1
min

Pluie annoncée

Image de Cath Lefebvre

Cath Lefebvre

57 lectures

6

Pluie annoncée

Quand le ciel se déchire, que l’horizon s’assombrit. Que les nuages menacent, le regard se ternit, la peau s’électrise et l’on court se mettre à l’abri.
Le temps se déchaîne et le vent vocifère son souffle aux relents de terre. Les gouttes frappent alors le sol et comme un Tam-Tam, une musique scande un rythme qui fait danser les herbes et les cultures.

Les oiseaux se tassent dans leur repère mais surveillent les sorties des vers de terre et des escargots, alertés par la pluie. Un rayon de lumière filtre à travers le gris du ciel et rappelle que c’est encore la journée. Les odeurs d’humidité accompagnent le décor. Certaines fleurs ploient sous le poids de l’eau, d’autres bombent leurs pétales et boutons de roses.

Les flaques aux reflets changeants animent sous nos pas les chemins d’argiles, sculptant nos empreintes sur les routes de traverses. Dansons sous la pluie- comme Gene Kelly, puisqu’elle fait des claquettes selon Claude Nougaro.

Après la pluie viendra le beau temps.

Le long du chemin, les arbres se déploient, les hêtres et saules pleureurs tendent leurs mains, faites de feuilles frissonnantes.

L’automne s’effeuille et se mire dans l’eau, couleurs rousses, brunes et jaunes. La lumière éclaire les cimes des arbres tandis qu’à leurs pieds les oiseaux fouillent le sol, tels des chercheurs archéologues. Les branches sont secouées par le vent et se dénudent légèrement, laissant en éventail, un tapis de feuilles sur les sols humides, qui glissent.

Le soleil passe un bout de son nez à travers cette dentelle naturelle, comme une veilleuse allumée, le jour est tamisé. C’est une saison entre chien et loup.

Un piano aux touches ivoires et noires, résonne dans le vieux salon, les notes s’envolent jusqu’au plafond et retombent en cascade pour le bonheur de nos pavillons, la musique se fait berceuse et apaise le chant du vent.

On ravive les flammes dans la cheminée et au coin du soir, dans tes bras je me suis lovée. Les lumières sont éteintes et pourtant j’aperçois encore cette étincelle qui se teinte d’amour, s’échappant de tes yeux, le regard perdu vers mon cœur, les battements de mes cils te répondant tendrement. Sous les rayons de la lune, j’attends demain et au clair de soleil tu me souriras.

© Cath Lefebvre
Poème protégé numériquement par DPP -certifié le 26/11/17 sous le n° 3842-26459

Thèmes

Image de Poèmes
6

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,
Image de Bdo
Bdo · il y a
Quelle imagination et pourtant si réaliste. Bienvenue dans l'automne ...
Bravo Catherine

·
Image de Cath Lefebvre
Cath Lefebvre · il y a
Merci beaucoup Brigitte. A bientôt
·
Image de Duje
Duje · il y a
Une superbe prose poétique dont les mots coulent comme une rivière qui ondule .
·
Image de Cath Lefebvre
Cath Lefebvre · il y a
Merci Duje, oui la pluie dévale et s'emballe de l'automne vers l'hiver..
·
Image de Patricia Burny-Deleau
Patricia Burny-Deleau · il y a
Que de belles images !!
·
Image de Cath Lefebvre
Cath Lefebvre · il y a
Merci Patricia !
·
Image de BRENABOR
BRENABOR · il y a
Très bien écrit! Les images défilent devant nous et ne nous quittent plus.Bravo!
·
Image de Cath Lefebvre
Cath Lefebvre · il y a
merci beaucoup Brenabor !
·