3
min

Un bon agent déclencheur

Image de Niclown

Niclown

86 lectures

15

« L’impact des gouttes sur le métal.... »
Une voix s’élève, indignée. « Mais non, voyons, l’impact des balles sur le métal ! »
« Comment ça, l’impact des balles sur le métal ? »
« Ben oui, d’habitude, c’est toujours la phrase que l’on entend : l’impact des balles sur le métal ! »
« Ah bon, pourtant là, c’est bien écrit : l’impact des gouttes sur le métal ! Attends, laisse-moi vérifier....Oui, c’est bien ça, l’impact des gouttes sur le métal....
« Mais c’est nul, ce n’est pas la formule consacrée ! Dans un bon thriller, on doit dire : L’impact des balles sur le métal ! »
« Ah bon ? Mais qu’est-ce que tu en sais, toi ? T’es un spécialiste du thriller, maintenant ? »
« Absolument ! Et je peux même te le prouver ! »
« Ah, bon ! Et bien, j’aimerais bien voir ça.... Comment vas-tu t’y prendre ? Tu vas me prouver que nous avons un sérial killer pour voisin ? Ou encore que la gardienne prépare un sale coup contre nous, avec la complicité du facteur, pendant que tu y es ?! »
« Tu ne crois pas si bien dire ! »
« Pff ! N’importe quoi ! »
« Attends de voir ! Tu ne perds rien pour attendre ! »
« Bon, d’accord, comme tu veux... Moi, pour l’instant, j’ai sommeil. Je vais me coucher. Bonne nuit ! »
Elle va se coucher, lui, rumine, vexé. En tous cas, il s’est mis dans de beaux draps. Voici qu’il a un défi à relever. Et quel défi ! Comment s’y prendre ?
Une idée, ça ne sort pas de nulle part. Il faut la faire germer. Et pour faire germer quoi que ce soit, il faut une graine, d’accord, mais aussi un bon terreau. Et un bon terreau, ça se prépare, ça se travaille. Alors, au travail. Se documenter, pour commencer ! Internet, voilà le fournisseur idéal, on trouve tout sur Internet.
L’homme allume son ordinateur, il se met en quête de matériel, d’informations, de documentation ; il cherche les faits divers, écoute les interviews, regarde les documentaires, catalogue les vengeances, énumère les trahisons, épluche les assassinats, analyse les meurtres, étudie les disparitions, répertorie les mystères, s’intéresse aux fantômes, fait une incursion chez les zombies, courtise les loups-garous et va même jusqu’à s’aventurer dans le monde des vampires.
A l’aube, il est fin prêt. Nourri, repu, gavé, grisé, ivre de sang, saoul de littérature gore. Dents. Crocs. Narines. Frémissantes. Oreilles. Pointues. Griffes. Crissement Clavier. L’homme se lève, la bête titube, il repousse en râlant la chaise qui l’entrave, regarde, comme s’il le découvrait pour la première fois, le salon de ses yeux rouges, sort de la pièce en chancelant. Ouvre la porte de la chambre conjugale, s’approche du lit où dort paisiblement sa tendre moitié. Elle est là, innocente, étendue, offerte. Ravissante, appétissante. Il grogne, se penche. A genoux. Joue charnue, paupière endormie. Gorge ronde. Poitrine découverte. Maintenant. Vite. Accomplir. Pour toujours. A jamais..... L’homme s’immobilise, maîtrise la bête. Non. Plus tard. Après.... La mission, d’abord.
Il gronde, se relève et sort de la pièce en titubant.

Il retourne s’asseoir à son bureau, le temps presse, l’heure tourne, le sablier laisse s’écouler des grains de sable mordorés dont l’impact sur le verre attise sa soif et son impatience. Une idée en entraînant une autre, il se relève précipitamment et se dirige vers le cellier Une bouteille, une bonne, pour fêter tout ça. Un tire-bouchon, un gendarme comme disaient les anciens, histoire de se mettre, pour une fois, du côté de la loi....Un verre à pied, avant de l’être soi-même, mis à pied. Tous les accessoires nécessaires sont convoqués pour le rituel, notre homme est à pied d’œuvre.
L’attaque du vin capiteux bouleverse sa bouche et fait chavirer ses sens, la robe rouge vermeil excite ses pulsions sanguinaires, la chair et le corps du breuvage enfièvrent sa peau et ses os, l’esprit-de-vin enflamme son âme. ll s’emballe, remue des papiers, bouscule ses notes, et par là, ses idées reçues ; le tableau sera cruel, l’art brut, le crime passionnel ; il sait que l’addition sera salée lorsqu’on lui présentera l’ardoise. L’impact des gouttes sur le métal exhumera chacune de ses erreurs, évoquera tous ses mensonges, ses trahisons, ses exactions. Il est inspiré, illuminé, c’est mystique, il s’apprête à...

Soudain, dans la nuit, une main sur son épaule, une voix : « Chéri, qu’est-ce que tu fais ? »
Il se lève en hurlant, dérangé dans sa ferveur épistolaire, bousculé dans son envol littéraire. Rage, contrariété, colère, fureur, frénésie ! Comment peut-on pousser le bouchon aussi loin et venir, ô lèse-majesté, entraver sa marche vers le grand-œuvre ?! Mais le tire-bouchon est toujours là, il s’en saisit, lève le bras, frappe, assène, assassine.
L’impact des gouttes sur le métal le réveille...

PRIX

Image de 2017

Thème

Image de Très très court
15

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Sonia Pavlik
Sonia Pavlik · il y a
bravo pour ce texte Niclown
·
Image de Arlo
Arlo · il y a
A L'AIR DU TEMPS d' Arlo est en finale du grand prix été poésie. Je vous invite à voyager à travers sa lecture et à le soutenir si vous l'appréciez. Merci à vous et bon après-midi.
·
Image de Chantane
Chantane · il y a
mon vote pour une histoire particulière
·
Image de Arlo
Arlo · il y a
Bonne histoire entre le cauchemar et le réel. Très bien écrit par ailleurs. Les votes d'Arlo qui vous invite à découvrir son dernier poème " à l'air du temps" retenu pour le prix été poésie. Bonne journée à vous.
·
Image de Niclown
Niclown · il y a
Merci. J'ai découvert le poème du voyageur !
·
Image de Joëlle Brethes
Joëlle Brethes · il y a
Naliyan a raison... J'en conclus qu'il est dangereux d'être la compagne d'un écrivain...
·
Image de Niclown
Niclown · il y a
J'avoue être, moi même, très sensible quand je me concentre
·
Image de Joëlle Brethes
Joëlle Brethes · il y a
Oups... étaient-ce des aveux en ligne ? ;-)
·
Image de Naliyan
Naliyan · il y a
D'où les dangers de la création littéraire ;) Vif et intense.
·
Image de Niclown
Niclown · il y a
Merci. Effectivement, la création n'est pas toujours un chemin de rose...
·