2
min

C'était pas pour du beurre !

Image de Joëlle Brethes

Joëlle Brethes

2401 lectures

440 voix

FINALISTE
Sélection Public

Super, le final de Céline !
En répét', son cri tenait du couinement d’un chat à qui on écrase la queue, et ça nous faisait rigoler. Mais là, pour cette première, chapeau ! Tout était parfait : le regard, l’ouverture de la bouche...
Un long frémissement a parcouru la foule tandis que sa longue et ample robe de soie froufroutait en accompagnant un superbe mouvement giratoire... On aurait presque dit un ralenti de cinéma.
Et quand Fred, brandissant son couteau rougi, a lancé sa dernière tirade : « Tu ne nuiras plus à personne, chienne ! », toute la salle s’est levée comme un seul homme. Ça hurlait, ça sifflait, ça applaudissait. On n’avait jamais vu ça, nous autres.
Le rideau est tombé sur la scène, et nous, dans les bras les uns des autres.
Quand le rideau s’est relevé pour le salut final, Céline est restée par terre. Les copains ont d’abord pensé qu’elle prolongeait son jeu de scène, la cabotine, et ils l’ont laissée brouter la poussière. Mais au troisième rappel, quand elle n'a pas bougé lorsque Fred lui a balancé sa grolle dans les côtelettes en lui disant : « arrête ton char, Ben Hur », c'est devenu évident qu’il y avait un os. Surtout avec la tache qui s'élargissait sous elle ! On l'a retournée.
— Merde ! qu’il a dit, Fred, en tâtant la poitrine de la copine, c’est pas de la grenadine, ça !
Il a porté son index à sa bouche, a fait la tronche et a regardé le couteau qu’il n’avait pas lâché depuis la fin de la scène. C’était pas non plus de la grenadine qui se figeait sur sa lame.
— C’est pas possible, c’est pas possible ! qu’il arrêtait pas de répéter, Fred.
Le régisseur est passé de l'autre côté du rideau pour demander s’il y avait un médecin dans la salle. Y'en avait un. Un grand dépendeur d'andouille. Il a rappliqué avec un de ses potes bedonnant qui, comme par hasard, travaillait au quai des Orfèvres. Il leur a pas fallu longtemps pour déclarer que Céline était bien morte, et que le couteau de scène était responsable de l’accident.
— Accident, accident, c’est vite dit ! qu’il a protesté, le copain du toubib. Et il a escamoté le couteau dans un sachet sorti comme par magie d'une de ses poches. Comme au cinéma.
Fred a eu beau jurer qu’il n’y était pour rien, qu’il faisait toujours le même geste, avec le même objet à lame rétractile, et qu’il ne s’était jamais rien passé avant, il a dû suivre le gars de la PJ. D’autres pandores, en uniforme, ceux là, n’ont pas tardé à sortir de tous les côtés. Ils n’avaient pas l’air commodes et c'était flippant.
On avait tous des têtes d'enterrement.
Enfin presque tous. Pas Duval, le directeur du théâtre. Il se frottait les mains en coulisses, le salaud ! Pour lui, c'était tout bénéf' ! Rien à rembourser puisque les spectateurs avaient vu la pièce en entier, et une pub gratos dans les journaux du lendemain. Les spectateurs se bousculeraient pour voir notre spectacle d'amateurs programmé les quatre vendredis suivants. Il devait aussi bicher, le Duval, en songeant que sa fille, Éva, remplacerait Céline au pied levé ! Éva, c'était la souffleuse ; elle connaissait la pièce par cœur et « a-do-rait » le rôle de notre copine.
On s'est tous fait cuisiner. Mais on n’avait rien remarqué de suspect, nous autres. On a aussi juré que le Fred, c’était un chouette gars qui s'entendait bien avec tout le monde, et qu'il n’avait pas pu zigouiller Céline, vu que dans le civil, ils étaient pacsés.
— Tiens tiens ! qu'il a lâché, le barbouze : une love story qui se termine mal ? ! C'est à creuser, ça !

J'espère que Fred, sera vite mis hors de cause. Ça m’embêterait qu’ils s’acharnent sur lui ; d'abord parce que je l'aime bien, Fred ! Il est simple, chaleureux et franc du collier. Pas comme Céline, sa pétasse prétentieuse qui nous gonflait en bâclant les répétitions : « Je m'économise », qu'elle disait. « Je donnerai toute la mesure de mon talent quand je serai en situation devant un vrai public ! »
Je reconnais qu'elle avait raison. Elle l'a donné la mesure de son talent ! Mais faut dire que je l'ai un peu aidée en trafiquant le couteau.
Au fait, je me demande si Éva...

Prix

Image de Eté 2016

440 VOIX

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,
Image de Diamantina Richard
Diamantina Richard · il y a
Court mais diablement efficace, avec une chute superbe, ça aurait fait un bien joli texte pour le thème comme une odeur de sang !
·
Image de Joëlle Brethes
Joëlle Brethes · il y a
Merci, Diamantina ! J'aime le théâtre (j'ai joué dans des troupes d'amateurs, j'écris des "piécettes" et des saynètes) et j'aime la littérature "de genre" dans laquelle les romans policiers occupent une place de choix! Alors... ;-) ;-) ;-) Bonne après-midi et à bientôt.
·
Image de Francine Lambert
Francine Lambert · il y a
Un récit alerte très agréable à lire, sans temps mort et dont la chute laisse suggérer une série noire . . . Un vrai plaisir de lecture, merci Joëlle !
·
Image de Joëlle Brethes
Joëlle Brethes · il y a
Merci beaucoup, Francine, d'être venue apprécier cet "horrible" récit ! Bon week-end et... à bientôt ! :)
·
Image de Lilas
Lilas · il y a
Genial
·
Image de Joëlle Brethes
Joëlle Brethes · il y a
Hihihi... le rôle est de nouveau libre car Eva a subi le même sort que Céline dès sa première prestation ;-)
RV pour la prochaine répétition dès lundi 18h. Je vous envoie le manuscrit par internet. Tâchez de savoir au moins les 3 premières scènes du 1er acte ;-) ;-) ;-)

·
Image de Lilas
Lilas · il y a
Heu ......j'ai comme l'impression que je ne serai pas libre allez savoir pourquoi
·
Image de Joëlle Brethes
Joëlle Brethes · il y a
Tssss tssss : petite poltronne !
;-) :-) :-)

·
Image de Ode Colin
Ode Colin · il y a
Comme d'habitude avec vous, un plaisir de lecture :-)
·
Image de Joëlle Brethes
Joëlle Brethes · il y a
Comme c'est gentil ! Merci, Ode !
Bonne journée :-)

·
Image de Annyvonne
Annyvonne · il y a
Bel écrit ! Me suis régalée !
·
Image de Joëlle Brethes
Joëlle Brethes · il y a
J'en suis ravie, Annyvonne ! Merci beaucoup et... à bientôt pour d'autres textes :-)
·
Image de Dulac
Dulac · il y a
Un langage efficace, instructif (j'avoue que je suis allé chercher ce qu'était un dépendeur d'andouilles !) et un scénario à couper... le souffle. Il fallait y penser, il fallait le bien raconter. La fin est rusée. Du pro !
·
Image de Joëlle Brethes
Joëlle Brethes · il y a
Ce très gentil commentaire me touche autant qu'il me flatte, Dulac ! Je vous en remercie et vous souhaite une très agréable journée :-)
·
Image de Aurelien Brianceau
Aurelien Brianceau · il y a
Lorsque le réel s’immisce dans la fiction. Une intrigue entretenue jusqu'à la fin ! Bravo.
·
Image de Joëlle Brethes
Joëlle Brethes · il y a
Ah ! les jalousies et mesquineries du monde artistique ! ;-)
Sans compter quelques fadas qui ne savent plus où est la limite entre réalité et fiction...
Bonne fin de week-end, Aurélien :)

·
Image de Sharad Niraj
Sharad Niraj · il y a
C'est drôle et très bien écrit !
J'aime beaucoup !

·
Image de Joëlle Brethes
Joëlle Brethes · il y a
Je suis heureuse que ce "spectacle" vous ait plu ! Merci d'être venu l'apprécier :)
·
Image de Madou-Dilou
Madou-Dilou · il y a
Oh cette chute !
Merci pour ce petit moment de suspense !

·
Image de Joëlle Brethes
Joëlle Brethes · il y a
Bonjour, Madou-Dilou, c'est gentil à vous d'avoir pensé à venir sur ma page, et je suis ravie que mon petit texte vous ait plu !
·
Image de Djany
Djany · il y a
un vaudeville d'amateurs bien ficelé .... bravo merci d'être passée sur ma page
·
Image de Joëlle Brethes
Joëlle Brethes · il y a
Merci à toi, Djany ! :-) Et à bientôt pour d'autres textes...
·