitre que de lugubres contours d’immeubles embués, pesant sur des débuts de rues sans lignes de fuite, dort dans une nuit aussi sombre que peut l’être l’intérieur d’un caveau.

Sainte Geneviève. 6h02. Sans plus vraiment les voir, tu sens les nouveaux arrivés s’agglutiner encore un peu plus. Tu les entends redescendre chercher où ils pourraient exister. À peine encastrés dans un siège, ceux qui ont trouvé de quoi se parquer autour de toi se jettent sur leur mobile et se déconnectent des autres dans l’instant.

Tu somnoles pour faire de même. D’un bond, le type assis à ta droite se lève. Il veut descendre à Savigny sauf que ça semble le prendre comme une envie de pisser et qu’il t’envoie un coup de pied dans le tibia au passage en s’extirpant de ta rangée. Puisqu’il t’est impossible de t’assoupir, tu tues le temps à observer tes congénères, ceux dont le visage t’est devenu familier à force de coexistence passive. Dans la mesure où l’intérêt de ta vie affective peut se lire sur un encéphalogramme plat, tu entreprends de leur en accorder une moins morne. Ainsi, selon ce que chaque individu porte d’invitation en lui, tu inventes un amour plus ou moins passionné, parfois sirupeux jusqu’à l’écœurement, et tu suffoques devant ce trop plein d’affection dégoulinant d’attentions obséquieuses. Comédie. Un visage t’arrête soudain par son intimidante beauté. Cette vision te prend à la gorge. Aussitôt une angoisse te transperce et tu sens s’amorcer à nouveau la descente vertigineuse vers le vide abyssal de ton insipide vie. Tu te demandes jusqu’où l’on peut plonger ainsi.

Bientôt Juvisy, encore et toujours Juvisy. Il te tarde d’être à Bibliothèque Nationale pour achever les cinq minutes de marche supplémentaires entre ton néant existentiel et le travail que tu vas devoir abattre. En ce matin qui ressemble trop à tous les autres de ton existence, c’est exactement ce à quoi tu aspires, un labeur absorbant, suffisamment épuisant pour que tu t’écroules sur ton lit au retour sans une pensée.

Tu te trompes. Tu ne vois pas l’éclat qui peut irradier de toi. Dans ce train, je te vois, diamant brut, comme je vois dans ce train, réunis autour de toi, des centaines d’humanités, des centaines de mondes différents, des centaines d’exotismes, des peut-être, des possibles, des parcours déjà intensément accomplis ou des devenirs à écrire, de ces grains de folie douce qui te fascinent prêts à germer, des richesses à découvrir... dont toi. Il te revient de prendre le chemin qui te guidera vers ce que tu recherches. Prends le temps de regarder. Vois au-delà. Tu es tout. Immense. Magnifique. Ce que tu portes en toi aspire à prendre vie. Profite de ce trésor inestimable, tu peux en convenir. Tu es tout, tu peux tout.

Moi, je te regarde depuis cette voie où nous avons pris le RER ensemble et j’admire ton âme qui dégage une lumière d’une puissance intense. Tu es un être d’un charme infini. Je sens combien en ton for intérieur tu bous d’impatience à l’idée de pouvoir t’ouvrir. Regarde-toi. Tu es rare. Mille fois plus que tu ne consentiras jamais à l’admettre. Tu possèdes en toi ce monde précieux dont tu rêves. Tu es ce monde. Ce sont là tant de merveilles à accomplir, tant de splendeurs encore enfouies dans tes doutes. Viens, approche, ouvre la porte à l’improbable, que celui-ci puisse venir à toi enfin et se révéler.

Nous ne sommes plus très loin de ta destination. Tu vas bientôt descendre à Bibliothèque François Mitterand pour travailler et, comme chaque jour, tu vas entrer dans un temple qui recèle lui-même des mondes construits par des esprits aussi riches de rêves que le tien. Comprends-tu dans quel écrin tu vis ? Tu peux tout. Tu es tout. Va. Deviens. Sois.

Qu’attends-tu ? Hésiterais-tu ? L’impulsion est en toi pourtant. Eh bien soit, au prochain arrêt, nous allons nous rejoindre : il est temps de te présenter à toi-même.

PRIX

Image de Les 40 ans du RER

Thèmes

Image de Très très courts
162

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,
Image de Maryse
Maryse · il y a
Lecture bien agréable et originale ... Belle chute ...
Vous arrêterez-vous quelques instants devant mon "miroir" ?

·
Image de Valérie Labrune
Valérie Labrune · il y a
Merci beaucoup Maryse. J'irai voir...
·
Image de Serge loquen
Serge loquen · il y a
RER se lit dans les 2 sens, comme un effet miroir ... vous pouvez vous présenter sur le quai de mon "transport d'avenir", il y a une place pour vous
·
Image de Patrick Peronne
Patrick Peronne · il y a
Un thème bien plus original que bien des formes de rencontres déclinées à l'envi, qui plus est très bien écrit.Mon vote
·
Image de Valérie Labrune
Valérie Labrune · il y a
Oh! Merci Patrick. Ce retour me touche beaucoup.
·
Image de Geny Montel
Geny Montel · il y a
Belle chute pour cet itinéraire !
·
Image de Valérie Labrune
Valérie Labrune · il y a
Contente que le final vous plaise Geny.
·
Image de Nadine Gazonneau
Nadine Gazonneau · il y a
Très beau récit , une rencontre inattendue , mais se rencontrer soi même , c'est important .Mes 5 voix
·
Image de Valérie Labrune
Valérie Labrune · il y a
Merci beaucoup Nadine. C'est très gentil d'être venue me lire.
·
Image de Fred Panassac
Fred Panassac · il y a
Une écriture magnifique qui transcende cette tristesse d'un jour sans soleil. Un voyage qui parcourt bien plus que ces gares de la ligne C. Vous arrivez au point d'où je pars (la Grande Bibliothèque, un monde de connaissances)
Voici mes 5 voix pour votre beau voyage en RER ! Bonne chance à la poésie et l'optimisme final de votre texte.

·
Image de Valérie Labrune
Valérie Labrune · il y a
Votre retour me ravit Fred. Un grand merci d'avoir fait le chemin dans l'autre sens depuis la BFM.
·
Image de Fred Panassac
Fred Panassac · il y a
C'est amusant, je l'appelle la BNF en oubliant son célèbre constructeur ( ou initiateur de sa construction)
·
Image de Valérie Labrune
Valérie Labrune · il y a
A vrai dire, je dis les deux, en essayant d'alterner, pour m'amuser.
·
Image de Doria Lescure
Doria Lescure · il y a
Tout peut arriver dans le RER, même se rencontrer soi-même ! pour cette jolie rencontre poétique d'un moi, voici mes voix !
·
Image de Valérie Labrune
Valérie Labrune · il y a
Très sympa d'être venue par ici. Merci pour votre soutien.
·
Image de Doria Lescure
Doria Lescure · il y a
mais avec plaisir ! Je suis ravie de ne pas l'avoir loupé ce texte là !
·
Image de Ghislaine Barthélémy
Ghislaine Barthélémy · il y a
Joli échange entre vous... et vous. Je vote
·
Image de Valérie Labrune
Valérie Labrune · il y a
Merci beaucoup Ghislaine.
·
Image de Virgo34
Virgo34 · il y a
Une réflexion sur soi-même bien exprimée et plaisante à suivre.
Mon pantoum (Rêve d'ailleurs) est en finale de la Matinale. je vous invite à aller le relire et le soutenir de nouveau s'il vous plaît toujours.
http://short-edition.com/fr/oeuvre/poetik/reve-dailleurs-pantoum

·
Image de Valérie Labrune
Valérie Labrune · il y a
Merci pour ce passage de ce côté de la voie.
·
Image de Nectoux Marc
Nectoux Marc · il y a
Je suis d'accord avec Isabelle. C'est fou de ma part car je présente un texte dans la même compète, mais je suis cool. Mes 5 voix.
·
Image de Valérie Labrune
Valérie Labrune · il y a
Merci d'être venu me lire Nectoux et pour cette coolattitude.
·