Le rêve de l'océan

il y a
2 min
538
lectures
337
Finaliste
Jury
Au début était l'océan
Il sombrait
Ténébreux, glacé, inconsolé.
Il eut un haut-le-cœur
De sel, de vase, de gris
Se mit à vomir du vert
Visqueux, spongieux, mouvant.
Ainsi naquit la forêt
Dégingandée, guerrière.
Elle avalait le désert, semait une pagaille
D'écorces, de feuilles, de troncs
D'enfer !

Alors l'océan abruti de tintamarre
Rugit en ciel géant.
Il tonna des rochers, il cracha des mers
Noires, rouges, tentaculaires.
Le ciel éternua une boule de feu, si fort
Qu'elle s'accrocha haut, si haut
Qu'elle pirouetta longtemps jusque de l'autre côté
Du bord du monde.
Et...

Et les postillons se figèrent en étoiles
Il en tomba par champs de lucioles
Crépitant l'obscurité d'un espoir délirant.
Dans une forêt rouge
Un loup hurla à décrocher la lune
Apparue soudain au détour d'un nuage
Tel un fantôme laiteux d'un autre âge.

La forêt braillait encore
Laçait le ciel à la terre jusqu'à ce que...
Jusqu'à ce que ses milliers de bras fous
S'ancrent aux racines du monde.
Les creux et bosses ruèrent alors de fracas
Crevant les mers de volcans.
Les lacs serpentèrent les plaines
En sifflant sur les galets.
Les îles flottèrent.

Et là...
Et là poussèrent dans les plis du monde
Des deux-pattes le nez en l'air.
Leurs queues de poisson, leurs feuilles d'oreilles
Frétillaient d'innocence.
Ils claquaient leurs crocs, leurs os saillaient
C'en était pitié !

Intrigué, l'océan leur jeta des poissons
À les assommer
Il n'en resta que des arêtes.
Le ciel leur essora ses nuages noirs
Pour voir si ces créatures savaient nager
Ils savaient un peu, se noyèrent beaucoup.
Sur leurs crânes
Les arbres firent tomber des graines
Pour entendre s'ils sonnaient creux
L'histoire en vibre encore !
Et le vent s'ennuyant en rafales
Fit vrombir une nuée de moustiques pour
... Pour se distraire, voilà.
Des claques ils se donnèrent ces deux-pattes
Et tant ils se grattèrent et se boutonnèrent
Que le vent en eut des hoquets
Si violents !
Qu'il faillit s'étrangler au col d'une montagne.

Pendant ce temps-là
Le blé semé à l'aventure
Peignit des coquelicots, des bleuets,
Des chardons, des papillons
Dans l'idée de charmer les demoiselles
Abeilles et libellules.
C'était bien avant, avant, encore avant
Les épouvantails en bottes de paille
Et les arbres démembrés.

Des lunes et des lunes par milliards plus tard...

Les deux pattes amassèrent des pierres
L'orage leur souffla l'idée du feu.
Ils fabriquèrent des lances, des haches
Harponnèrent les baleineaux.
Jetèrent des ponts, des murs, des tours
Roulèrent la vie, jouèrent à la poudre.
Ils vociféraient, sauvages, sur le toit du monde
Leur soif d'être rois.


Les guetteurs qui nichaient dans le ciel
Survolèrent les champs de mines
Les champs de ruines.
Ils se prirent les ailes dans les barbelés
Dans les fumées des fours, dans les réacteurs.
Les éléphants sans défense montèrent au ciel
Dans les filets les étoiles pleurèrent les dauphins.

Depuis ce jour maudit où il poussa des deux-pattes
Le monde a commencé à rouler sur la mauvaise pente.
Depuis le jour où leur tête se fit pastèque
L'océan n'en finit plus de sécher ses larmes d'écailles
Les arbres de flamber dans des tornades de ciel
Avec les cornes, les fourrures, les becs, les sabots.

Vivement le désert ! craquait la terre
Vivement le déluge ! mugissait le ciel.
Ainsi fut fait.
L'océan s'enroula à son premier rêve
Seul, ténébreux, glacé, inconsolé
Emportant le monde dans son néant.
337

Un petit mot pour l'auteur ? 142 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Paul C.
Paul C. · il y a
Bonjour F. Gouelan
Et l'animal à deux pattes paru...hélas!
Belle description de la création riche de métaphores, on suit haletant l'apparition du "Tout", jusqu'à l'arrivée de l'Homme, et là...
C'est beau, mais un peu désespérant, j'ai voté.
Paul

Image de F. Gouelan
F. Gouelan · il y a
Oui désespérant.
Merci Paul

Image de JL DRANEM
JL DRANEM · il y a
Je voudrais citer quelques vers de Lautréamont : " les rudes commencements de l'homme où il fait connaissance avec la douleur, qui le le quitte plus. Je te salue, vieil océan !
... pourquoi l'homme regarde-t-il la la figure de son semblable avec tant de mépris ? Je te salue, vieil océan !
Mon soutien pour ce poème qui chante ce monde qui nous échappe !

Image de F. Gouelan
Image de Pat Vermelho
Pat Vermelho · il y a
Comme la chanson de Mickey 3D "Respire", l'histoire de l'homme, avant, pendant et sa triste destinée qu'il a créé, après. Mes voix et bonne finale.
Image de F. Gouelan
F. Gouelan · il y a
Merci Pat 🙂
Image de Jean-Louis Blanguerin
Jean-Louis Blanguerin · il y a
De la genèse à ...
Image de Bruno R
Bruno R · il y a
"Et Dieu créa le monstre !"
Je vous souhaite une bonne finale.

Image de F. Gouelan
Image de loup blanc
loup blanc · il y a
Poème trés rassurant !!
Ces jours ci ,on entend bcp de contemporains ;surtout dans les bistros ,qui s'inquiétent du manque de bois de chauffage ou de charbon pour l'hiver prochain.
faudrait pas oublier l'eau de l'Océan !! Au moins , on en manquera pas du tout !!
Merci l'Océan !!On ne t'oublie pas !!......................Et c'est pas un rêve!!!
merci pour ce texte trés efficace!!

Image de F. Gouelan
F. Gouelan · il y a
Merci loup blanc
Image de Patrick Gibon
Image de M. Iraje
M. Iraje · il y a
Apocalypse now , erreur de genèse ...? En attendant, je suis revenu.
Image de JL DRANEM
JL DRANEM · il y a
L'odeur du napalm dans le petit matin... inoubliable film !
Image de F. Gouelan
F. Gouelan · il y a
C'est gentil d'être repassé, mon poème en est tout défroissé 😉
Image de M. Iraje
M. Iraje · il y a
C'est parce que mon vote n'a pas fait un pli 😀😀😀
Image de Marcel Faure
Image de F. Gouelan
F. Gouelan · il y a
Merci Marcel 🙂
Image de Lyncée Justepourvoir
Lyncée Justepourvoir · il y a
Des images en cascades. Merci
Image de F. Gouelan
F. Gouelan · il y a
Merci à vous 🙂

Vous aimerez aussi !