L'Ecrivain

il y a
1 min
5
lectures
0

carpe diem  [+]

Ce  matin, il le sait, son travail sera intense ! Rien ne le perturbera! Pas même la pelleteuse du chantier de la nouvelle école à quelques centaines de mètres de son appartement de banlieue. La danse des doigts sur le clavier n'arrive plus à suivre les idées qui fusent et fusionnent. De temps en temps, l'espace de quelques secondes, il s'arrête, le regard droit devant, fixant tantôt le miroir, tantôt les murs du salon, sans les voir, les mains prêtent à frapper encore plus fortement les touches usées du clavier. Les traits de son front se plissent : signe révélateur, l'Homme réfléchit ! Comment formuler cette phrase ? Va-t-il l'écrire ? Oui, elle est bonne finalement ! Et le voilà reparti, l'écrivain, le créateur d'idées, le créateur d'histoires, le créateur de rêves, il tape avec constance oubliant le temps qui passe, oubliant la vie, oubliant même sa propre vie.

Concentré, l’écrivain n’a pas entendu les bruits de pas dans le couloir. son petit déjeuner a été déposé, toujours le même : croissant, confiture, œuf brouillé, ainsi que son carré de chocolat, sa petite gourmandise. Sur le plateau, un petit bouquet de fleurs dont certaines encore en bouton, ceint d'un bolduc rouge satiné. Délicate et gratuite attention de sa vieille nourrice. Et comme d'habitude, elle a dû marmonner, s'indigner, et repartir en dodelinant du chef en le voyant ainsi, imperturbable, isolé dans sa bulle invisible, dans son monde imaginaire.
0

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !

Nouvelles

Les quatre Justes

A. Gobu

Ils étaient quatre. Quatre frères, de la même mère, et l’Éternel – loué soit son Nom – se moque bien qu’ils n’aient pas été du même père. La mère donne la vie, et les pères ne... [+]