Recommandé

Ecrit depuis toujours, irrégulièrement. Se raconte des histoires et adore quand d’autres les aiment. Auteur des recueils La plus jeune des frères Crimson (Quadrature 2018) et Il ne se passe  [+]

© Short Édition - Toute reproduction interdite sans autorisation

Combattre le mal par le mal. C'était ma priorité absolue à l'issue des vacances. Un guerrier ne reste jamais sur une défaite ! Surtout si c'est son premier combat.
Tout au long de l'année précédente, j'avais copié l'attitude des mecs cools des grandes classes dans l'espoir que Sophie me remarquerait.
Ça avait pris du temps, mais ça avait fini par fonctionner. Un jour, en fin d'année, elle avait enfin accepté d'aller au cinéma avec moi. Tout le trajet en bus, j'avais été hypnotisé par ses lèvres maquillées. C'était la première fois que je voyais une fille de mon âge avec du rouge à lèvres. Elle avait quelque chose d'une femme. Ça devait vouloir dire que j'étais en train de devenir un homme.
Lorsque je l'ai raccompagnée devant chez elle, j'ai voulu l'embrasser.
— Non, m'a-t-elle dit en me repoussant, tu vas abîmer mon rouge à lèvres.
Pourquoi avait-elle mis du rouge à lèvres si ce n'était pour que je l'embrasse ?
Elle est rentrée chez elle. L'année s'est terminée. Et la question ne m'a pas quitté de toutes les vacances.

Le mal par le mal.

Le jour-même de la rentrée, j'ai décidé que ce serait Clém. Elle n'était pas nouvelle dans la classe, mais elle avait cessé d'être une petite fille durant l'été. Je crois que j'étais le seul à m'en être rendu compte. Fallait que je fasse vite si je voulais conserver ma longueur d'avance.
Vu la façon dont elle m'a encouragé sur le chemin qui devait nous conduire à nous voir en dehors des cours, c'était clair qu'elle aussi avait pris des résolutions durant l'été.
Je ne vais pas mentir. J'ai ressenti un sacré pincement quand, passant la chercher un samedi pour l'emmener au cinéma, j'ai vu qu'elle avait mis du rouge à lèvres. Je me suis efforcé de ne pas y penser, mais j'ai bien raté la moitié du film tellement ça me tracassait.
En bas de chez elle, on est restés une bonne minute l'un en face de l'autre, à rien dire, à se sourire. Ses petites dents blanches. Ses lèvres rouges. Quand j'ai essayé de l'embrasser, elle a posé sa main sur ma poitrine, me stoppant dans mon élan. Je crois que j'aurais pu pleurer, ou mourir, ou je ne sais pas trop quoi d'aussi définitif. Puis elle a sorti un mouchoir en papier de son sac et s'est soigneusement essuyé les lèvres.
— Voilà, m'a-t-elle dit, je m'en serais voulu de te barbouiller la bouche !

Recommandé
30

Un petit mot pour l'auteur ? 5 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Christian Gilabert
Christian Gilabert · il y a
C'est magnifique, et pour tout dire... carrément vécu. Je l'avoue 😍...
Et vingt-cinq ans plus tard, voici ce qui m'est arrivé :
Qui est-elle ? (Christian Gilabert)

Image de Saber Lahmidi
Saber Lahmidi · il y a
En effet le mal n'est que mal.
Merci pour cet excellent texte !

Image de Thierry Covolo
Thierry Covolo · il y a
Merci Saber :)
Image de Ombrage lafanelle
Ombrage lafanelle · il y a
C'est un texte très tendre, j'apprécie beaucoup
Image de Thierry Covolo
Thierry Covolo · il y a
Très heureux que vous ayez été sensible à ce texte
Merci !

Vous aimerez aussi !

Très très courts

Popy

Corinne Torrelli

Chaque jour ouvré il est là, de l’autre côté des voies. Malgré l’heure de pointe, Eva ne voit que lui. Même place, facile à cibler. Son costume gris élégant se détache des usagers de ... [+]