1
min

Un visage

Image de Anna Finezara

Anna Finezara

7 lectures

5 voix

En compétition

"Suis-je dans le noir ou ai-je les yeux fermés? Peut être les deux?"
C'est la question que je me pose sans cesse sans avoir de réponse en retour. J'ai été sans doute trop naïve pour m'en apercevoir. Chaque pas que je fais me ramène à vouloir abandonner. Mes larmes me montent aux yeux, mon cœur se resserre, j'arrive à peine à dire un seul mot. De l'eau vient subitement glisser sur le long de ma joue droite, oui, c'est évident que je commence à pleurer. Sans que je ne peux expliquer ce qui m'arrive exactement. Je me perds dans mes pensées, à m'inventer toutes sortes de scènes tels les films hollywoodiens. Échec après échec. Blessure après blessure. Mais aucun changement. Aucune lumière au bout du tunnel. Je prends un moment pour réfléchir à la source du problème. La présence d'une personne me fait vite ressentir et cette dernière dépose délicatement sa main sur mon épaule gauche. Je lève la tête progressivement avec mon visage trempé de larmes et de désespoir, m'ouvrent les yeux et me tourne vers elle tout en douceur à pas d'escargot en essayant en même temps de deviner l'identité de cette personne. Après m'avoir fait un tour sur moi-même, je lève le menton et fixe mes yeux aux siens... Papa (en étant toute cripée) C'... C'est...C'est bien toi? Et mes larmes tombent de plus belle. il me regarde d'un air étonné en me voyant ainsi et me fait un sourire tel le même de mon enfance. La noirceur autour de moi se dissipe et laisse apparaître de la lumière, aussi brillant que je n'ai jamais vu au cours de mon existence. Cette sensation de légèreté, de renouveau comme si en quelques secondes tout mon mal être, mes problèmes avaient disparu, il n'y a plus qu'une sensation de réconfort, de sécurité. Mes larmes sèchent...je n'ai plus du tout mal. Les bons moments l'emportent sur la haine et la rancœur qui engouffraient mon cœur. Le soleil commence à se lever, mon père et moi ayant toujours les yeux dans les yeux, je commence à sourire à mon tour et l'embrasse jusqu'à ce que mes bras n'en peuvent plus. Le soleil continue à monter, les fleurs s'éclorent, les oiseaux commence à chanter, l'eau coule non pas mes larmes mais celui d'un ruisseau pas loin de là, rouvre les yeux mais papa n'est plus là, j'ai beau le chercher mais en vain. Plus aucune trace de lui, par contre cette fois-ci, pour la première fois de ma vie, je me ses vivre, en ayant une vision de la vie, des buts à atteindre, je suis à présent dans la lumière.

PRIX

Image de 2020

Thème

Image de Très très court

En compétition

5 VOIX

CLASSEMENT Très très court

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Gaelle Ghanem
Gaelle Ghanem · il y a
Très beau texte, mes 3 voix, courage! :)
Je vous invite à découvrir et voter pour le mien:
https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/noir-cest-noir-il-me-reste-lespoir

Image de Ozias Eleke
Ozias Eleke · il y a
Très belle plume Anna. Vous avez mes voix. Votez aussi pour mon texte https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/homme-tas-le-bonjour-dalfred