Les pleurs silencieux de l'été

il y a
1 min
122
lectures
24
Qualifié
Image de Grand Prix - Été 2022
Image de Poèmes
La ville a emprunté des habits d'hiver
Toits presque gelés et immeubles frileux
Pourtant l'été n'a pas soufflé ses adieux
Juillet est encore là, son ciel si clair

Les rues solitaires tremblent et étirent
Leur nostalgie, leur mine déconvenue
Des feuilles abîmées aux arbres pendues
Suggèrent que l'été va bientôt mourir

Place des fontaines, quelques bancs de pierre
Accueillent la pluie, ses pleurs trop silencieux
L'air s'est chargé de desseins, gris, orageux
Et des curieux ouvrent leur porte de verre

Les passants épient l'horizon qui délire
Le ciel aux nuages lourds d'espoirs perdus
Verse les larmes d'enfants, là-bas, qu'on tue
Combats noirs où l'humanité va périr
24

Un petit mot pour l'auteur ? 19 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Tess Benedict
Tess Benedict · il y a
J’ai trouvé de belles images dans votre poème, sensible et émouvant. Seul bémol : le verbe suggérer m’a semblé déplacé.
Image de M. Iraje
M. Iraje · il y a
Un titre doux comme une brise estivale, malgré l'orage proche ...
Une opposition saisissante dans un poème subtil.

Image de Eva Dayer
Eva Dayer · il y a
Au-delà du climat automnal, le lecteur pressent que la pluie que vous évoquez est celle des massacres et des bombes , ''Le ciel aux nuages lourds d'espoirs perdus/ Verse des larmes d'enfants, là-bas, qu'on tue''...
Image de Flore Anna
Flore Anna · il y a
Un poème tout en nuances, c'est l'été mais les horreurs dont nous sommes spectateurs nous glacent comme un triste hiver. Un joli rythme en accord avec l'émotion.
Image de Mome de Meuse
Mome de Meuse · il y a
Beaucoup d'émotions dans ce poème. Bravo Angie pour l'originalité de votre approche.
Image de ISABELA MIHAELA DIHORU
ISABELA MIHAELA DIHORU · il y a
J’ai aimé votre poésie. Elle a l’air émouvant en nous faisant penser au cicle de la vie. Je vous invite jeter un œil à mon œuvre Manifeste pour la liberté (ISABELA MIHAELA DIHORU)
Image de Marie Pouliquen
Marie Pouliquen · il y a
Un poème glaçant, avec ce sentiment d'être spectateur d'un spectacle tragique contre lequel on ne peut rien...
Image de Sylvie Talant
Sylvie Talant · il y a
Le titre est très poétique et incite à en lire davantage. Ensuite on voit un paysage de juillet mais décrit comme un paysage d'automne avec des feuilles en train de tomber des arbres. Pour un mois de juillet c'est surprenant mais la dernière strophe nous met peut-être sur la piste : s'agirait-il de la guerre en Ukraine ? Si oui on comprend mieux car en effet les forêts et les champs commencent à être ravagés par les bombes. Il y a un travail de rimes. J'aime.
Image de Annick Chardine
Annick Chardine · il y a
Mettre en parallèle le temps qu'il fait et la guerre est judicieux : l'hiver en été.
Beau poème qui interpelle.

Image de Conscience Collective
Conscience Collective · il y a
Vous avez raison Angie. Mais le texte fera son chemin tout seul. Merci pour cette bonne lecture. Et si vous avez le temps, j'aimerais aussi vous inviter à lire Le rêve prémonitoire (Conscience Collective), vous aimerez peut-être le lire.

Vous aimerez aussi !