Le Pont de La Demoiselle

il y a
3 min
80
lectures
25

Mon avatar : Un graf depuis longtemps disparu. Il personnalise mon état d'esprit : Réagir et l'écrire.

En vacances dans la région avec ma bande de potes quarantenaires, un soir de picole où les idées les plus folles naissent dans les cerveaux imbibés, je ne sais lequel émit l'idée de se payer un saut à l'élastique au Pont de la Demoiselle, précédemment appelé Pont de l'Omnibus.

Le lendemain comme par enchantement, un dépliant complet sur le site, nous attendait sur la table du petit déj. D'une hauteur de 80 mètres soit un immeuble d'environ 23 étages, il doit son nom à un dramatique fait divers. C'est le point le plus vertigineux des gorges et son paysage de roches rouges fait de ce pont un lieu unique.
Un échange de SMS plus tard, nous avions réservé pour huit sauts. Un seul saut chacun devait suffire, la montée d'adrénaline étant garantie.

Le jour fixé, les Harley grondèrent, arrachant la gomme du parking de l'hôtel. Une heure après avoir tutoyé les précipices, nous garions les engins à l'entrée du pont en dérapage contrôlé.

Nous fîmes la connaissance de l'équipe, qui allait nous faire vivre un moment inoubliable d'après le dépliant. Ils nous conseillèrent de sauter avant de déjeuner, pour ne pas donner à manger aux poissons dans le torrent en contrebas. Rien que de jeter un œil, mon estomac tentait déjà une remontée à l'air libre.

L'un après l'autre, mes potes une fois équipés se jetaient dans le vide en hurlant et après avoir fait le bilboquet plusieurs fois étaient récupérés, rouges et suants par les moniteurs. Quand ce fut mon tour, je pris conscience de ce que je devais faire pour ne pas perdre la face. J'étais déjà sur le podium, harnaché et prêt à me jeter dans le vide, quand, venant du plus profond de ma mémoire, un souvenir enfouit depuis vingt ans bloqua mon élan. Je ne vous dis pas comment fut accueillie cette dérobade et les quolibets des copains qui ne comprenaient pas que le plus casse-cou de la bande, hésite devant un saut de puce.

                                                                      ***

Je venais à cette époque tous les ans en vacances chez mes grands-parents où je jouissais d'une liberté que me refusaient mes parents, sous prétexte que mon énergie devait-être réservée uniquement à mes études. Nous étions une bande de jeunes venant principalement de la région parisienne. Moitié filles, moitié garçons, évidemment des amitiés s'étaient nouées et même plus en fonction des affinités. Laure n'était pas forcément la plus belle, mais il émanait d'elle une douceur qui cachait un tempérament fougueux. Elle m'en fit la démonstration un soir où nous nous étions écartés du groupe. La nuit était chaude, nous aussi. Nous étions depuis inséparables, en butte aux plaisanteries des membres de notre équipe, pas toujours bien inspirés.

Rappelé à Paris en urgence, papa ayant fait un AVC, heureusement sans séquelles, je ne redescendis que la semaine d'après, une fois maman rassurée. L'ambiance avait changé. Chacun vaquait à ses occupations, indépendamment du groupe et semblait m'éviter. Laure était invisible, calfeutrée dans la location de ses parents, elle ne mettait pas le nez dehors. Elle me fit passer un message par la propriétaire de la location : Rendez-vous 19 h au Pont de l'Omnibus. Un ouvrage culminant à 80 mètres au-dessus du torrent où nous nous rafraîchissions au plus chaud de la journée.

J'étais pile à l'heure. La lumière commençait à décliner et sa silhouette était déjà estompée. Il me semblait bien qu'elle était à cheval sur le parapet, une position dangereuse. Je m'approchais pour mieux la voir et remarquais son visage ravagé par les larmes.

— N'approche pas ! m'ordonna-t-elle.

— Mais qu'est-ce qui se passe Laure ?

— Ils m'ont violée. Tes bons copains m'ont violée, lâcha-t-elle d'un ton rageur. Et tu n'étais pas là. Pourquoi m'as-tu abandonnée ?

Complètement abasourdi par cette affirmation, je ne pouvais même pas lui demander des explications. Elle se chargea de m'en donner. Au cours d'une soirée de feu de camp bien arrosée, les garçons de la bande avaient choisi leur victime du jour. Les filles, abondamment droguées ne s'étaient pas opposée. Elle me débita tout ça en hurlant et finit dans les hoquets de larmes déformant ses traits. Elle avait passé maintenant l'autre jambe au-dessus du parapet. Je m'élançais, mais elle me devança et en répétant « Pourquoi m'as-tu abandonné ? », elle sauta dans le vide.

A partir de cet instant, ce fut le trou noir. Juste un vague souvenir de blouses blanches. A sa sortie, d'après les médecins il était guéri, si l'on considère qu'avoir oublié un pan de sa vie, est une forme de guérison.

                                                                    ***

Devant le vide, le traumatisme a ressurgi. Laure enjambant le parapet et sautant... sans élastique. Une certitude, Laure n'est plus et il est juste à l'aplomb du torrent où son corps s'est écrasé. Il se débarrasse du baudrier qui le retenait au faisceau d'élastiques et s'élance devant ses potes horrifiés.
25

Un petit mot pour l'auteur ? 54 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Phil Bottle
Phil Bottle · il y a
Une œuvre très forte!Mémoire et traumatisme! L'appel du souvenir enfoui...
Un coup direct au foie qui remonte en diagonal, pile au cœur!

Image de Joan E.
Joan E. · il y a
Comme souvent notre cerveau occulte les traumatismes du passé mais lorsqu'ils remontent à la surface...
(Bonne année !)

Image de Long John Loodmer
Long John Loodmer · il y a
...On descend au fond.
A toi aussi, dans la mesure du possible

Image de Fleur A.
Fleur A. · il y a
Une histoire dramatique. Mais très bien écrit
Image de Long John Loodmer
Long John Loodmer · il y a
Ceci n'empêche pas cela
Image de Mireille d agostino
Mireille d agostino · il y a
Une histoire belle mais glaçante.
Image de Long John Loodmer
Long John Loodmer · il y a
Ce qualificatif fait l'unanimité. "Les histoires d'amour finissent mal en général"
Image de JLK
JLK · il y a
Pont de l'Omibus, pont du terminus...
Image de Long John Loodmer
Long John Loodmer · il y a
Un pont est un point de passage et ne saurait être un terminus. Pourtant pour ces 2 là, il le fut
Image de Dolotarasse
Dolotarasse · il y a
Quand la mémoire se réveille ! Dramatique...
Image de Long John Loodmer
Long John Loodmer · il y a
Sa vie n'a été qu'un intermède entre deux drames
Image de Paul Thery
Paul Thery · il y a
On pont de l'omnibus on réalise que l'aller est sans retour ni escales...
un bon texte si triste, Loodmer !

Image de Long John Loodmer
Long John Loodmer · il y a
Un aller simple pour le paradis ou l'enfer
Image de Viviane Fournier
Viviane Fournier · il y a
C'est glaçant et tu nous entraînes dans un vide terrible où le coeur vertige sous tes mots ... c'est beau capitaine, tristement beau !
Image de Long John Loodmer
Long John Loodmer · il y a
Et j'ai le coeur au diapason. Cette année, je la sens terrible. Mon bilan audio n'en est que les prémisses : - 60% à G et - 80 à D. la moyenne est à 45. Me voila quasiment sourd. Heureusement la technique y remédiera en partie.
Image de Viviane Fournier
Viviane Fournier · il y a
' le coeur au diapason" c'est joli .....Peut-être que comme ça, tu entends moins de bêtises ...et comme tu es un super capitaine, tu vas vite réentendre les bruits du monde ... la technique oui, elle a de belles solutions ...Tu verras, l'année va dérouler des belles choses...prends soin de toi , capitaine !
Image de Long John Loodmer
Long John Loodmer · il y a
J'entends, mais mal, aussi le cerveau analyse mal et la compréhension s'en ressent. Comme j'utilise beaucoup le casque, ça ne m'handicape que pour les relations en groupe et le spectacle et avec le virus je ne pratique plus que la boule, alors...
Image de Viviane Fournier
Viviane Fournier · il y a
Avec l'amélioration médicale , tu vas retrouver tout le monde extérieur ... mais je comprends le mal à l'aise, le bruit confus, le brouhaha qui peut régner dans la tête quand on entend mal ...Bon dimanche, capitaine, et joue bien aux boules ....un bisou vers toi !
Image de Long John Loodmer
Long John Loodmer · il y a
Surtout que les acouphènes vont avec. Par contre pour les boules, je suis de plus en plus au top. Ceci n'expliquant pas cela.
Image de Vero. La Comete
Vero. La Comete · il y a
Les boules, il vaut mieux y jouer que les avoir.
Image de Long John Loodmer
Long John Loodmer · il y a
Ben moi, j'ai les 2
Image de Alberto Trentinher
Alberto Trentinher · il y a
Histoire réelle ou fictive, très bien contée comme d'habitude..🎩👍😮
Image de Long John Loodmer
Long John Loodmer · il y a
Tu me donne l'occasion de citer mes sources. Le Pont de la Mariée dont je me suis inspiré, situé dans les Alpes-Maritimes, doit son nom à un triste fait divers. "Nice-Matin : Elle s'appelait Marie-Louise Pion. Elle était Parisienne et n'avait que 22 ans. Le soir du 30 juillet 1927, en balade avec son époux à Guillaumes, dans l'arrière-pays niçois, elle chute depuis le pont du tramway. Accident ? Acte volontaire ?".
Le reste, c'est mon imagination.

Image de Alberto Trentinher
Alberto Trentinher · il y a
Grand merci LJ Loodmer, belle phantasie..
Image de Alice Merveille
Alice Merveille · il y a
Ouh là il est hard ce double saut ...
Image de Long John Loodmer
Long John Loodmer · il y a
Et périlleux, ô combien
Image de Ginette Flora Amouma
Ginette Flora Amouma · il y a
Un drame qui fait suite à un drame .... Dans ce texte , le temps est si bousculé , le passé et le présent se rejoignent avec une telle attraction qu'on en reste pantois .
Image de Long John Loodmer
Long John Loodmer · il y a
Suis heureux de te faire cet effet
Image de Granydu57 Ww
Granydu57 Ww · il y a
La chute, dans tout le sens du mot me glace le sang 😨😱
Image de Long John Loodmer
Long John Loodmer · il y a
Un bon grog et ça va passer 😂
Image de Granydu57 Ww
Granydu57 Ww · il y a
Même dans les pires situations, toujours le mot pour rire. Le grog vas me laisser groggy 🤣
Image de Ninn' A
Ninn' A · il y a
il y a des souvenirs qui ne devraient pas ressurgir.
Image de Long John Loodmer
Long John Loodmer · il y a
Ça ne se commande pas
Image de Randolph B.
Randolph B. · il y a
Un très bon texte, l'histoire et l'écriture, nette et précise. Merci Lood ! Bonne journée.
Image de Long John Loodmer
Long John Loodmer · il y a
Peut-être as-tu remarqué la similitude avec le Pont de la Mariée, dans le midi que tu chéris
Image de Randolph B.
Randolph B. · il y a
J'avoue que non, mais maintenant que tu me le dis...
Image de Long John Loodmer
Long John Loodmer · il y a
Voir + haut, ma réponse à Alberto
Image de Randolph B.
Randolph B. · il y a
Je connais bien Guillaumes. Gamin, je skiais à Beuil et à valberg ! Et l'été, randos dans le Mercantour...
Image de Joëlle Brethes
Joëlle Brethes · il y a
Gloups !... (déglutition difficile)
Image de Long John Loodmer
Long John Loodmer · il y a
J'ai pire en rayon
Image de Joëlle Brethes
Joëlle Brethes · il y a
Euh... Si c'est encore dans tes cartons, ne les poste pas avant un certain temps, que nous ayons le temps de "digérer" ! ;)
Image de Long John Loodmer
Long John Loodmer · il y a
J'essaie d'alterner
Image de Pierre Abracadabra conteur
Image de Long John Loodmer
Image de Pierre Abracadabra conteur
Pierre Abracadabra conteur · il y a
J'ai failli répondre, non l'histoire, mais finalement je vais te répondre oui le saut
Image de Long John Loodmer
Image de Jean-Yves Duchemin
Jean-Yves Duchemin · il y a
Voilà, comme promis, j'ai sauté dans le vide :)
Image de Long John Loodmer
Long John Loodmer · il y a
Ça fait drôle, hein !
Image de Jean-Yves Duchemin
Jean-Yves Duchemin · il y a
L'air est élastique :)
Image de Fred Panassac
Fred Panassac · il y a
Un événement tragique du passé ressurgit, matérialisé par le changement de personne : distanciation. Flippant, chute réussie à tous points de vue.
Image de Long John Loodmer
Image de Fred Panassac
Fred Panassac · il y a
Mais avec frissons.
Image de Joël Riou
Joël Riou · il y a
Eh bien John, avec ce récit, terrible, tu commences bien l'année !! Je l'aurais bien vu en concours, car c'est un des meilleurs que j'ai pu lire en général et de toi en particulier. Le texte est tranchant, sans fioritures. J'y vois presque la patte de Maupassant.
Image de Long John Loodmer
Long John Loodmer · il y a
C'est trop. J'ai commencé l'année dans l'érotisme, il fallait bien faire diversion. Je pensais pas qu'il était meilleur que d'autres de ma production.

Vous aimerez aussi !