4
min

Sur les côtes du bonheur

101 lectures

24 voix

En compétition

Suis-je dans le noir ou ai-je les yeux fermés ? Peut-être les deux.
Je m’appelle Koumatei Edwige, j’ai vingt-deux ans. Originaire du Tchad, je suis issue d’une famille de trois enfants dont je suis l’aînée. Mon père prend bien soin de nous. Rien ne nous manque. Bref, nous sommes à l’aise.
Cela fait deux semaines que papa, fonctionnaire de son état, est parti en mission au Burkina Faso. Il nous manque énormément. Un soir mon téléphone sonne. C’est papa à l’appareil, à la fraction de seconde je décroche le téléphone :
- Allô papa, comment vas-tu? Tu nous manques énormément.
- Je vais bien ma fille, vous me manquez également. Je prends le vol dans une heure pour N’Djaména, me dit-il d’une voix rassurante.
Je cours au salon pour annoncer la bonne nouvelle à ma mère et mes frères. Nous sommes tous contents que papa va enfin rentrer d’un voyage de deux longues semaines. Un grand festin est préparé pour son retour.
Six heures après son appel, papa n’est toujours pas de retour. À chaque bruit de moteur, nous courons jusqu’au portail, mais il n’est toujours pas là. Nous l’appelons, mais son téléphone est fermé. Nous sommes inquiets.
Vers dix-huit heures, un collègue de papa nous rend visite à la maison. Il a une mine bizarre. Il a la tête d’un candidat qui va passer un entretien d’embauche. Il prend la parole. Sa voix est nasillarde. Le collègue de papa nous annonce que notre papa a connu un accident lors du trajet entre l’hôtel et l’aéroport. « Il n’a pas survécu », a-t-il finalement lâché en écrasant une larme. Et dire nous l’attendions avec enthousiasme et un grand festin ! Personne n’avait la force de supporter cette nouvelle. Nous avons pleuré toute la nuit. Quel malheur ! Que Dieu maudisse ce jour où papa nous a quitté.
Une semaine plus tard, le corps de papa est rapatrié. L’enterrement a eu lieu et le deuil est passé. Le conseil de famille est tenu. Le frère de mon père dont la moustache enlaidit le visage et la forme offre l’allure d’une caricature, a décidé que tous les biens de papa lui reviennent de droit. Cette décision a une conséquence désastreuse pour nous. Nous sommes renvoyés de la maison, ma mère, mes frères et moi. Désormais, c’est l’oncle paternel et sa famille qui sont venus habiter notre maison.
Alors commence le malheur de notre famille. Nous sommes abandonnés à nous-mêmes. Maman est obligée de se débrouiller pour nous prendre en charge. Elle qui n’avait aucune compétence, s’engage corps et âme dans les petits commerces. Ses maigres revenus ne peuvent, malheureusement pas couvrir le loyer, la nourriture, les soins et notre scolarisation. Mes études doivent être sacrifiées pour permettre de joindre les deux bouts.
C’est ainsi que j’ai dû quitter les salles de classe. Je suis récupérée par une organisation financée par un projet allemand. Elle m’a permise de suivre une formation en coiffure et a financé l’ouverture de mon salon de coiffure sur l’Avenue Kondol à Moursal. Tout le monde connaît l’Avenue Kondol à N’Djaména.

Ma mère a pris de l’âge. Aujourd’hui, seuls mes revenus gagnés au salon de coiffure me permettent de subvenir à mes besoins et de soutenir ma famille. De moins en moins d’ailleurs. À l’inverse, le volume et les types de besoins augmentent. C’est ce qui m’a mis une idée dans la tête: il faut que je parte en Europe. À tout prix. C’est le moyen de retrouver une vie meilleure afin de subvenir aux besoins de ma famille.
J’ai essayé d’aller en Europe, j’ai essayé de traverser le Sahara, la Libye et la Méditerranée afin de gagner les Côtes du Bonheur. Sans succès. Mes économies y sont passées, de même que mon espoir et ma dignité. Il n’y a pas de mot pour décrire ce que j’ai connu et enduré en Libye. Le seul gain que j’ai eu est celui du retour au bercail.
Me revoici à N’Djaména. Me revoici à Moursal, Avenue Kondol. Heureusement que mon salon de coiffure m’a à nouveau tendue les bras. Mes rêves d’Europe se sont-ils évanouis? Je crois que non. Il arrive que je me réveille en pleine nuit, tiré d’un conte de fée où, habillée d’un somptueux tailleur, délicieusement parfumée et élégamment maquillée, je me vois descendant du métro, en plein cœur de Paris. Mais... Ce n’est qu’un rêve. Et du poing, je cogne dur sur mon vieux matelas qui me sert de couchage à même le sol.
Madame Dupont, elle, a pu transformer mon rêve en réalité. Qui est Madame Dupont? C’est une cliente qui a débarqué par hasard dans mon salon de coiffure. Elle est une Française. Une de ses amies tchadienne d’une ONG humanitaire lui a donnée mon adresse et elle est venue se faire belle. En payant ma facture d’un service qu’elle a hautement appréciée, Madame Dupont m’a fait part de son projet. Ouvrir vingt salons de coiffure africaine en banlieue parisienne. Toute la paperasse est terminée et les salons seront opérationnels d’ici à Noël. « Edwige, il me faut quelqu’un comme toi pour coordonner la section technique de mon projet. Ça te dit d’aller travailler avec nous en France? »
Quelle question? Madame Dupont ne sait-elle pas que c’est une réponse qu’elle pose-là? Je n’ai même plus écouté la suite de sa proposition. Ouf ! Quel soulagement ! Cette nouvelle est comme une manne envoyée du ciel pour moi. Rien à dire, ma misère prendra fin. J’entrerai dignement en Europe. Ma mère m’a accordée sa bénédiction, à contrecœur. J’ai promis à mes petits-frères le ciel et la terre.
« Les passagers à destination de Paris sont priés d’embarquer à la porte 3 ». En m’installant dans l’avion, je me souviens de mon père : « Tu seras fier de moi, papa », dis-je en soupirant. Madame Dupont est assise à côté de moi, souriante.
Ce que je ne savais pas, c’est que Madame Dupont n’avait aucun projet d’ouverture de salon de coiffure en France. Une semaine après notre arrivée sur les Côtes du Bonheur, elle me présente à un homme, un vieillard aussi moche que notre oncle paternel qui nous a dépouillés à la mort de notre père. Son faux sourire laisse entrevoir une mâchoire supérieure dépourvue des quatre incisives. Une vraie pièce de musée, ce Monsieur. Madame Dupont me souffle à l’oreille: « Vas-y, brave fille, un salon de coiffure plus rentable se trouve entre tes jambes, laisse-toi faire seulement. »
J’écarquille mes yeux, j’ouvris démesurément la bouche, mes narines dilatées. Il s’est passé quelques fractions de secondes, mais qui me paraissent une éternité.

PRIX

Image de 2020

Thème

Image de Très très court

En compétition

24 VOIX

CLASSEMENT Très très court

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Sgr Dicko
Sgr Dicko · il y a
Bravo, je vote pour vous.
Prière parcourir mon texte pour donner votre voix https://t.co/6vUuSCV24L

Image de Ozias Eleke
Ozias Eleke · il y a
Très beau texte Daliam. Vous avez mes deux voix. Votez aussi pour mon texte https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/homme-tas-le-bonjour-dalfred
Image de Marie Francois
Marie Francois · il y a
Quel drame ! Après tant d'efforts et d'espoir. C'est un très beau texte, très bien écrit. Bravo, vous avez toutes mes voix.
Si vous avez 5 minutes, je vous invite à aller lire (et soutenir si vous l'aimez 😉) le texte d'une amie, en finale pour le prix 15-19 : https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/ma-nouvelle-vie
Merci et encore bravo !

Image de Jean Calbrix
Jean Calbrix · il y a
De charybde en Scylla ! Bravo, Daliam ! Vous avez mes cinq voix.
Si vous avez un peu de temps, je vous invite à lire un tri-triolet en compétition printemps : https://short-edition.com/fr/oeuvre/poetik/la-rose-la-bouteille-et-le-baiser
Bonne journée à vous.

Image de Tiphanie Daliam
Tiphanie Daliam · il y a
Je t'encourage frère j'ai confiance en toi..vraiment fantastique tes écrits
Image de Yveson Pascal
Yveson Pascal · il y a
Bravo ! Je t’offre mes voix , je t’invite a lire l'œuvre Mille nuits dans les égouts https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/mille-nuits-dans-les-egouts
Image de Yanis Auteur
Yanis Auteur · il y a
Bonjour Daliam
Mes 5 voix !
Félicitation pour vous et votre texte.
Je vous invite aussi à voter mon histoire pour le concours adolescent.
Voici le lien.
https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/lhomme-10

Image de Oka N'guessan
Oka N'guessan · il y a
Bravo Belle plume , +2 voix , je t'invite aussi a voter pour moi https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/la-lumiere-10