Mieux vaut en rire !

il y a
4 min
122
lectures
25

Julien, 81 ans. Depuis 5 ans j'écris et Je remercie toutes celles et ceux qui par leur bienveillance et leur soutien, m'ont encouragé à poursuivre cette merveilleuse expérience. Je leur dois ... [+]

Et voilà ! Un jour tu viens au monde et te voilà embarqué pour plus ou moins longtemps à te poser la question de savoir jusqu'à quand ça va durer. À partir de là, tout est dans l'utilisation que tu vas faire du temps qu'il te reste à vivre, comme dit l'autre, si tu t'emmerdes ça te semblera long et si ça se passe bien, ça paraîtra plus court !
La question est : qui gère ce bazar et décide de ton crédit temps à passer sur terre ? Et après-tout, peut-être y a-t-il une suite à notre existence ? Allez savoir et pourquoi faudrait-il avoir peur de disparaître ?
Des scientifiques ont avancé qu'à l'ultime instant, on était embarqué dans un tunnel pour aller vers une lumière splendide... Il est possible qu'il y ait au bout du tuyau un gugusse à z'ailes blanches qui tient les comptes et vous attribue, en fonction de son humeur, un nouveau temps dans l'après-vie... Un peu un copié-collé de ce qui se passait avant quoi...
Maintenant, la mort on ne peut pas non plus faire sans y penser, non pas d'en avoir peur, mais plutôt d'essayer de prévoir, d'organiser l'acte ultime. C'est un événement particulier, un peu comme la naissance et sans savoir s'il y a un second acte, il faut néanmoins tenter de bien terminer le premier.

Causer de la mort est le sujet qu'il vaut mieux éviter à la maison, au contraire de moi, Sophie, mon épouse, ne dira jamais va savoir, elle aurait trop peur d'avoir une réponse ! J'avais tenté de la rassurer en lui parlant de l'hypothèse d'une vie après la vie, l'argument n'eut pas l'air de la convaincre outre mesure. Malgré tout, on ne pouvait pas non plus rater la dernière ligne droite de notre vie commune, c'est donc dans cet esprit que nous nous décidâmes de mettre en place un contrat obsèques...

Aux pompes funèbres le préposé qui nous accueillit jeta un froid. Des chaussures à la cravate il était tout de noir vêtu, normal me direz-vous, mais c'est surtout sa tête qui nous choqua. Le visage un peu verdâtre marqué d'une cicatrice mal ligaturée, un rictus à la place de la bouche et les cheveux noirs en brosse haute, ce monsieur loin de ressembler à l'acteur bien connu qu'est Robert Redford, nous lança d'emblée, pour nous mettre à l'aise peut-être ? :
─ Inhumation ou... Crémation ?
─ Il n'y a pas le feu, répondis-je pour détendre l'atmosphère.
Pour lui, la question était importante, car le choix des cercueils dépendait de la réponse !
─ Il n'est pas nécessaire de cramer du chêne, m'incendia-t-il, vous savez bien que le bois ordinaire est moins cher !
Avec Sophie, la question fut vite réglée, elle se souvint du coup des sièges chauffants de notre dernière voiture. À l'achat, le système qui m'était alors inconnu était enclenché à fond et nous étions en pleine canicule ! Le souvenir de cet événement facilita notre décision, Sophie avait alors dit, et même juré : "jamais, au grand jamais, je ne me ferai incinérer !"

Pour nous faire la démonstration du plus de l'entreprise, le monsieur nous invita à le suivre. Il nous montra d'abord le salon funéraire, une pièce glacée, entièrement décorée de couleurs mauves et meublée uniquement de deux tréteaux habillés de tentures... Mauves...
─ Dans la salle à côté il y a le four crématoire... Il y fait plus chaud, dit-il, Vous voulez voir ? Frankenstein avait remarqué le désarroi de Sophie, espérant la rassurer il lui dit qu'avant de faire quoique ce soit, pour conserver l'aspect naturel du défunt on injectait des produits spécifiques un peu partout sous les chairs...
─ Mon dieu ! Et ça ne fait pas mal !? Demanda mon épouse encore plus angoissée.

Le protocole établi il fallut passer au choix des cercueils. Toutes les boites étaient debout, alignées contre un mur dans une pièce voisine, elles étaient ouvertes et prêtes à accueillir les candidats. Sophie me demanda de choisir pour elle ; espérant la faire rire, je lui dis que c'était comme si elle avait acheté une robe et qu'un essayage s'imposait! L'autre rigolo ajouta que pour bien se rendre compte, il était important de bien se caler sur le fond de l'écrin capitonné avant de mettre le couvercle !
C'est à ce moment là que Sophie commença à être de la même couleur que celle du préposé aux mises en bière... Je me dis qu'il était temps de conclure...

Quand les contrats furent signés elle se détendit un peu et cela lui permit d'échanger un peu, avec l'homme en noir.
─ Votre métier est particulier, vous devez parfois en voir de drôles ? Dit-elle au croque-mort.
Espérant la faire sourire, le bouffeur d'orteils se lança dans une histoire assez cocasse !
─ À son dernier soupir, un monsieur avait eu, allez savoir pourquoi, une érection fulgurante et permanente, vous imaginez la situation !?
Sophie avait du mal à imaginer et attendait impatiente la suite de cet imprévu.
─ L'événement n'avait pas eu lieu depuis plus de vingt ans... Et son épouse prit cela pour un ultime hommage, mais celui-ci provoqua une gêne pour mettre le couvercle de la bière !
─ Alors !? Qu'avez-vous fait ? S'inquiéta Sophie.
─ La solution était que l'on coupe ce dernier témoignage, mais sa femme, évoquant la rareté de la chose, refusa catégoriquement !
─ Et alors ? Laissa tomber mon épouse.
─ Il fallut faire un trou dans le couvercle pour laisser passer "l'événement", le souci était que cela restait visible aux yeux de tous !
Le rouge aux joues, Sophie n'osa pas une autre question.
― Du coup, poursuivit-il, nous avons posé sur la chose un vase à l'envers sur lequel la veuve fit inscrire :
Souvenir et regret éternel....
25

Un petit mot pour l'auteur ? 58 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de jusyfa julien
jusyfa julien  Commentaire de l'auteur · il y a
Cette histoire ne me concerne pas ... puisque je l'ai écrite ! Mais elle pourrait m'arriver, allez savoir !?
Julien.

Image de Duje
Duje · il y a
Gros prétentieux , ce Julien !
Image de jusyfa julien
jusyfa julien · il y a
Pas du tout ! Mais pour la rareté de la chose il faut savoir se faire une raison et avoir les mains douces ! L'amour et la tendresse font le reste ....
Julien.

Image de Cali Mero
Cali Mero · il y a
Voila une situation que je n'ai pas encore envisagée, et jamais je n'ai visité ces lieux, je n'ai pas prise de décision, il va le falloir pourtant au vu de mon âge! Ce que je sais c'est que je ne voudrais pas l'incinération, ni être dévorée par des vers, que me reste-il???
Image de jusyfa julien
jusyfa julien · il y a
La solution est :
ne pas mourir ! 😉
Merci pour votre commentaire, bonne journée.
Julien.

Image de mirabelle leroy
mirabelle leroy · il y a
Vous êtes plein d'humour !
J'ai adoré " et ça ne fait pas mal ? ... "
En tout cas je n'aimerai pas avoir à faire à votre lugubre croque-mort 😉

Image de jusyfa julien
jusyfa julien · il y a
Si vous avez ri le but est atteint, merci Mirabelle, belle soirée.
Julien.

Image de Phil Bottle
Phil Bottle · il y a
ha ha ha! Le grand mât funèbre!
Tenez, à propos de la mort...
https://www.youtube.com/watch?v=mAlkn-F-N4E

Image de Phil Bottle
Phil Bottle · il y a
ha ha ha! Le grand mât funèbre!
Tenez, à propos de la mort... quelques notes et mots de Robert Charlebois qui est aussi brasseur. Et oui, il fait aussi dans la bière...
https://www.youtube.com/watch?v=mAlkn-F-N4E

Image de Pierre-Hervé Thivoyon
Pierre-Hervé Thivoyon · il y a
Inhumation ou... Crémation ?.....Il n'y a pas le feu...
Voilà qui m'a beaucoup fait rire.
Finalement le feu est partout dans notre langage...mourir à petit feu, esprit qui apparait sous forme de feu follet...

Merci pour ce petit moment !

Image de jusyfa julien
jusyfa julien · il y a
Merci à vous Pierre, à très vite.
Julien.

Image de Les Histoires de RAC
Les Histoires de RAC · il y a
Donc si j'ai bien tout compris, le pauvre homme s'est fait "entuber" ♫
Image de Phil Bottle
Phil Bottle · il y a
Rien À Craindre! ... ;-)
Image de jusyfa julien
jusyfa julien · il y a
EXCELLENT ! c'eut été une belle formule pour le titre ! Merci de ton passage.
Julien.

Image de Les Histoires de RAC
Les Histoires de RAC · il y a
Ravie que tu apprécies mon humour à 2 balles ♫
Image de Margue xx
Margue xx · il y a
j'ai pouffé hihihi ! je pense et je parle de la mort ! je te raconterai
Image de Françoise Mausoléo
Françoise Mausoléo · il y a
Sais-tu Julien qu'autrefois le croque mort mordait le petit doigt de pied du défunt pour s'assurer qu'il était bien mort...et un jour un croque mort est tombé sur un cul de jatte...c'est depuis qu'on appelle ça les pompes funèbres !!!!
Image de Phil Bottle
Phil Bottle · il y a
C'est malin ça! Vous m'ferez dix pompes! comme disait l'adjudant!
Image de Pierre-Hervé Thivoyon
Image de jusyfa julien
jusyfa julien · il y a
Je savais qu'il mordait, mais je ne connaissais pas la chute ! :-))
Merci pour ton sympathique commentaire qui apporte une touche d'humour supplémentaire au texte.
Julien.

Image de Patrick Gibon
Patrick Gibon · il y a
j'adôôôre!!
du pur humour noir avec une chute bandante, la totale surtout que j'imagine ton âge que je soupçonne canon hic, non? superbe biloute!

Image de jusyfa julien
jusyfa julien · il y a
Merci mon Patoche, tu résume très bien la chute !
À 81ans (mon âge) on parle plus de ses vergetures que des dures...
Je t'embrasse.
Julien.

Image de Phil Bottle
Phil Bottle · il y a
La vigueur n'atteint point le nombre des damnés...
La rigueur n'attend point le nombre des années?
La verdeur n'entend point le sombre étamé?
(euh...moi, ce que j'en dis... ) ;-)

Image de Dominique Gil
Dominique Gil · il y a
Merci pour ce grand moment de bonheur ! Bravo !
Image de jusyfa julien
jusyfa julien · il y a
Merci Dominique, c'était le but espéré.
Bonne journée.
Julien

Image de Frédéric A.
Frédéric A. · il y a
Du rire en boîte, Julien ! ^^
Image de Phil Bottle
Phil Bottle · il y a
Mangerai pas de c'te boite de singe là, moi
Image de jusyfa julien
jusyfa julien · il y a
OK Fredo, comme ça on peut en ouvrir une de temps en temps pour rigoler.
Merci pour votre passage.
Julien.

Vous aimerez aussi !

Nouvelles

Le fermeur de parenthèse

François B.

Un peu perdue, la jeune fille errait entre les stands du Salon de l'orientation scolaire.
Elle repéra un homme élégant derrière son pupitre.
— Bonjour Monsieur. Et vous ? Quelle profession ... [+]