Promenade un soir

il y a
1 min
141
lectures
113
Qualifié

Suite à un accostage sous d'autres cieux moins brûlants, à un bug (informatique) et à mille autres activités prenantes, me voici à nouveau dans le jardin des mots. Merci à vous d'être passés  [+]

Le ciel, ce soir, est nu,
Pas une étoile, pas une lune.
Noire, la rue cette inconnue,
Me pèse telle une enclume.

Mes pieds heurtent les pierres,
Mes mains ne trouvent que le vide.
Ah ! ces maudits réverbères
Que l'on éteint la nuit : stupide !

Je sens un souffle derrière moi...
Quelqu'un me suit, me veut du mal.
Je me retourne et aux abois,
Ma vue se glace, mon cœur s'emballe.


Les crocs affûtés d'un molosse,
Réjoui de croiser si belle proie,
S'apprêtent à me croquer jusqu'à l'os ;
Me tétanisent, saisi d'effroi.


Le mastodonte vient jusqu'à moi,
D'une paluche attire mon bras,
Glisse sa langue sur mes doigts...
Qui de nous deux, l'autr' adoptera ?@Jo.L
113

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,