Thomas l'inité - Dieu

il y a
1 min
6
lectures
0
Thomas invitait souvent des amis proches à venir manger chez lui le dimanche soir. Cette fois il invita Paul Küner, un journaliste qui travaillait pour un petit journal indépendant.

Pendant le dîner, les deux amis parlèrent de tout sauf de spiritualité, Paul n'aimait pas aborder ce sujet. Mais alors que le repas prenait fin
l'invité dit :
- Mon cher Thomas, j'ai vu des hommes d'église récemment qui marchaient dans les rues. je trouve toujours cela absurde de croire en quelque chose qui n'existe pas. Pour moi les hommes et femmes croient en une entité pour se raccrocher à quelque chose.
Thomas se leva et s'alluma une cigarette.
- Vous savez mon cher Paul, l'humanité ne croit que ce qu'elle voit. Or, nous n'avons jamais vu Dieu sous sa forme matérielle. Que pensez-vous si nous changions de sens ? Au lieu de le voir, nous allons le sentir.
- Avec notre nez ?! C'est légèrement dégoutant s'offusqua Paul...
- Lorsque vous vous faîtes mal, vous sentez la douleur non avec votre nez mais avec vos nerfs ainsi que votre cerveau. Il en est de même pour Dieu. La science hermétique nous dit que Dieu est partout et en toute chose. Donc il se trouve en moi alors si je me mets à essayer de sentir mon cœur battre, de me toucher la peau, de sentir l'air passer dans mon œsophage etc.. J'aurai senti Dieu.
Paul resta perplexe... Alors Thomas continua :
- Dieu est la vie et la vie est en moi sinon je ne serai pas là à vous parler. Si la vie est moi et que Dieu est la vie alors je suis une partie de la vie donc une partie de Dieu. Vous ne vous êtes jamais senti vivant ?
- Oui bien sûr, répliqua Paul
- Alors vous avez senti Dieu.

- Fin
0

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !

Très très courts

Eucharisties

Valdemar Belloc

— EN VÉRITÉ JE VOUS LE DIS, LE MONDE EST UNE VALLÉE DE LARMES, hurla le prêtre.
— Ouais, surtout les lendemains de cuite, pensai-je en croquant deux aspirines.
Le prêtre ne hurlait... [+]