3
min

Un deux trois souris !

Image de Jackedit

Jackedit

23 lectures

0

C’était un jour d’assemblée plénière et profitant d'un blanc entre deux interventions. Elle saisit sa chance pour sortir de sa cachette et avec ses petites pattes elle bondit sur la rampe qui conduisait au pupitre central.
Arrivée là, elle pesa de tout son poids sur le connecteur du micro. Et avant que quiconque n’ait pu intervenir un filet de voix atteignit le micro soudainement branché.
« Que personne ne bouge, je ne suis pas une souris normale. Je m’appelle julien Maurice et j’ai utilisé cette apparence pour arriver sans encombre jusqu’ici et avoir l’opportunité de vous parler d’une chose importante.

La salle plénière de l’ONU dans laquelle résonnèrent les paroles prononcées par cette minuscule souris immobilisèrent ceux qui était sur le départ et attira toute l’attention de ceux qui étaient déjà installés derrières leur pupitre.
Les assesseurs cernèrent l’estrade ou en principe seuls des intervenants triés sur le volet ont l’honneur de pouvoir s’exprimer. Le secrétaire général monsieur Ban Ki-Moon d’un signe de la main leurs demanda de suspendre leurs interventions jugeant le danger relatif.
Les deux pattes fermement appuyées sur le pied du micro la souris "julien" continua
« Un génie m’a proposé de faire 3 souhaits. J’ai souhaité partager cette chance et j’ai pensé que des représentants bien au fait des questions mondiales pourraient m’aider à faire ce choix.
Comme par exemple un moyen abordable de rendre l'eau potable partout dans le monde. Des capteurs solaires dix fois plus efficaces ou un moyen de prévoir les catastrophes naturelles ou encore de trouver une solution au chômage, bref de choisir avec discernement.
J’ai utilisé le premier souhait pour arriver sans encombre jusqu'à vous d’où ma forme actuelle. Et j'attends maintenant que vous m'aidiez à imaginer ces deux autres souhaits ».

Dans les cabines de traduction l’effervescence était palpable. Chacun doutant de la nature des propos entendus et donc traduits.

La souris ne bougeait pas comme suspendue à la suite qu’allait donner l’assemblée à ses propos. Puis elle reposa lentement ses pattes avant sur la base noire du micro.
Pour la première fois depuis longtemps on échangeait sans retenue dans les travées en s’interrogeant mutuellement sur la suite à donner. Que dire ? Comment prendre cette histoire qui défiait l’entendement.
Le représentant du Venezuela demanda la parole et on lui accorda dans un brouhaha qui trahissait la confusion des esprits.

Pourquoi ne pas nous donner une vraie preuve que l’on pourrait apprécier en direct. C’est quand même difficile de croire à ce que l’on vient d’entendre ! Et qui nous dit qu’il n’y a pas un trucage ou quelque chose d’autre derrière tout cela. Et que l’on ne nous raconte pas cette histoire pour ensuite se moquer de nous. Moi pour être convaincu je souhaite du concret comme par exemple voir changer la couleur de la moquette en rose.

Ok dit la souris et la moquette d’un beige sobre fut changée en rose.

La salle se divisa très vite en deux camps il y avait ceux qui n’en croyaient pas leurs yeux et ceux qui hurlaient au gâchis !
Carlo Menendez désormais convaincu s’écroula sur son siège vénézuélien mais finalement atterré de l’être.
La souris resta silencieuse et lissa par automatisme ses moustaches.
Le brouhaha s’amplifia car personne ne savait que faire ou que proposer.
On décida d’une réunion d’urgence à huis clos dont les deux heures de débats furent pour l'essentiel consacrées à expliquer aux absents ce qui venait de se passer.
On apporta une "soucoupe collation" à la souris qui n’y toucha pas
Peu après, le secrétaire général bien conscient de sa responsabilité, se rapprocha du pupitre un peu gêné de s’adresser à une souris. Mais le comique de la situation échappait désormais à tout le monde.
"Voilà dit-il le résultat des délibérations et je dois dire que je suis complétement d’accord avec ses conclusions.
Car avant toute chose il faut éviter de trop grands bouleversements qui ne manqueraient pas d’arriver si les choses changeaient trop vite. Cela ferait autant de déçus que d’heureux et je suis bien placé pour le savoir, rien n’est vraiment simple lorsque l'on souhaite faire le bonheur des gens ".

Il rectifia son col de chemise pour ajouter à voix basse

« Alors heu voilà....avec cette histoire de moquette, nous allons être la risée du monde entier alors je pense que le mieux enfin bref pourriez-vous remettre la moquette dans sa couleur d’origine s’il vous plaît ? Et on va en rester là, c’est mieux pour tout le monde.... »

Aussitôt la moquette redevint beige et on ne revit jamais plus la souris. Et le compte rendu de la réunion d’urgence disparut des archives car il ne fut jamais enregistré....

Thèmes

Image de Très très courts
0

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,