Image de nalamoore_

nalamoore_

20 lectures

0

Le taxi nous dépose devant chez lui. Nous nous regardons, un sourire en coin. Nous avons tous les deux la même pensée en tête. Cette pensée intime, érotique, presque interdite. 4 étages avant de pouvoir la mettre à exécution. Les portes de l’ascenseur s’ouvrent, j’appuie sur le chiffre 4. Les portes se referment, ses mains se rapprochent de mon visage, il m’embrasse. Je lui souris, j’en ai tellement envie, là maintenant. Lui aussi, je le sens. Il m’embrasse dans le cou collant son entrejambe contre ma cuisse. Je peux sentir son érection à travers son jean. Ma respiration s’accélère, l’ascenseur se stoppe. Nous sommes arrivés au 4ème étage. Il ouvre la porte de son appartement et m’attrape pour m’enlever rapidement mes vêtements, je fais de même avec les siens. En un rien de temps, nous nous retrouvons nus, l’un en face de l’autre, nos lèvres s’entremêlant dans une danse sensuelle. Il me porte dans ses bras. Instinctivement, j’enroule mes jambes autour de sa taille et, instinctivement, ses mains se posent sur mes fesses. Il me les agrippe comme pour me dire : « j’ai envie de toi. »

- Emmène-moi dans la chambre, lui murmurai-je à l’oreille. 

Il n’a toujours pas lâché mes fesses. Il s’assoit sur le lit, je le chevauche. J’attrape son sexe dur pour qu’il rencontre enfin le mien, mouillé. Je commence de lents va-et-vient, sa bouche s’entrouvre. J’aime le voir dans cet état, j’aime contrôler la cadence. J’accélère légèrement, ses yeux se ferment, ses mains agrippent mes fesses de plus en plus fort. On s’est rencontrés il y a peu de temps et pourtant, on connaît déjà le corps de l’autre par cœur. Mes va-et-vient s’accélèrent tout comme ma respiration, ses mains m’agrippent et soutiennent le rythme. Il lèche mes tétons, ses coups de langue me font tourner la tête. Je gémis, j’ai envie d’hurler son prénom. Il est à deux doigts de jouir mais pas moi, pas encore, je ralentis la cadence. Ses mains m’aident à onduler mon corps, je sens le plaisir monter en moi et j’accélère une dernière fois. Nos orgasmes raisonnent dans la pièce. Je l’embrasse et il se retire doucement pour s’allonger sur le lit. Je le rejoins, ma tête se pose presque machinalement sur son torse, sa main me caresse les cheveux. J’avais tellement envie de lui.
0

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,