Souvenirs

il y a
1 min
242
lectures
37
Qualifié
Dans la grande maison de vacances
Tout se fait sans excès, sans violence.
Dans la splendeur d’un matin d’automne,
Le tic-tac de l’horloge résonne.
Sous la porte, le parfum du café
Me fait enfin quitter mon duvet.
Le temps se passe au fond du jardin
Entre persil et touffes de thym,
À côté du lierre et des fougères
Qui couvrent le mur du presbytère.
Quand le couchant rougit les murs blancs
L’angélus apporté par le vent
Nous rappelle que la table est dressée
Là-bas, sous la tonnelle ombragée.
37

Un petit mot pour l'auteur ? 1 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Ombrage lafanelle
Ombrage lafanelle · il y a
Mon j'aime renouvelé pour ce très beau poème

Vous aimerez aussi !