Papa où t'es?

il y a
2 min
725
lectures
108

La cyberattaque qui a torpillé Shortédition le 26 juin 21 m'a fait perdre la majorité de mes 455 abonnés,des milliers de commentaires accumulés depuis plus de sept ans,et la plupart des  [+]

—Papa, pourquoi maman elle a dit que tu jouais du piano comme un pied?
(accent russe): Parce qu'elle pense que je pourrais mieux interpréter ce morceau...
—Mais pourquoi "un pied"?
—C'est une expression qui veut dire que c'est mauvais, malhabile, qu'un débutant ferait aussi bien...
—Moi pourtant j'aurais cru que tu jouais aussi bien que Gratmoininov!
—Rachmaninoff, pas Gratmoininov!
—N'empêche que c'était drôlement beau quand même, surtout juste après que tu m'as demandé de tourner la page du cahier.
—On dit "partition". Oui, la neuvième minute est très importante; si on se mélange les doigts à ce moment, ce 3ème concerto n'a plus le même sens...
—Pfrrout...
—Pas dire "Pfrrout", ce concerto est extraordinaire: Quand tu seras grand, tu comprendras.

Combien de fois ne l'avait-il pas entendue cette phrase... "Quand tu seras grand"...
En attendant, il était toujours petit et trouvait qu'il ne grandissait pas si vite que ça, même si sa mère prétendait souvent le contraire.

—Dis papa, pourquoi maman elle dit qu'elle a toujours raison?
—Parce que c'est une maman!
—Et les papas alors? Ils n'ont jamais raison?
—Ta mère pense que non!
—C'est pas juste!
—Quand tu seras grand...
—Oui, je sais, je comprendrai! Merci papa.

Et puis un jour, il était devenu grand... son père lui avait même donné le droit d'utiliser son rasoir électrique!
—Maman! je me suis rasé avec le rasoir de papa!
—C'est que tu es devenu un homme mon fils!

Le corps avait peut-être fini de grandir (enfin, le plus gros était terminé), mais c'était maintenant la tête qui posait problème: Comprendre le Monde, les Hommes, l'organisation sociale, l'évolution, la Vie, l'Amour, la finalité des choses, l'espoir d'une vie meilleure...et puis...la Mort... pourquoi cette horreur finale?!
Pour la Mort, le "quand tu seras grand..." -remplacé il y a peu par "quand tu auras mon âge..."- ne donnait aucun espoir de réponse!
Mais il passait quand même des heures entières avec son père à refaire le Monde: Lui, à imaginer un monde parfait, égalitaire et fraternel, à coups de "y'a qu'à-faut qu'on", et son père, le ramenant à la réalité, lui parlait de la Révolution d'octobre qu'il avait "vécu de l'intérieur", de son exil, de sa famille disparue et de ses espoirs envolés.
Deux visions s'opposaient: Celle de la jeunesse pleine de fougue, et celle du vieux Russe blanc, devenu rouge de coeur, puis bêtement rose... revenu de si loin... de si loin...
—Papa...
—Oui...
—Parle moi de Tolstoï.

Et il lui racontait Bakounine, Kropotkine, les Anarchistes, les Mencheviks, les Bolcheviks... et Rachmaninoff!
Rien n'était parfaitement clair... et à vrai dire, ils étaient rarement d'accord tant sur l'analyse des problèmes que sur les solutions qu'il faudrait mettre en oeuvre pour les régler.
—Tu n'es qu'un vieux croulant!
—Peut-être, mais quand tu auras mon âge, tu comprendras.

La phrase mettait fin à la discussion.

—Papa...
—Oui...
—Tu veux bien me gratter le dos avant que j'aille au lit?
—Et comment tu feras quand tu auras mon âge?!
—Pfrrout...Bonne nuit papa.
—♫♫ "Gospodi pomilouï" ♫♫...
—Papa, tu chantes comme un pied!

Depuis ces instants d'enfance définitivement perdus, année après année, chaque jour il a eu l'âge de son père... et chaque jour sa phrase magique l'a porté au dessus des nuages: "Il était" son père, mais pas seulement, "il était deux", lui et son père.

—Papa t'es où...où t'es papa? Depuis tout ce temps où t'étais avec moi... où t'es maintenant?
—...
—T'es où papa?
—...
—Nous étions toujours deux: toi et moi, moi et toi... chaque jour, j'ai eu ton âge, et chaque jour je comprenais quelque chose que tu savais alors ne pas pouvoir m'expliquer... et aujourd'hui, tu viens de m'abandonner... je suis perdu et je n'aurai plus de réponse à mes questions.
—...
—Je viens d'avoir l'âge de ta mort!




(Du même auteur: "La neuvième minute", publié en fevrier 2015)





















108

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !

Très très courts

Quai des Indes

Ф. Chironimo

Bonjour.
Pour ceux qui ne me connaîtraient pas encore, je m'appelle Jean.
Comme vous le savez, nous devrions profiter de cette petite soirée entre amis pour nous lire quelques textes, écrits pa... [+]