Neige-bouton

il y a
1 min
117
lectures
8

« Ecrire c’est l’art de faire boiter, je voudrais que mes textes soient des échardes »  [+]

Elle disait qu’à part les saules-pleureurs, la confiture de rhubarbe et la sodomie en écoutant Bach, sa vie ne valait rien. Elle souriait avec ses pauvres yeux de cochonne épuisée quand elle disait ça. Elle adorait se faire traiter de cochonne. Ca rosissait son bouton qu’elle disait. Ca lui donnait un air de fête, lui qui, d’habitude, ressemblait à une nouille trop cuite. D’ailleurs, elle l’appelait « Panzani ». Ou même des fois, "Pan" tout court. Un jour qu’elle lui trouvait un abominable teint de navet, elle m’a dit « Regarde petit enculé, je vais lui donner des couleurs à cet haricot des neiges ! T’as vu comme il est blanc et tout ridé ! Neige-bouton que je pourrais l'appeler aussi, non ? ». Du coup, elle te lui a mis du vert et du jaune plein la gueule et m’a dit de la brouter en lousdé tandis qu’elle commençait à regarder « Plus belle la vie » à la télé. Ca ne m’a pas trop plu de butiner Panzani avec tout son maquillage aux couleurs du Brésil mais bon, je ne peux rien refuser à cette petite salope de Miou. Ben non, je n’oublie pas tout ce qu’elle a fait pour moi, à commencer par ligoter un soir dans une cave je ne sais plus où, mon connard de Directeur du Contentieux à Levallois-Perret. Moi, j’aurais pas eu le cran de faire ça, même si ce vieux dégueulasse qui puait du bec m’obligeait, chaque mercredi, à le turlutter comme un sauvage sous son bureau. Quand elle a eu fini de l’attacher tout en sifflotant une chanson de Joe Dassin qu’elle trouvait méga beau, Miou m’a dit qu’elle avait renversé au moins deux pots de miel sur la tronche de mon persécuteur puis, un tout petit peu plus tard, qu’elle avait rajouté un bon paquet d’abeilles que son pote horticulteur Lester lui avait donné le matin. Ensuite, elle a fumé une clope en se bidonnant devant la dégaine de ce cher monsieur Broustivorvak et elle m’a rejoint chez Juliette que je baisais mollement tout en pensant au cul de Miou que j’allais, bien sûr, visiter après la blanquette de veau que Juliette avait amoureusement préparé.

Palavas-les-Flots, un soir pour zigomatiques débridés,
et beaucoup de rhum. Viva la vida !
8
8

Un petit mot pour l'auteur ? 14 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Isa. C
Isa. C · il y a
Boire où écrire.. Pourquoi choisir😁
Image de Blin
Blin · il y a
En général, je préfère boire parce que écrire me donne plus mal à la tête que quelques bonnes rasades de rhum avec les amis. Alors, quitte à se payer un mal de crâne, autant que ce soit en faisant la fête parce que, entre nous, écrire, c'est pas tous les jours Noël, non ?
Image de Isa. C
Isa. C · il y a
Absolument !
Image de cendrine borragini-durant
cendrine borragini-durant · il y a
J'en reprendrais bien une tranche....;-)
Image de Blin
Blin · il y a
Moi aussi (lol)
Image de Marie Quinio
Marie Quinio · il y a
Une petite tranche de vie torchée de confiture à la rhubarbe ! :)
Image de Claire Bouchet
Claire Bouchet · il y a
Eh ben dites donc ! Tout un programme ! Mince, je répète ce qu'a écrit Loodmer. Tant pis ! C'est venu spontanément ! Vous semblez vous être bien amusé, et c'est bien là l'essentiel ! Écrire, c'est aussi et surtout s'autoriser à lâcher la prise et à pétoyer trois ou quatre nœuds-rones !!
Image de Blin
Blin · il y a
Ecrire des bêtises, c'est la décontraction de l'intelligence ! (lol)
Image de Long John Loodmer
Long John Loodmer · il y a
Tout un programme. Tu devais effectivement être fin bourré
Image de Blin
Blin · il y a
Ah, ah, ah, ah! En tout cas, j'ai bien rigole
Image de Fabienne Liarsou
Fabienne Liarsou · il y a
Merci pour le sourire Blin 😊😊😊
Image de Blin
Blin · il y a
Merci ma Fabienne
Image de Amphicyon Ingens
Amphicyon Ingens · il y a
ah les cochons ;-) J'aime particulièrement la première phrase ;-) ça me fait penser aux Valseuses tourné dans ma ville ;-)
Image de Blin
Blin · il y a
Merci, moi qui suis un inconditionnel de Bertrand Blier

Vous aimerez aussi !

Nouvelles

La Terrasse

Hermann Sboniek

C’est une terrasse en bois au-dessus de la jungle Birmane. Elle ceinture une maison construite à flanc de colline. Sa partie la plus large semble posée sur des frangipaniers en fleurs. Puis le... [+]


Nouvelles

La dernière cigarette

Valoute Claro

II y a quinze ans, mon mari et moi prenions toujours une semaine de vacances au mois d’août. Depuis cinq ans, trois jours semblent nous suffire.
Cette année ce sera… une nuit.
Ça me va. Il me... [+]