✒️ Autrice indépendante des genres de l'imaginaire. Lectrice assidue. Amatrice de contes et légendes. Sorcière attendant sa lettre. Disney addict. ✒️ Mon site : http://rosepkatell.com

Le tableau
© Rose P. Katell
Le code de la propriété intellectuelle interdit les copies ou reproductions destinées à une utilisation collective. Toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle faite par quelque procédé que ce soit, sans le consentement de l'auteur est illicite et constitue une contrefaçon, aux termes de l'article L.335-2 et suivant du Code de la propriété intellectuelle.
____________________________________________________________________________________



Plus que visible, l'église du village se tient enfin en face d'elle.
Un soupir soulagé échappe à Maeva ; elle n'a croisé personne et les rares curieux qui l'ont aperçue en train de déambuler dans la rue à travers l'une ou l'autre fenêtre ne sont pas en mesure de l'identifier, merci la noirceur de la nuit ! Si la mauvaise idée de se réveiller et d'ouvrir la porte de sa chambre ne vient pas à sa mère durant les prochaines heures, sa petite escapade ne sera jamais découverte. Comme les précédentes.
Engoncée dans son manteau pour se protéger du froid de février, Maeva esquisse un sourire impatient, puis se dirige sur la droite de l'édifice religieux, vers son cimetière et, surtout, vers le banc derrière lequel elle a pris l'habitude de s'accroupir – parfait poste d'observation la laissant à l'abri des indiscrets. Elle s'y installe le plus confortablement possible, délie ses muscles tendus par l'idée d'être attrapée à faire le mur. Une moue satisfaite se plaque ensuite sur son visage d'adolescente, il ne lui reste plus qu'à attendre et à tout oublier le temps du « tableau » qu'elle chérit depuis maintenant plusieurs mois, pour lequel elle se risque à mettre le nez dehors si tard. Son espoir – elle aime l'appeler ainsi. Sa bouffée d'ondes positives dans un monde où le pessimisme et le fatalisme sont monnaie courante.
Tandis qu'elle souffle dans ses mains afin de désengourdir ses doigts, son regard se pose déjà sur l'une des nombreuses tombes du lieu, dont elle connaît le nom gravé sur la pierre par cœur.
Octavie Lebrun.
C'est pour bientôt, Maeva le devine – ça survient toujours à la même heure. L'envie d'attraper son portable et de le déverrouiller la tenaille, impétueuse, mais la peur de manquer le début du spectacle, plus forte, l'en empêche.
Et sa patience paie. L'air autour de la sépulture miroite, forme une masse brumeuse. Son cœur se réchauffe aussitôt à l'idée de ce qu'il va advenir ; contrairement à la première fois où elle a été témoin du phénomène, nulle crainte ne l'habite.
Ladite masse s'affine, devient silhouette. Alors que la température baisse d'un ou deux degrés dans tout le périmètre, elle gagne l'apparence d'une jeune femme d'une époque révolue... Éthérée, presque translucide, celle-ci possède une beauté qui lui est propre et qui subjugue Maeva. Oh, son physique est quelconque, voire commun ; néanmoins, son maintien altier et ses traits submergés par la vive émotion de l'espérance la rendent remarquable. Divine. Un sentiment encore renforcé par sa robe, délicate création aujourd'hui démodée. Maeva retient sa respiration par automatisme : elle l'imagine capable de la chasser.
Avec lenteur, Octavie détaille son « corps » et l'emplacement réel de ce dernier ; son expression donne l'impression qu'elle est aussi étonnée que reconnaissante de s'être matérialisée une nuit de plus. Après quoi, ses yeux se portent vers l'entrée du terrain consacré, y traquent quelque chose qui n'y est pas, puis s'imprègnent d'une mélancolie si grande qu'elle envahit jusqu'à sa posture.
Immobile malgré les protestations de ses cuisses, Maeva se gorge de ses émotions – depuis qu'elle a découvert la suite du « tableau », elles ont acquis une signification particulière et elle les estime pour leur pureté, leur noblesse.
Un battement de cils, et Octavie marche vers le chemin de pierraille menant à l'église d'une démarche fébrile, implorante. Maeva attend qu'elle pénètre à l'intérieur pour se relever, progresse vers une fenêtre étroite mais longue. Là, elle continue de l'espionner.
Octavie avance dans l'allée centrale, l'attention rivée sur l'imposante croix visible dans le fond ; elle ne s'arrête qu'à hauteur des premiers bancs. Un frisson d'excitation ébranle Maeva devant l'imminence de « son espoir » pendant qu'elle s'assoit, joint ses paumes et entame une prière les paupières closes. Lire sur ses lèvres est faisable, pourtant l'adolescence ne s'y emploie pas, car la supplique est ancrée en elle.
Les secondes s'écoulent, se transforment en minutes de plus en plus longues. Le froid se montre mordant et arrache des frémissements à son corps. Cependant, la possibilité de rentrer se réchauffer ne l'effleure pas. Elle sait qu'elle ne sera pas déçue, que l'évènement auquel Octavie aspire se produira derechef. Et elle ne désire que ça.
Miracle ! Le moment arrive. Octavie penche sa tête en avant et se redresse sur ses jambes, prête à rejoindre l'extérieur. Le rythme cardiaque de Maeva s'accélère. Furtive telle une ombre, elle se déplace jusqu'à être en mesure de distinguer le parvis de l'édifice sans être visible elle-même ; un large sourire étire ses lèvres en avisant la brume qui se manifeste déjà sur les marches du perron. Il est là, amené sur place par les vœux d'Octavie.
Lorsque cette dernière franchit les portes, la brume est devenue homme, un profil longiligne et harmonieux. Maeva n'a pas le temps de prendre une inspiration qu'ils fondent dans les bras l'un de l'autre, émus aux larmes. Leur étreinte est si intense ! Elle en a des papillons dans le ventre et ses muscles se relâchent d'un coup, comme si plus aucun poids ne pesait sur ses épaules, comme si plus rien ne l'atteignait. La communion présente entre ce couple est indéfinissable ; elle transpire la complicité, la joie, la sincérité.
À voir ces deux êtres que même la mort n'a réussi à séparer, qui se retrouvent malgré le fait d'être enterré à part, toutes ses convictions pessimistes, offertes par la vie qui l'entoure au quotidien, s'évanouissent, remplacées par l'unique certitude qui importe.
Oui, l'amour véritable existe. Oui, il peut être beau, grand, sans drame ou face cachée.
Plus que tout, Maeva peut continuer à croire en lui, à l'espérer.
0

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !