Chroniques extraordinaires de ma vie ordinaire

il y a
5 min
49
lectures
8

Je ne sais pas quoi dire : )

Cas contact

-Allo, bonjour Madame, je vous appelle pour vous dire que vous êtes cas contact.
-.................................................................................................

Non, en fait ça ne s'est pas passé comme ça. C'est une amie qui m'a prévenue. Nous étions ensemble un dimanche soir dans la même salle de spectacle et nous avons toutes deux chaleureusement félicité une de nos amies qui jouait. Et fort bien. Amie qui le lendemain était malade (Sans gravité heureusement).

-Bonjour Bla Bla Bla Bla Bla....et alors Bla Bla Bla et je vais aller faire un test.

J'ai raccroché un peu dépitée, j'étais centre ville, j'allais m'acheter un sandwich et prendre un tramway pour retourner travailler.
Si c'était une Bande dessinée, imaginez-moi (Pour ceux qui ne me connaissent pas et ont du mal à imaginer, je ne suis pas très grande, mince, j'ai les cheveux longs et je porte une doudoune noire. Je sais, ça correspond à la description d'un très grand nombre de femmes en hiver en ville. Bon tant pis. )
Donc imaginez-moi, plantée sur le trottoir, immobile, avec une bulle au-dessus de la tête dans laquelle serait écrit :« Zutre.... ».

Oui zutre. Où est-ce que je vais aller faire un test ? Pas trop loin de préférence. Est-ce qu'il y aura du monde ? Est-ce que je serai à l'heure pour mes rendez-vous ?
J'entre illico dans la première pharmacie qui clignote.
-Bonjour Madame est-ce qu'il est possible de faire un test maintenant ?
-Oui nous réalisons des tests. Pourquoi ?
-Je viens d'apprendre que je suis cas contact.
-En ce cas il est préférable que vous alliez dans un laboratoire pour faire un test PCR.
-Zutre.
-Pardon ?
-Non rien, où y a t-il un laboratoire près d'ici ?

Quelques explications plus tard je me dirige vers le cabinet médical de garde 7/7.
Tiens ? Ils sont encore ouverts ?
C'est qu'ils doivent fermer.
Pas assez de médecins, pas assez de sous, heureusement que nous ne sommes pas dans une période délicate de grands besoins médicaux.

-Bonjour, je voudrais me faire tester je suis cas contact.
-Vous êtes vaccinée ?
-Oui.
-Ça sera un test antigénique, vous aurez le résultat 10 mn après et il faudra refaire un test 7 jours après le contact.
-Pas PCR ?
-Non c'est pas nécessaire.
-Ha zutre..
-Pardon ?
-Non rien (Je pense à la pharmacienne à laquelle j'avais pourtant communiqué tous les éléments nécessaires...).

Je n'y comprends, assez résolument je dois dire, pas grand-chose......j'oublie trop rapidement les explications que je lis ou qu'on me donne, c'est pour ça. Un processus qui ne me semble pas trop inutile pour vivre un peu tranquillement.
Je retiens cependant l'essentiel n'ayez crainte.
J'ai juste un peu trop oublié un certain dimanche soir dans l'emballement et la joie.
D'ailleurs c'est tout de même bien que l'emballement et la joie soient encore possibles.
Je patiente en salle de patience.
Je rêvasse.
Cas contact.....Si c'était premier contact j'aurais donc croisé un/une extraterrestre.
L'idée me plaît.
Mais immédiatement c'est « La peste » de Camus qui me vient ensuite à l'esprit.
Le livre que je n'ai surtout pas relu durant le premier confinement.
Vade Retro Satanas ! Je suis (peut-être) infectée !
J'entends que dans les cours d'école aujourd'hui, et pas seulement là, des pestiférés sont mis au ban.*
Ceux qu'on aime pas, ceux auxquels on trouve une drôle d'allure...
De nouvelles insultes sont nées avec le mot COVID.
Moi j'ai plutôt un look BCBG, ça devrait aller si je crie pas trop fort que je suis cas contact.
Et ma chance c'est que je suis un cas, même pas nécessairement contact, mais que j'en ai pas l'air.

-Soufflez en même temps ! Ça envoie un signal à votre cerveau et vous ne sentirez rien de toutes façons.
-Mon cerveau ? Non mais là mon cerveau me dit que c'est pas normal de se laisser enfoncer un coton tige aussi long dans le nez ! D'ailleurs on vient d'interdire les cotons tige ! Parce que c'est dangereux pour les sots qui s'en serviraient trop brutalement.
On veut une société sans danger et vous allez me faire ça ! !

Je me ressaisi, c'est le COVID qui est dangereux pas le coton tige.

-Et voilà, c'est fini ! Vous pourrez retourner travailler en étant vigilante.
-Je m'isole pas ?
-Non, pour ceux qui sont vaccinés ce n'est pas obligé.
(A l'heure à laquelle j'écris ça vient tout juste de changer ça).

Je patiente à nouveau dans la salle de patience.
Effectivement, c'est le COVID qui est pénible voire dangereux, un test à faire c'est une bonne précaution même si c'est un embarras.
Pourquoi est-ce que ce qui m'est d'abord venu à l'esprit c'est : « Ha m...de...c'est ch..nt » ?
Même pas eu peur d'être malade.
Sûrement parce que je me sens fatiguée mais en forme.
Mais avant d'être malade généralement, on est en forme....
Ou parce que la trouille ça aide pas à vivre et je n'ai pas envie de m'arrêter.
La vigilance oui.
Y a toujours des trous dans la raquette de toutes façons.
Si on veut jouer au tennis il faut accepter les trous dans la raquette, sinon on joue au ping-pong.
Et croyez-moi une balle de ping-pong dans la figure ça peut faire bien plus mal que les trous dans la raquette qui en eux-mêmes, ne font de mal à personne.
Ça veut pas dire grand-chose cette phrase....
Enfin, si on veut vivre faut accepter que la vie ça peut déraper à tout instant.
Sinon on s'immobilise, on s'enferme, et on cause plus à personne.

-Allo ? Je vais être en retard, j'ai du faire un test, je suis cas contact.
-Tu viens bosser ? ? ? ! ! !
-Ben oui, je vais aller m'acheter une tenue de scaphandrier si tu veux et j'arrive. T'as le temps d'installer une douche au gel hydroalcoolique dans le hall d'accueil.
-Trop compliqué je te fais confiance ! A tout de suite !

En attendant le résultat je continuer à méditer sur l'isolement...sur le site que je consulte je lis : « Si votre test est négatif isolez-vous et en cas de fièvre ou de symptômes avant la date prévue de votre test de contrôle :
• faites-vous tester dès que possible, et restez isolé(e) en attendant le résultat,
• contactez un médecin ou le 15 en cas de difficultés respiratoires.

Ouf...je l'ai échappé belle....s'isoler jusqu'aux prémisses du début d'éventuelles complications.....bof....

Par chance le résultat est négatif, ce qui me donne droit à une attestation avec un QR Code.
Imaginez ? Des QR Code tatoués sur le poignet qui changeraient selon votre situation et à présenter lors de contrôles ?
Le top du progrès....
L'idée me fait tellement froid dans le dos que je suis prête à porter deux masques l'un sur l'autre pour pouvoir sortir et prête à continuer de m'abîmer les mains aux gel hydroalcoolique..
(Deux masques c'est une image, je suis pas prête).



* »La mise au ban, en privant l'accusé de ses droits, permettait à la justice au moyen âge de s'appuyer sur la collectivité pour châtier un condamné insaisissable : tout un chacun pouvait désormais s'en prendre à lui sans aucune retenue. »
Compte-tenu de ce que j'entends aujourd'hui (sur d'autres sujets que le COVID, la mise au ban est à nouveau pratiquée.....
8

Un petit mot pour l'auteur ? 5 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Daniel Nallade
Daniel Nallade · il y a
☮️☮️☮️
Image de Joëlle Brethes
Image de Odette
Odette · il y a
Je ne me lasse pas de le relire 😊
Image de Aline Fernandez
Image de Randolph B.
Randolph B. · il y a
Là, avec un tel texte, tu es tranquille, tu peux écrire des variantes à perpète !

Vous aimerez aussi !

Nouvelles

Fin de l'acte

Flavie Pain

Paris, mars 2019
Je suis échouée dans la salle d'attente d'un centre hospitalier d'addictologie.
Je m'appelle Hannah Spitz. Je suis née le 26/04/1987. Je suis de nationalité française ... [+]