Je voudrais être une mouette

il y a
2 min
218
lectures
47
Qualifié
Image de Grand Prix - Été 2022
Image de Nouvelles
Le garçon au vélo bleu disparut dans un nuage de poussière. L'orage grondait. La sueur piquait ses yeux, coulait sur ses lèvres par là où l'on dit qu'un ange a posé son doigt.
Sa rage gonflait au fur et à mesure que le vélo dévalait la pente du sentier. Dans sa tête, il se battait encore avec les mots embrouillés sur son cahier d'école. Lui préférait lire les feuilles des arbres. Il aimait le jardin, les outils dans ses mains. Il savait qu'il ne pourrait jamais compter toutes les étoiles tant les tables à apprendre par cœur le mettaient en colère. Au fond, personne ne savait compter l'infini. Il se blessait aux rires tranchants des copains. Lui savait drôlement bien jouer de la trompette.

On aurait cru lire déjà une vie dans son regard. C'était un garçon fort à la voix joliment grave et éraillée. Il disait des choses belles sans en avoir l'air, parfois trop tristes pour son âge. Il n'avait que dix ans. Elles faisaient à l'oreille et plus loin encore un son à la fois brut et cristallin.

Au loin la mer frappait la falaise. Son T-shirt d'astronaute lui collait à la peau. Le garçon cria plus fort pour se faire entendre du vent qui sentait le sel aussi :

« Je voudrais être une mouette,
C'est trop dur la vie d'enfant ! »

Et le vélo bondissait comme s'il avait voulu voler, au moins juste un instant, le temps d'y croire.

Tout à coup il freina. À quelques tours de pédales en travers du sentier qui s'amenuisait en allant vers la falaise s'agitait une boule de plumes mouchetées de brun.

Il tomba avec le vélo, s'éraflant le coude et le genou, mais aussitôt se releva. Tout doucement il s'approcha. Tout doucement il souffla sur le duvet de l'oisillon pour voir s'il bougeait encore. Ils s'observèrent en silence.
« Je suis tombé,
c'est dur d'être oisillon ! »
, pensa le jeune oiseau.

Et, devant les questions trop grandes qu'il lisait à son tour dans le regard de l'enfant, il lui confia un secret sans même bouger son petit bec noir.

Alors le garçon entendit la maman mouette appeler son petit, et l'oisillon de lui répondre par-dessus les ailes du vent. Le garçon recula à pas légers vers un buisson de genêt pour ne pas les déranger.

L'oisillon sauvé, il se dit qu'il était temps pour lui de rentrer à la maison. Bientôt sa maman s'inquièterait aussi. Laissant son vélo sur le sentier, il s'avança vers la falaise, pas trop près, et face à l'océan qui dansait le glaz*, il cria :

« Quand je serai grand
Je serai MOI !! »

_____

*Glaz : couleur bretonne, intraduisible en français. C'est un mélange de bleu, de vert, de gris, mouvant avec la lumière, les saisons et peut-être bien avec l'humeur des gens.
47

Un petit mot pour l'auteur ? 38 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de F. Gouelan
F. Gouelan  Commentaire de l'auteur · il y a
Une petite histoire inspirée d'un garçon courageux.
Image de JLK
JLK · il y a
Pour qui danse le glaz ?
Pour toi qui n'es pas Pégase
Mais qui un jour t'envoleras
Une trompette entre tes doigts...🎺 🎶🎼

Image de Rose Passiflore
Rose Passiflore · il y a
Super, comme d'hab 🙂
Image de Maud Garnier
Maud Garnier · il y a
Un petit garçon qui deviendra un grand 🐦☺
Image de thailan nulan phan
thailan nulan phan · il y a
Tres poetique! Tres beau texte- J'ai bien aime'
Image de M. Iraje
M. Iraje · il y a
Après l'océan, la mouette. Y aurait-il du Finistère dans l'air ... ?
Image de F. Gouelan
F. Gouelan · il y a
Y'a pas de mouettes à Toulon ? 😉
Mais oui, tu as vu juste, Penn ar Bed, forcément 🌊

Image de Fleur A.
Fleur A. · il y a
C'est beau
Image de Pierre-Hervé Thivoyon
Image de Phil Bottle
Phil Bottle · il y a
Texte très agréable à lire. Gouelan, votre surnom, ce ne serai pas Jonathan?
https://www.youtube.com/watch?v=nW3SSOT8iYc

Image de Pat Vermelho
Pat Vermelho · il y a
Plus qu'un enfant courageux, c'est un peu le droit à la différence que porte cette jolie histoire. J'adhère, d'ailleurs, je suis déjà abonné. A voté. Si le coeur vous en dit, mon poème Evanescence est en finale du concours du printemps. Je vous montre la voie, je serai obligé d'avoir vos voix.
Image de Annabel Seynave-
Annabel Seynave- · il y a
Concis, poétique et attendrissant. J'ai apprécié.

Vous aimerez aussi !

Nouvelles

Lime Key

Jeanne Mazabraud

« Crachez, crachez, mon cher. Un vrai amateur n'avale pas lorsqu'il déguste. On hume d'abord. Profondément, à pleines narines. Le bouquet doit pénétrer la moindre circonvolution de l'odorat ... [+]