La journaliste et l'écrivain

il y a
9 min
75
lectures
20

C'est très gentil à vous de m'avoir accueillie sur la planète des courts. C'est comme si je revenais enfin à moi-même après une longue errance. Je réalise aujourd'hui avec stupéfaction que ma  [+]

L'action se déroule dans le jardin du musée Bourdelle, ( un petit jardin discret, peuplé de centaures, d'archers et de femmes nues qui invitent aux confidences.)
Journaliste ( à l'écrivain)
Nous sommes assis côte à côte sur un banc juste derrière la statue de la Baigneuse accroupie au rocher. Cela vous fait quoi d'être assis derrière une si magnifique sculpture, dites-moi?
Ecrivain
Ecoutez, je suis entouré de deux belles dames dont une à poil, je vais pas me plaindre quand même. Quoique, entre nous, je préfère la statue de Cléôpatre Sévastos, elle a l'air beaucoup plus pulpeuse.
Journaliste
J'ai une demande un peu indiscrète à vous faire avant de commencer.
Ecrivain
Oui ?
Journaliste
D'habitude je suis assez timide, vous voyez, d'ailleurs mes copines de la chorale n'auraient sans doute pas apprécié un tel oser parler de ma part, surtout à l'égard d'un écrivain qui a bien vécu et.. quasi un siècle entier.
Or, il y a un je ne sais quoi en vous qui m'incite à être audacieuse..
Ecrivain
Attendez que je me mette en position d'écoute attentive.
Là-dessus le nonagénaire réajuste son appareil auditif, se penche un peu plus vers son interlocutrice, et lui lance un petit sourire angélique, du genre, « vas y ma belle, tu peux le faire ! »
Jounaliste ( en se raclant la gorge)
Pourriez-vous me redire les mensurations exactes de votre outil de travail intime ? ? Cela me titille depuis tout à l'heure.
Ecrivain
Euh, vous me posez une colle là. Attendez que je sorte ma règle en plastique.
Là-dessus le vieil homme se relève avec une grâce inattendue pour son âge, se tourne discrètement vers la statue de La baigneuse, sort un engin plastique de la poche interne et se met à mesurer la longueur et la largeur de son membre intime en tirant dessus avec énergie. Regard intéressé de la part d'une jeune visiteuse qui le surprend en train de faire et pouffe en marmonnant. « cela regorge de pervers dans les musées, on peut même pas faire une visite culturelle sans tomber dessus.
Ecrivain (l'air faussement résigné)
ça y est, on m'a encore pris pour un pervers.
Journaliste
Mais non, je suis sûre que la dame disait ça pour vous taquiner.
Ecrivain
J'espère bien.
Ecrivain (à la journaliste)
5 sur 20 cela va aller ?
Journaliste
Comment ?
Ecrivain
Vous m'avez demandé les mensurations exactes de mon pénis je vous les donne.
Journaliste
5 sur 20 c'est top pour un écrivain ! Je valide.
Ecrivain
Attendez, attendez, en regardant bien je me rends compte que les 5cm ne sont pas atteints. Je vous prierai de bien vouloir rectifier dans votre cahier de recettes. Nous sommes à 4,8cm. Cela va aller quand même?
Journaliste
Ce diamètre me convient parfaitement.
Ecrivain
J'ai même pas pris de viagra en plus.
Journaliste
Vous ne faites que monter dans mon estime. D'autant que pour moi ce n'est pas une affaire de dimensions mais de pratique.
Ecrivain
Si je vous dis ça c'est que j'ai eu déjà eu des lectrices qui me soupçonnent d'avoir souvent dépassé la dose recommandée de Viagra. J'ai beau essayé de leur expliquer que je n'en prenais pas, elles n'ont rien voulu savoir.
Journaliste
Je l'aime comme il est, avec ou sans viagra.
Ecrivain
Vous l'aimez comme il est ? Bon, nous pouvons poursuivre alors.
Journaliste
Ah oui, je suis carrément sous le charme !
Ecrivain
Je suis très touché que mon engin vous convienne. Ce n'est pas non plus un outil de professionnel, aux dimensions ahurissantes... Mais l'outil ne fait pas tout, c'est l'ouvrier qui le manie plus ou moins bien.
Journaliste
Bon, je peux déjà commencer à vous poser des questions ?
Ecrivain
Attendez-que je réajuste ma braguette, j'ai les testicules coincés dans la doublure du slip, je déteste avoir des testicules coincés, cela me sape le moral. je vous jure que lorsque je me retrouve dans cet état inconfortable je n'arrive pas à être à l'écoute, haa..cela va mieux maintenant. on peut dire que mes burettes respirent enfin l'air frais des peupliers du musée Bourdelle, je vous écoute miss !
Journaliste
Alors Mister Gond, 90 ballets déjà soufflés et toujours aussi sexy, mais vous ne les faites pas, franchement.
Ecrivain
Merci, vous êtes gentille !
Journaliste
Nous voilà donc assis tous les deux ( vous et moi ) côte à côte. Si quelqu'un m'avait dit qu'un jour je serai assise à côté du grand James Gond, le célèbre auteur de thrillers érotiques je ne l'aurais pas cru. Je n'ose même pas imaginer le nombre des candidates qui se seraient battues pour être à ma place aujourd'hui, Puis la ressemblance étonnante entre votre nom et celui de l'agent 007 les attire encore davantage.
Ecrivain
Tant d'enthousiasme me flatte et fait remonter la manette. James Gond ce n'est pas mon vrai nom en fait, mais j'ai pris ce pseudo pour faire plaisir à ma mère qui est une grande fan de tout ce qui est James et compagnie, même si elle hésite souvent entre Roger Moore et Barry Nelson.
Journaliste
Mais pour revenir à la manette, savez-vous que j'ai rêvé de vous la nuit dernière ?
Ecrivain
Chuut, vous pouvez parler plus doucement s'il vous plaît, mes lectrices risquent d'être jalouses.
Journaliste ( en chuchotant dans l'oreille de l'écrivain)
Alors dans mon rêve vous sortez de chez Harolds, rue des Manteaux blancs à Paris, ce qui me surprend c'est que vous êtes tout nu, muni seulement d'un chapeau melon qui vous sert de cache-sexe. En dépit de votre vague ressemblance avec Oddjob du film Goldfinger, je vous reconnais tout de suite,
Ecrivain
Ne me dites pas que je vous fais penser à Oddjob, cet ignoble tueur en série qui utilisait son chapeau comme un instrument de torture.
Journaliste
Allons, ne vous offusquez pas, c'était juste une métaphore !
Ecrivain
Je passe parfois des moments où je supporte très mal les métaphores. Cela me donne des démangeaisons au niveau de l'anus.
Journaliste
Quoiqu'il en soit dans mon rêve je vous reconnais tout de suite, Vous avez beau vous cacher le sexe derrière le chapeau il y a quand même un petit bout de votre gland qui dépasse et m'appelle irrésistiblement à lui. Saisie par une envie folle de le caresser je me précipite vers vous, telle une orbite en chaleur soumise à l'attraction d'un astre vigoureux et bien sculpté.
A ce moment là il y a votre engin qui s'exprime. Ce membre qui se cachait depuis des décennies dans les pages de vos fantaisies soudain prend de la hauteur ( de l'ampleur) et fait tomber le chapeau. Il me semble que l'expression « chapeau bas » a été inventé pour vous.
Ecrivain
Ah oui, je pense à certains de mes personnages qui sont très forts pour faire tomber les chapeaux.
Bon, ils sont tous un peu barjots, je l'avoue, des serial lovers, des fous obsédés sexuels, des baiseurs compulsifs insatiables qui sautent tout ce qui bouge, mais on rigole bien avec tout de même.
Journaliste
Je me souviens du concierge d'un immeuble haussmannien qui surprenait ses victimes dans leurs propres chambres à coucher, les massait, les caressait, les bichonnait, les baisait jusqu'à l'épuisement, jusqu'à créer chez ces dernières un sentiment de dépendance, après quoi il finissait par disparaître dans la nature.
Ecrivain
Eh oui, c'était l'époque de mon innocence dans l'écriture, Le violeur attachant de Nieuwerkerk aann den Ijssel en est peut-être l'exemple le plus probant (attachant non seulement dans le sens de celui qui attache mais qui se fait attacher également),
Journaliste
Je me rappelle très bien de ce livre, j'ai beaucoup pleuré en le lisant.
Une histoire d'amour tragique et controversée entre un attaché commercial hollandais et un héron vert. Les deux protagonistes se rencontrent dans une roselière près d'Amsterdam et deviennent vite inséparables, jusqu'à ce que la mère du héron n'intervienne et finit par séparer les deux amoureux. On apprend par la suite que la mère est une perverse narcissique qui ne supporte pas le bonheur de son enfant et fait le tyran pour l'intimider. Mais il n'y avait aucun viol dans cette histoire, non ?
Ecrivain
La figure du violeur est seulement suggérée sans intervenir de façon directe.
Mais après j'ai écrit d'autres livres comme Autant en emporte la banane ou La cerise de trop sur le gâteau qui reprennent la même thématique douloureuse des viols en série de façon beaucoup plus directe.
Pourtant c'est bien Les rêves dévergondés du peuplier branlant qui marquent le point de rupture avec mon ancien style d'écriture et deviennent beaucoup plus spirituels.
Journaliste
C'est beau les rêves dévergondés spirituels, cela me donne des frissons.
Ecrivain
Bien plus que des rêves, ce sont des scénarios de vie qui mettent en valeur la dimension sacrée et mystérieuse dans les ébats amoureux, ils montrent clairement que la sexualité n'est pas seulement une affaire de corps et de jouissance, mais il y a aussi beaucoup d'émotions qui circulent là-dedans, beaucoup de mystère également, des parties de jambes en l'air qui s'intègrent parfaitement dans le paysage de la mère nature, ce qui nous donne des scènes de baise époustouflantes, complètement aérées
Journaliste
Mais c'est surtout avec Pelouses torrides que vous avez atteint la consécration, non ?
Ecrivain
Mmmm, Les pelouses torrides, à chaque fois que le titre de ce livre revient sur le tapis cela me fait quelque chose au niveau des parties génitales.
Jounaliste
90 ans et toujours obsédé sexuel, toujours la queue qui se soulève avec fierté. Mais comment vous faites pour tenir le coup dites – moi ?
Ecrivain
De la pratique, de la pratique, de la pratique, de la pratique et de la pratique, c'est le mot magique.
Journaliste
Dans votre dernier roman « Toujours amoureux de mes ex » qui vient de sortir juste après le confinement vous avez inventé le concept du préservatif
increvable qui ne se jette pas. Dans le Figaro littéraire de la semaine dernière, on a comparé votre création à un petit miracle en caoutchouc qui peut être recyclé à l'infini, redouble l'intensité de l'orgasme féminin et aide à se battre avec succès contre l'usure des sentiments amoureux.
Ecrivain
Ah oui, le fameux préservatif !
Vous avez vu ça ? C'est quand même mieux pour le budget et la planète, je crois. Je suis assez fier de moi-même.
Journaliste
Du coup vos lectrices se demandent s'il s'agit juste d'une utopie, ou si vous avez passé à l'étape de fabrication du fameux modèle décrit dans le roman ? L'autre jour dans La grande librairie François Busnel avait posé la question à Elliette Abécassis mais elle ne savait pas quoi répondre exactement. Il voulait avoir son avis concernant le préservatif en question. Alors elle est retournée habilement sur le sujet qui dérange en ce moment « osez le féminisme après le déconfinement avec port de masque obligatoire »
Ecrivain
Je vous embrouille avec mon histoire de capote, hein ?
Mais non, ce n'est pas une utopie.
Je fabrique ça depuis un demi-siècle dans mon garage avec des outils très pointus que je ne nommerai pas pour des raisons de confidentialité. J'ai inventé le premier modèle un peu par hasard dans l'année précédant les événements de mai 68, juste pour impressionner une de mes ex. Elle l'a tant apprécié que nous avons passé pratiquement les trois premiers mois de notre relation au lit.
La quantité de liqueur séminale qui y est passé je vous dis pas. Avant que l'on se quitte, je lui en ai laissé un exemplaire, elle a été contente, si vous saviez!
Journaliste
Tu m'étonnes !
Ecrivain
Depuis j'avais pris l'habitude d'offrir une capote à chacune de mes petites amies au moment de la séparation. Comme ça il y a quelque chose de moi qui plonge et replonge dans leurs vagins longtemps après que je sois parti.
Ecrivain
Bon, je vais pas tarder à y aller.
Journaliste
On n'a pas encore terminé l'entretien, attendez !
Ecrivain
On va le terminer dans l'atelier de Bourdelle, tranquilles, si vous voulez bien. L'agent de surveillance est allé fumer une clope, il vient juste de quitter les lieux en empruntant le passage secret niché derrière le buste de la Reine solitaire. Il en a au moins pour une dizaine de minutes
Assez pour vous faire une petite démonstration sur la table du maître.
Journaliste
Mais l'atelier de Bourdelle n'est jamais complètement vide je vous assure.
Vous avez vu ces têtes de Gorgonnes posées sur l'espace de travail, il y a aussi les sirènes de Copenague qui sortent directement des murs.
Ecrivain
Vous avez peur des sirènes vous ?
Journaliste
Non mais je n'aime pas tant la sensation de me sentir observée. Disons que cela a un impact direct sur ma libido et ma circulation sanguine.
Ecrivain
Dites-vous que cette petite séance d'essayage fait partie de l'entretien.
Réfléchissez une seconde, je vous propose de vous faire tester ce fameux préservatif direct sur la table de travail du maître. Vous pourriez ensuite aller témoigner de votre expérience dans Le masque et la plume. Jérôme Garcin sera aux anges. C'est votre jour de chance aujourd'hui. Vous êtes mon élue.
Journaliste (l'air légèrement scandalisée)
Vous êtes fou ? Cela va foutre le bordel au musée Bourdelle. Puis, je suis une journaliste honnête, je viens de débuter dans le métier.
Ecrivain
Justement, vous allez avoir votre scoop, imaginez demain matin sur la une du Figaro « une journaliste débutante vient de tester la fameuse capote de James Gond dans l'atelier de Bourdelle ».
Journaliste
Je travaille pas pour le Figaro mais pour Ouest France, okey ?
Ecrivain
Faites-moi confiance, je vous dis ! Vous ne pouvez pas vous en tirer uniquement avec des descriptions didactiques. Cela marche comme ça avec ce type de capote, la théorie et l'expérientiel vont ensemble. Vous risquez de passer à côté de l'essentiel sinon.
Journaliste
Bon, à la réflexion je ne dis pas qu'une petite partie d'essayage..
Ecrivain
On tirera un coup dans l'atelier vite fait puis on ira voir l'expo de Jacobsen sur les contes étranges
Le passage par l'atelier est une étape obligée, après cela vous apprécierez encore davantage l'exploration de toute cette matière quasi organique, propre à la mythologie nordique.
Journaliste ( qui commence à s'emballer)
Pourquoi pas directement dans l'appartement du sculpteur situé juste à côté de l'atelier, il y a également le parquet massif, les meubles d'origine, le lit du maitre qui a été préservé. J'aimerais assez l'idée que vous me preniez directement dessus, juste à côté du moulage du David.
Ecrivain
Puis à la fin de l'expérience vous repartirez bien sûr avec l'un de mes préservatifs, ce service est inclus dans la prestation.
Journaliste
Chouette, allons y tout de suite, comme ça ce serait fait.
Ecrivain (l'air un peu surpris)
C'est la perspective de recevoir mon précieux préservatif en cadeau qui vous a fait capituler ?
Journaliste
Entre autres, comme ça au moins côté capote je serai calée pour la vie.
Puis, puis... je peux vous chuchoter quelque chose dans l'oreille ? J'ai une envie folle de me faire baiser sur le lit d'origine du maitre Bourdelle.
Ecrivain
Vos désirs sont mes ordres mademoiselle ! Qu'est-ce que je ne ferai pas pour combler mes lectrices préférées.
Épilogue
Ecrivain
ça y est, vous avez joui ?
Journaliste
Ah, oui.. oui.. oui.. et comment ! Cette capote est vraiment excellente, J'en parlerai à toutes mes amies.
Ce type d'outil précieux gagne à être diffusé à grande échelle.
Ecrivain
Je suis si content que cela vous ait plus.
Journaliste
Toute cette traversée de la matière, charnelle et onirique m'a complètement transformée. Je ne suis plus la même personne.
Et puis l'expo de Bourdelle n'était pas mal non plus, et devinez quoi ? Lorsque j'ai commencé à explorer les galeries d'exposition temporaire, j'étais encore sous l'effet de la capote, alors tous les masques d'horreur que je croisais sur mon chemin me faisaient bander, le masque de Carriès aux lèvres serrées m'a fait bander, le masque aux yeux clos de la broche de Grasset m'a fait bander, le grand vase avec têtes barbues m'a fait bander, même les arabesques ténébreuses de Jens Lund m'ont fait bander, vous vous rendez compte ?
Ecrivain
Oh, là là là là là ! C'est bien plus grave que je ne le croyais. Je pense que ce serait mieux d'aller vous reposer maintenant. Coupons tout de suite cet entretien, avant que les lecteurs de Ouest France ne viennent nous lapider à coup de capotes.
CUT
20
20

Un petit mot pour l'auteur ? 39 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Maud Garnier
Maud Garnier · il y a
Un texte coquin et audacieux... oui quelle audace aussi de ces personnages 😉
Image de Herker_hermelin
Herker_hermelin · il y a
C est un joli Bourdelle ici !
Image de Elena Hristova
Elena Hristova · il y a
Vous ne l'avez pas trouvé un peu Bourdellique quand même?
Merci pour la visite Herker, je suis touchée!

Image de Djany Bonnard Parolière
Djany Bonnard Parolière · il y a
Bravo pour ce texte osé... Capote ou pas ? Telle est la question...
Image de Elena Hristova
Elena Hristova · il y a
Ah oui, la figure de la capote comme un indicateur de balance. Merci pour votre retour que j'ai beaucoup apprécié.
Image de Vrac
Vrac · il y a
Je me doutais que l'écriture (et la lecture, bien sûr) était un exercice érotique
Image de Elena Hristova
Elena Hristova · il y a
Disons que le terme "érotique" ce n'est pas le premer auquel j'avais pensé en écrivant ce texte, mais plutôt quelque chose de l'ordre du détournement du sacré, je sais pas comment expliquer ceci exactement. Merci pour le passage en tout cas, cela m'a fait très plaisir comme à chaque fois que tu viens me lire.
Image de Georges Marguin
Georges Marguin · il y a
Nonagénaire déjà avancé je suis très intéressé par cette capote... pour ma Méhari.
Image de Viviane Fournier
Viviane Fournier · il y a
Etonnant, audacieux, libre ... oh Elena, tu es unique et j'adore !
Image de Elena Hristova
Elena Hristova · il y a
Ma chère Viviane, merci pour ces mots encourageants qui m'ont fait beaucoup beaucoup de bien.
Image de Tolbiny
Tolbiny · il y a
La lecture de cet instant de vit fut un réel plaisir.
Image de Elena Hristova
Elena Hristova · il y a
Merci pour ce beau commentaire Tolbiny, je suis vraiment touchée par le fait que cet instant de vit t'a procuré du plaisir.
Image de Jacqueline Lefebvre
Jacqueline Lefebvre · il y a
Quelle imagination, bravo vraiment j'ai pris bcp de plaisir à vs lire cela m'a bien amusée, continuez j'aime bcp ce que vous écrivez ce n'est jamais vulgaire.
Image de Elena Hristova
Elena Hristova · il y a
Merci Jacqueline pour ce retour si enthousiaste qui me fait pousser des ailes.
Image de Joëlle Brethes
Joëlle Brethes · il y a
Rhhhhôôôô ! J'en suis encore tout esbaudie !
Image de Elena Hristova
Elena Hristova · il y a
Merci pour la visite chère Joëlle, un vrai plaisir de te recevoir comme d'habitude.
Image de Gina Bernier
Gina Bernier · il y a
Je vous imagine....ou plutôt j'imagine une journaliste débutante quelque peu dévergondée, et qui "aguicherait" un vieux qui ne demande rien que cela. De plus cet écrivain renommé, resté "vert" sur de lui et de plaire encore, use tout les artifices pour que tout deux essaye ce préservatif inusable.... et ça marche!(avec un peu de viagra!) De plus il a certainement déposé un brevet! Dieu que de spermatozoïdes ont du transiter dans cette capote! Il est vrai que le cadre se prêtait fort bien dans des expériences vieilles comme le monde. Elena votre "essai" sort des sentiers battus, une découverte.
Image de Elena Hristova
Elena Hristova · il y a
En deux temps trois mouvements vous avez résumé l'essentiel. Je suis très touchée par votre savoureux et pétillant commentaire. Merci Gina!

Vous aimerez aussi !

Nouvelles

Les sirènes du RER C

Elena Hristova

Commissaire : Nom, prénom, métier ?
Robert : Robert Roturier, concessionnaire auto itinérant, petit usager des transports en commun comme tant d'autres, autour de 2,7 millions de voyageurs pa... [+]