Se faire des amis

il y a
3 min
54
lectures
6

Écrire c'est pour moi tenter de s'aventurer jusqu'aux limites de l'imaginaire, c'est capter ici et là une part de son flux incessant pour inventer des mondes, des voyages en fixant des mots sur le  [+]

Tant pis, je m’en moque ! S’ils ne sont pas contents qu’ils viennent me voir, je présenterai des excuses plates, je feindrai un lourd sentiment de culpabilité et leur promettrai de ne jamais recommencer. Je dirai ne pas comprendre ce qui m’a pris, qu’en effet, à cinq heures du matin, il est incongru de mettre le lave-linge en marche. Pour le reste, je m’en moque, j’aurai étendu ma lessive avant de partir au travail et le trouverai prêt à repasser ce soir. Ainsi, je serai libre ce week-end. Ce ne sont pas des petits bourgeois qui vont me dicter ma conduite. Ils sont pleins aux as et se paient du personnel ! Pas moi ! Mes voisins me débectent tous, surtout les femmes. Dans cet immeuble cossu, lorsque je les croise dans l’ascenseur, elles ont toutes la mine coincée. Je pense qu’elles affichent le même regard bovin au cours de leurs orgasmes hypocrites. À voir leurs têtes, on devine qu’elles n’ont jamais connu d’amants ! Leurs adolescentes aussi, ont l’air tarte avec leur dégaine qui se veut déjantée. Elles fréquentent des lycées privés pour ne pas se mêler au peuple de peur d’être contaminées. Oh pas d’une quelconque maladie ! Quand elles se font sauter par les fils des amies de leur mère, ou par les copains de leur père, elles mettent un préservatif ! Non, je veux dire se protéger de ce milieu où l’on parle d’argent à la petite semaine, où on ne sait pas ce qu’est une obligation ou une action.
J’habite cet immeuble depuis un mois, et je n’ai pas l’intention de me laisser marcher sur les pieds. C’est Mickaël qui m’a proposé cet appart, il paie tout, bien entendu. Il passe plusieurs fois par semaine : on fait l’amour, parfois il reste toute la nuit expliquant à sa femme qu’une réunion tardive l’oblige à dormir sur le canapé au travail. On en avait assez de se voir à la sauvette dans de petits hôtels, depuis qu’au bureau, on a failli se faire pincer par la comptable. Celle-là aussi, elle voulait le patron, mais il lui a préféré la jeune dynamique que je suis. Elle n’a aucun doute sur la nature de notre relation ; elle en est verte et j’en jouis d’autant plus quand je suis avec lui. Cette vieille peau est restée fille. Quinze ans dans la même boîte à espérer devenir sa maîtresse. Alors, quand j’ai débarqué : vingt et un ans, fraiche et intelligente comme je suis, elle n’a pas fait le poids.
J’ai connu Mickaël dans le train. Je m'étais mise à voyager pour rencontrer des mecs. Je me calais dans la voiture-bar du TGV. C’est très bien qu’elle soit commune aux deux classes, car je circule en seconde et vise surtout les types de première. Quand je dis surtout, je veux dire exclusivement des cinquantenaires en déplacement d’affaires qui viennent se détendre. Généralement, ils circulent sans leur femme. Je me fie particulièrement aux chaussures : elles ne mentent jamais. Le gars peut-être en costar cravate ou en jeans, ça ne veut rien dire. S’il a du fric, c’est aux pieds que ça se voit et ça ne rate jamais ! Belles pompes égales carte Gold !
Quand j’en repère un, je lance une petite plaisanterie au barista. Si mon client sourit, c’est bon. S’il sourit en me regardant, il est mort. Pour moi, le plus gros de l’affaire est joué. À compter de ce moment, je n’ai plus qu’à manœuvrer habilement pour arriver à mes fins. Avec mon billet, je ne peux pas le suivre en première. Je dois le retenir assez longtemps pour qu’il me demande mon numéro de téléphone. Officiellement, je suis une comédienne en déplacement pour des castings. Ce n’est pas complètement faux, j’ai joué dans quelques pièces au lycée. Quand j’ai raté le bac, la vie active m’a tout de suite déplu. Serveuse de restaurant c’est beaucoup trop dur pour moi. Ensuite, j’ai trouvé un boulot similaire dans un bar de nuit. Mais il fallait monter avec les clients sans choisir. J’en ai eu vite marre. Puis j’ai eu cette idée de TGV en allant fêter un anniversaire à Paris, avec une copine. Là au moins, j'opte pour des vieux friqués encore bien foutus. Je ne suis pas une pute, c’est comme se faire des amis. Et à vingt et un ans, j’ai toute l’existence devant moi. Lorsque je les revois, ils m’invitent au resto, en voyage à l’étranger. J’arrive même – sans avoir l’air d’y toucher – à obtenir de l’argent liquide : la belle vie en Palace ne remplit pas le frigo. Après quelque temps, quand ils ont des doutes sur mes sentiments, je les largue.
De crainte de rencontrer toujours les mêmes, je pensais m’arrêter ou à changer de méthode quand j’ai rencontré Mickaël. Il est chef d’entreprise, après quelques mois il m’a embauché. C’est lui qui a eu envie de cet appart.
Je ne sais pas combien cela va durer, mais parfois il m’agace, je ne me sens pas libre avec ses questions sur mes activités en son absence, de plus il ronfle. Il faudra peut-être que je trouve un nouveau moyen de gagner ma vie. Je n’ai plus envie du train, même sur une autre ligne. Il y a quelques mois, avant de connaître Mickaël, un type m’a emmenée dans un Palace au bord de l’océan Indien. Quinze jours de rêve ! Une idée m’a alors traversé l’esprit. Il suffirait de sympathiser avec les gars de l’accueil et les chasseurs d’un grand hôtel pour traîner facilement dans le hall. Ainsi je pourrais facilement repérer de nouvelles proies. Pour le moment, ce n’est qu’une idée, mais elle fait son bonhomme de chemin, tant que Mickaël ne ronfle pas plus...
6
6

Un petit mot pour l'auteur ? 7 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Jeanne en B
Jeanne en B · il y a
Hé pas mal ! Votre texte m'a bien amusée. Une pro des relations amoureuses :-)
Si je peux me permettre "Belles pompes égalENT carte Gold !"

Image de Rachel Kénio
Rachel Kénio · il y a
Je la vois bien dire avec un personnage de Raymond Queneau : "Mon idéal, c'est de vivre libre et qu'on me foute la paix."... Super Richard ! Bonne continuation !!
Image de RichardTri
RichardTri · il y a
Merci beaucoup 😉
Image de Valrose Nituh
Valrose Nituh · il y a
Héhé bien loin des vieux que le pouvoir traque😄 quelle bonne idée de repousser les idées sages...
Image de RichardTri
RichardTri · il y a
Merci
Image de Atoutva
Atoutva · il y a
En voilà une qui sait faire son bonhomme de chemin !
Image de RichardTri
RichardTri · il y a
Eh oui, merci de votre passage

Vous aimerez aussi !

Très très courts

Le mauvais ouvrier

Malik Nahassia

— Hier, en faisant ma ratatouille, rien à faire, ça accrochait. Il va falloir que je change la cocotte.
— Le mauvais ouvrier a toujours de mauvais instruments.
— Comment ça ?
— Eh... [+]


Très très courts

Le printemps du val

Kafkarim

Un œil contemple son monde à travers une serrure.
Il voit les oiseaux qui volent secrètement dans des perspectives que son regard ne peut atteindre. Les hommes marchent sur des... [+]